Ce site web utilise des cookies afin d'assurer le confort d'utilisation de celui-ci.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt et l'utilisation de cookies sur votre ordinateur/téléphone.

Touhou-Online recherche activement des contributeurs pour la communauté. Nous cherchons:

- Rédacteurs (rédaction d'actualité, infolettres, blogues) / - Documentalistes (rédaction de l'Encyclopédie)
- Attachés Communautaire (administration/édition de page Facebook, Twitter ou Google+)

- Gestionnaire HakureiCon Shop (gestion des tâches, supervision, assistance aux Adminisrateurs)
- Webdesigners/Infographistes (CSS, HTML, PHP)

Motivés à contribuer à la communauté Touhou, vous êtes intéressés? Candidature ici ! Tout le monde est le bienvenue.

Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
Là où les livres et l'Histoire sont écrits...
Et ici, nous écrivons des fanfictions et des histoires sur la terre des Illusions !

SUJET : [Fanfic] Aux origines du Makai

[Fanfic] Aux origines du Makai il y a 3 ans 9 mois #18705

  • Catablor
  • Portrait de Catablor
  • Hors Ligne
  • Extra
  • Messages : 373
  • Remerciements reçus 42
Chapitre I


Uran était au comble du stress. Elle se trouvait dans le Pandémonium, devant Shinki qui se faisait tranquillement servir un thé par Yumeko. Elle avait juste décidé d'accompagner Yuki et Mai qui se rendaient au palais, mais elle ne s’attendait pas à se retrouver devant la Souveraine du Makai en personne !
- Bien, voilà la situation, dit Shinki avec un sourire bienveillant. Actuellement, les habitants de la grande ville prêt de la porte se sont pleins des intrusions des humains et yokais de gensokyo de plus en plus nombreuses. J'ai vérifié et il semble que des petits passage ponctuels s'ouvrent parfois ailleurs que par l'entrée principale. J'ai bien demandé à Sara et MuugenMagan de redoubler de vigilance, mais je crois que ça ne suffira pas... soupira Shinki. Les gens sont vraiment ennuyé, et certains d'entre eux m'ont proposé de créer une police ou une brigade pour faire régner un peu d'ordre... alors j'ai accepté !
- Vous ne devriez pas vous en faire pour quelques roturiers mécontents, rappela Yumeko, vous êtes déjà constamment en train de surveiller les frontières depuis l'incident qui a libéré cette moine du Hokkai, C'est déjà suff...
- Mais je ne peux pas laisser ces pauvres gens sans moyen de se défendre ! Répliqua instantanément Shinki.
- Mais...
- Vous êtes trop gentille, répondit Yuki en rigolant
- Bref, fit Mai, qui avait l'impression de perdre son temps, pourquoi sommes-nous là ?
- Eh bien, commença à expliquer Yumeko qui s'était avancée, nous ne pouvons pas laisser des habitants inexpérimenté dans le danmaku former une milice comme ça, il nous faut quelqu'un pour les superviser.
- Oui, voilà ! Continua Shinki. Et j'ai besoin de vous pour aller chercher cette personne !
- Et... ce sera qui ? Balbutia Uran, qui s'était remis du choc émotionnel. Louise, je suppose ? Elle sait plutôt bien se battre, non ?
- Bien sur que non ! Rétorqua immédiatement Shinki. Si elle est occupée avec ça, qui pourrais-je inviter à boire du thé ?

Mai soupira, elles étaient visiblement chargée d'une mission dû à une accumulations de caprice de la part de Shinki.
- Bien, et qui prendra donc le commandement ? Demanda-t-elle.
-Je pensais à Sariel, bien sûr ! J'ai essayé de la contacter, mais elle ne répond pas... Elle doit être aux Ruines de Vina en ce moment, j'aimerais que vous la rameniez au Pandémonium.
- Commeeeeent ? S'exclama Uran. Mais c'est loin et dangereux ! Même les habitants les plus fort de mon village ne vont pas là-bas !
-Bien, partons, fit Mai qui était soulagée d'avoir pu enfin savoir pourquoi on les avaient convoquée. Elle croyait vraiment que la discussion n'arrêterais jamais de tourner autour du pot.
-Ouais c'est partis ! Lança Yuki en attrapant Uran par le col
-Attendez, c'est sérieux là ? On y va vraiment ? Puis, tout en s'éloignant : Dame Shinki, vous êtes sûre de vous ? Vous voulez vraiment pas prendre Louise ? Même si je viens prendre le thé à sa place ? Eeeeeeh répondez moi ! Se plaignit-elle alors que Yuki la traînait vers la sortie.

Alors qu'elles s'éloignaient vers la sortie, Yumeko s'approcha de Shinki avec un air sérieux
- Vous avez vraiment cédé aux exigences des citoyens par bonté ? Ou bien vous avez été motivée par autre chose lors de vos surveillance ?
-Peut-être bien... fit Shinki avec un air grave.


Ainsi les trois compères partirent à travers le Makai pour y trouver Sariel.
- C'est bien tout ça, remarqua Uran, mais l'ange Sariel ne vit-elle pas plutôt dans son sanctuaire ?
- Normalement si, dit Mai, mais la plupart du temps, Shinki arrive à la contacter quand elle est là-bas. Elle doit sans doute être aux Ruines de Vina pour rendre visite à Elis.
- Pfff, et on ne peut pas attendre qu'elle rentre ? Soupira Uran
- Non, continua Mai, ce genre d'esprit est presque aussi vieux que Shinki elle-même, une « petite visite » pourrait prendre plusieurs mois...
-Eeeeeeh... on est pas rendue... s'exclama Yuki.

Cependant, elle volèrent assez vite et arrivèrent rapidement en vue des Ruines de Vina.
- Je suis crevée...
- C'est parce que tu n'a jamais vraiment appris à voler ! Lui rétorqua Mai. D'ailleurs, je suppose que tu a fait quasiment tout le trajet en te propulsant grâce à ton pouvoir de lévitation ?
- Mais, c'est que moi, contrairement à vous, je n'ai pas de magie en quantité... Je fais comme je peux.
Uran releva la tête. Elle était devant les impressionnantes Ruines de Vina. Elle ne savais pas trop ce que c'était d'ailleurs. Une ville, un grand temple ? Bah, après tout, ça n'avais que peu d'importance. Il fallait trouver l'ange Sariel, et c'était ça le plus dur. On ne la voyait quasiment jamais, et elle était réputée pour être très forte, surtout dans cette zone inhospitalière du Makai. Et pour qu'un habitant du Makai trouve un endroit peut accueillant, il fallait le faire !
- Tiens, quelqu'un s'avance, je crois... dit Yuki
- Bonjour ! Salua la nouvelle arrivante. Vous êtes des intruses ?
- Non, non... , répondit Mai, qui ne n’attendais pas à cette question de façon aussi directe. Elle regarda rapidement son interlocutrice, pour reconnaître Elis, qui traîne souvent prêt des ruines. Dit voir, tu n'aurais pas vue Sariel dans le coin ?
- Si si, répondit Elis enjouée, elle est là bas, sur la vielle place en pierre.

En effet, on apercevait une silhouette assise sur un banc en vielle pierre quelques dizaine de mètres plus loin. Et aussi 3 imposantes paires d'ailes. Aucun doute, c'était bien Sariel. Mai, qui avait prit la tête du groupe, s'avança jusqu'à elle et s'inclina respectueusement.
- Dame Sariel, je suis ici sur ordre de Shinki pour vous amener au Pandémonium, nous avons besoin de vous là-bas.
- Hum... j'ai pas trop envie de me bouger, là. En quoi ça consiste, au juste ?
- Et bien les habitants de la ville prêt de la porte veulent une milice pour se défendre, et nous pensions à vous pour en prendre le commandement...
- Mouais bof, ça m’intéresse pas trop.
Entre temps, Elis, contente d'avoir de la visite, était partie chercher de quoi manger et boire et était entrain de revenir avec des caisses pleine de saké. Elle avait prit sa forme de chauve-souris, pour pourvoir les ramener plus facilement. Elle les déposa et dit alors :
- j'ai une idée ! Pourquoi vous ne vous affronteriez pas lors d'un concours du plus gros buveurs ? J'ai justement du saké des onis, que je viens de récupérer lors de mes balades.
- Je peux savoir jusqu'où tu te balade ? Demanda Sariel dans un soupir. Bon, après tout, pourquoi pas. Mais je vous préviens, je suis plutôt forte. Comme vous êtes plus petites et plus jeune que moi, je vais vous laisser m’affronter toute les trois chacune à la suite. Si vous gagnez, je viens avec vous, mais sinon, je reste ici !
- Parfait, je commence ! S’exclama Yuki. Elle prit place devant l'une des caisses que l'on avait renversée pour servir de table basse, et commença à boire. Mais au bout de le 6ème coupe, elle commençais déjà à voir trouble et elle s'écroula à la 8ème.
- ve crois que j'vais arrêter là... 'me sent pas bien... balbutia-t-elle.
- Tss, fit Mai, je suppose que c'est à moi. La magicienne blanche s'assit en poussant un peu Yuki, qui essayer de libérer la place en rampant, et commença à boire ; Elle prit une première coupe, et se stoppa au milieu de celle-ci, alors qu'elle était entrain de boire.
-Quelque chose ne va pas, demanda Uran ?
Mai rabaissa soudainement la coupe.
- Pffouaaaa, ze crois que, euh, c'est bien, nan ? z'me souvient plus de quand z'ai bu d'l'alcool pour la dernière fois... essaya-t-elle d'articuler avant de tomber en arrière. Yuki, qui avait un peu repris ses esprits, soupira.
- Ahlala... elle n'a même pas tenue une coupelle entière. Je savais qu'elle ne tenais pas l'alcool.
Sariel rit aux éclats. Malgré ce qu'elle avait bu, elle ne semblait pas du tout affectée par l'alcool.
- Bon, qui d'autre ? Demanda-t-elle. Puis, se tournant vers Uran : Toi, la paysanne, tu veux essayer?
Vexée d'être traitée de paysanne, Uran prit place derrière la caisse avec un regard déterminé. Et elle commença à boire. 5 coupelles. Puis 10. Puis 20. Et aucune des deux ne semblaient céder.
- Impressionnant, s'exclama Yuki, je pensais pas que la petite Uran tenait aussi bien l'alcool !
« Impressionnant, c'est le cas de le dire. Pensais Sariel. Avec ma nature d'ange déchu, je pourrais descendre encore quelques bouteilles, mais elle, à ce que je sache, c'est une démone avec peu de pouvoir... »
Et ainsi, le duel continua, sans qu'Uran semble affectée par l'alcool. Après une demi-heure de duel, une caisse entière avait déjà été vidée par chacune des participantes. Uran n'était toujours pas alcoolisée, et Sariel non plus. Mais on voyais bien que celle-ci commençais à mal supporter tout ce liquide dans l'estomac.
- Bon euh, balbutia-t-elle, ça commence à prendre du temps là.
Elle empoigna une coupe, la bu, mais c'était celle de trop. Elle se leva, courra rapidement vers un arbre... et rendit tout son saké.
- Et bien, c'est la première fois que je vois Sariel vomir, dit Elis, impressionnée. T'es vraiment forte, toi ! Dit-elle a Uran.
- Et d'ailleurs, demanda Mai, j'aimerais bien savoir pourquoi tu tiens aussi bien l'alcool...
- Ehehehe... ricana Uran. En fait, mon village n'a presque pas de ressources en eau, par contre on produit pas mal d'alcool, du coup, quand on a plus d'eau, on boit du saké en remplacement !
- Waaah, du saké à la place de l'eau, c'était vraiment la campagne ton village s'exclama Yuki.
- Yuki... la repris Mai, notre maison assez proche de ce village...
- Ah oui c'est vrai ! Ahahaha ~
- Mais, fit remarquer Elis, comment c'est possible ?
- En fait, nous sommes des démons, nous avons besoins de très peu d'eau, et l'alcool nous suffit généralement pour vivre quand on manque d'eau. J'en ai bu des litres et des litres depuis ma naissance, du coup, ça n'a plus d'effets sur moi !
- Et bien, c'est quand même risquée je trouve ! Dit Elis en rigolant.
«  Et c'est même bizarre, pensais Sariel, qui s'était un peu remise, et qui avait entendu la conversation. On ne devient pas insensible à ce point à l'alcool comme ça. Et même les démons finirais par mourir si on leur remplaçais l'eau par du saké... Qui est-elle vraiment ? Se demandait-t-elle. Bon, après tout, ce n'est pas mon problème du moment. »
-Bien, les filles, j’accepte de vous accompagner. Allons-y.
- Yeah, c'est partis ! S'exclama Yuki avec entrain.

-Ahlala... j'espère que ça va aller, se demanda Elis, pensive, en les voyant partir.

Les quatre volaient depuis 10 minutes quand Sariel s’arrêta.
- Bon, vous êtes lentes, là ! Dit-elle, c'est énervant !
- Nous pourrions aller plus vite, dit Mai, mais Uran ne suivrais pas.
Sariel s'approcha d'Uran avant de s'exclamer
- Mais tu ne vole qu'avec ta capacité de lévitation ?
- Ben oui, répondit-elle, je ne sais pas voler sinon...
- C'est pas bon. En plus ta capacité de lévitation n'est pas faite pour te faire léviter toi-même, donc tu peine. Tu devrais utiliser ta capacité de vol plutôt.
- Mais comme je l'ai dit, je ne sais pas voler moi !
- Ce doit être une de tes capacités cachée. Tu veux que je te la révèle ?
- C'est vrai ? Tu peux ? Demanda Uran, les yeux plein d'étoiles après avoir saisit les mains de Sariel.
- Mais oui, c'est possible si tu a du potentiel latent « et je veux surtout vérifier quelque chose » pensa-t-elle.
- Ouais ouais ouais ! C'est partis ! Cria Uran surexcitée.
- Bon alors attention, ça risque de faire un peu mal...
- Hein ?! Att-...
Mais Uran n'eus pas le temps de finir sa phrase. Sariel lui envoya une boule d'énergie sur le front, et au moment ou celle-ci toucha Uran, elle poussa un cris terrible.
- Ouaaaaaaargh, c'est atroceeeeeuh, ça fait supeeeeeer mal ! Cria-t-elle. Elle se tordit dans tout les sens, puis, dans son dos, deux boules commencèrent à pousser sur ses omoplates. Après deux convulsions et une petite syncope, les boules éclatèrent, projetant pas mal de sang déjà noir, et laissant surtout sortir deux petites ailes rougeâtres, de la même taille que celle de Mai.
- Oooooh fit Yuki pleine d'étonnement.
- Elle... elle à l'air de souffrir quand même, fit remarquer Mai alors qu'Uran se tortillais encore sur le sol.
- Mais nooon... Elle simule. Dit Sariel en la regardant. « Mais ça confirme en partie mes doutes, et cette poussée rapide s'explique par sa consommation d'alcool juste avant... hum... mais pourquoi à part la lévitation n'a-t-elle aucun talent ? Elle est vraiment trop étrange... »
Uran s’arrêta finalement de bouger après être tombée dans les pommes, comme en témoignait les bulles qui sortaient en nombre de sa bouche.
- … bon d'accord c'était peut être pas simulé.
- On fait comment maintenant, demanda Yuki, on va pas la laisser là, elle va se faire bouffer par les monstres du coin...
-Weeehaaa, dit Uran qui essayait de se relever après avoir légèrement récupérée.
Sariel avait commencé à repartir et cria à Mai et Yuki :
- Portez là ! Elle ne pourra pas marcher pendant quelques temps.
- Quoi ? S'exclama Mai. Mais alors à quoi ça sert de lui faire sortir son pouvoir de voler si on doit la porter ?
- Oh, ben.. disons que j'ai oubliée un peu les effets du sort, dit Sariel en tirant la langue et en regardant au loin.
- Saaaariel ! Gueula Mai, énervée, alors que l’intéressée s'éloignait déjà.
- Bon, je prend les pieds, fit Yuki, avec un petit ton déprimé.
- Eh, faites attention ! Dit Uran.
- Oh toi, ta gueule ! Cria Mai ! Ne commence pas !
- D'a... d'accord...

Tout le monde finit par rentrer au Pandémonium, avec plus ou moins de fatigues est de stress supplémentaire.
Vous pouvez choisir les personnages
des doujinshi qu'on traduit, à partir du moment
où vous choisissez Seija.
Dernière édition: il y a 2 ans 11 mois par Catablor.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

[Fanfic] Aux origines du Makai il y a 2 ans 11 mois #22877

  • Catablor
  • Portrait de Catablor
  • Hors Ligne
  • Extra
  • Messages : 373
  • Remerciements reçus 42
Chapitre II


Yumeko, Shinki et Sariel étaient en train de terminer une réunion pour la mise en place de l'armée dans une des grandes salles de concertation du Pandémonium.
- Je vais récapituler la discussion. Donc, la priorité est de former une troupe principale pour prévenir les intrusions illégales dans le pays qui se multiplient. Et aussi sécuriser l'Ainsité ainsi que l'espace aérien au dessus des villes, récapitula Yumeko.
- Hum, fit Sariel avec un air grave, c'est faisable pour l'Ainsité , nous avons suffisamment de puissant démon pour constituer une telle force. Mais pour la surveillance des intrusions et de l'espace aérien, nous allons être cours...
- Il va falloir demander aux habitants des régions un peu isolées de se défendre tout seul. Conclut Yumeko.
- J'espère que ça ira... soupira Shinki.
- Bref, je sors mettre ça en place, dit Sariel en sortant de la pièce.
- Bonne chance ! Lui souhaitèrent Shinki et Yumeko.

Sariel sortie de la pièce et alla trouver Mai, Yuki et Uran, qui attendaient dans les couloirs du pandémonium.
- Vous trois ! Vous allez repartir pour les terres gelées. Uran, tu commandera l'unité militaire locale du village. Mai, Yuki, vous l'aiderez. Recrutez quelques personnes, et réglez les incidents qui se produiront. Le chef du village vous préviendra quand il y aura besoin.
- Quoi ? Moi ? Demanda Uran. Je dois commander ? Mais...
- Pas d'objection ! J'ai autre chose à faire. Alors allez-y ! coupa Sariel rapidement avant de partir.
- Bon eh ben... c'est parti ! S'exclama Yuki
- Je crois bien... soupira Mai.


Une fois arrivées dans le village, Mai et Yuki repartirent chez elles pour le moment, et laissèrent Uran commencer à mettre en place l'unité. Uran se mit rapidement au travail et réussis à réunir une dizaine de youkai et de démons venant du village et des campagnes avoisinantes après quelques jours. Mai et Yuki revinrent souvent pour évaluer les capacités de la petite troupe, aider à monter la caserne... Ce qui causa bien des désagréments aux habitants du village à cause du bruit et des beuveries qu'organisaient les nouveaux conscrits.
Un jour, le chef du village vint trouver Mai, Yuki et Uran, qui prenaient une pause après une série d'exercices d’entraînement. Le chef était un démon très vieux, un des premiers qui ont peuplé le Makai. Il avait donc été crée par Shinki elle-même. Il était courbé par l'âge, et se déplaçait difficilement avec sa canne, mais chaque habitant de la région avait du respect pour ce vieillard, donc la rumeur disais qu'il était encore maintenant très puissant.
- Qu'y a-t-il chef ? Si c'est pour la fête d'hier soir, on est désolées, on pensais pas qu'on casserais autant de trucs... s'excusa Uran.
- Non, je ne viens pas pour ça... soupira le vieux bonhomme. Mais je vous prie quand même de ne pas détruire la moitié du village dès que vous faites la fête... Enfin bon, là n'est pas la question. Je suis venus vous voir car le miasme semble devenir moins consistant.
- Ah bon ? Demande Yuki.
- Oui, plusieurs habitants se sont rendu compte qu'il était de plus en plus dissipée, confia le vieillard.
- Mais, s'exclama Mai, c'est grave !

En effet, le miasme qui est omniprésent dans le Makai, à des effets spéciaux. Il est un peu poison pour le corps, mais il le fortifie en même temps. Bien entendu, ceux qui on toujours vécu dedans ne ressente pas ses effets. Mais on ne sait pas très bien ce qui arriverais à un habitant lambda si il venait à en manquer. Et personne n'avais envie d'aller vérifier par lui-même se qui se passerais si on en manquais...

-Oui, reprit le vénérable. Aussi, je vous demande de bien vouloir patrouiller autour du village pour déterminer pourquoi avant que la situation ne s’aggrave.
- Très bien chef, on s'y met ! Dit Yuki en se levant pour montrer son entrain.


Mai, Yuki Uran et quelques autres soldats se retrouvèrent donc dans les zones aux alentours du village. Rien ne semblait réellement avoir changé dans les champs, même si le miasme était en effet un peu plus clair que d'habitude.
Après une petite heure de recherche à retourner les arbres cristallisés et les cailloux des terres gelées, un des membres du petit bataillon appela les autres, après avoir trouvé ce qui semblais être une brèche flottant dans le vide, au beau milieu d'une plaine glacée. Uran et Mai se réunirent autour pour l'inspecter avec deux autres démons, tandis que Yuki et les autres continuaient leur recherches. La brèche ressemblait à un ovale d'un peu moins d'un mètre, plus ou moins tordu, flottant dans l'air à une vingtaine de centimètre du sol gelée, comme si de rien n'étais. Les contours étaient sinueux, se tordant sur eux-même, avec une consistance qui semblait pouvoir s'évanouir à tout instant.

- Ouah... qu'est-ce que c'est ? S’interrogeât Uran. Une sorte de...portail ?
- Certainement, repris Mai. On m'a déjà montré ça au Pandémonium, il paraîtrait qu'une youkai de la terre des illusions à le pouvoir de créer ce genre de portail. Mais ceux qu'on m'a montré étaient un peu différents... ils étaient plus nets, il y avait deux rubans à leurs extrémités, et surtout, il y avait tout un tas d'yeux à l'intérieur. Là, il n'y a qu'un noir profond, constata-t-elle.
-Bon, eh bien, je vais aller voir de plus prêt, déclara l'un des démons du bataillon en s'approchant nonchalamment du portail.
À peine l'eut-il effleuré qu'un bras, ou ce qui semblais être un bras, noir, épais, de grande taille, en sorti furtivement et lui asséna un solide coup au thorax, l'envoyant valser quelques mètres plus loin. Le « bras » avait deux articulations, était terminé par une grande main noire, avec de longs ongles pointus, et se tordais d'une manière troublante à travers le portail.
- Ça va ?! Lança Mai au soldat qui avait été propulsé. Celui-ci se redressa péniblement pour montrer qu'il était encore en vie, mais semblait tout de même bien mal en point suite à ce coup furtif.
Mais Mai avait à peine eu le temps de s'inquiéter que le bras saisit Uran au visage, trop à proximité, et commença à la soulever du sol tout en exerçant une pression constante sur son visage.
- Uran ! Crièrent Mai et les autres soldats, surpris.
- Pourquoi t'étais si prêt, abrutie ? Demanda Mai paniquée, alors qu'elle réfléchissais à comment faire sortir la petite démone de l'étreinte de ce bras.
La « main » qui tenait Uran la serrais au niveau de la bouche et de la mâchoire, l’empoignait si fortement qu'elle enfonça ses ongles dans sa chaire. Uran ne pouvais parler à cause de ça, mais on pouvait clairement entendre son hurlement de douleur au fur et à mesure que la main resserrait son emprise et augmentait la pression.
- Faites quelque chose ! Demanda l'un des soldats à Mai.
- Mais je... balbutia Mai, si je tente de geler le bras, Uran sera aussi touchée, et si on se rapproche, on risque d'être attrapés aussi...
Mai était dans une situation difficile que son sang froid ne lui permettais pas de résoudre. Cette chose inconnue était entrain de torturer Uran sous leur yeux, sans qu'ils n'y puissent rien y faire. L'angoisse et le stress lui faisaient perdre ses capacités de raisonnements, et le soldat était dans un état similaire.
- B... bon ! dit-elle en tentant de reprendre ses esprits. Vous, fit-elle en s'adressant au soldat qui avait reçu un coup, vous n'êtes plus en état de combattre, partez tout de suite nous chercher du renfort et prévenir les villageois.
Puis, se retournant vers l'autre soldat :
- Nous, nous allons tenter d'attaquer ce truc en même temps, en espérant que ça lui fasse lâcher prise. Ensuite on récupère la paysanne et on met les voiles rapidement.
- Bien reçu, répondit le soldat en se mettant en position.

Pendant ce temps, la main continuait de renforcer son étreinte sur Uran. Un beau filet de sang coulait alors sur son cou, les griffes de la chose l'ayant pénétré jusqu'au sang. Sa respiration était irrégulière, et dans sa panique extrême elle tentait de se débattre vainement. Elle avait tenté de retenir ses larmes un moment mais avait finalement cédée sous la pression, et on pouvais maintenant entendre ses sanglots entre deux cris de douleurs étouffés. La main continuait d'augmenter sa pression sur la mâchoire de la jeune fille, et au moment où Mai et le soldat fondirent sur le bras noir, on put distinctement entendre un craquement. Les yeux d'Uran était écarquillés au maximum, et s'étaient arrêtés de pleurer. Uran poussa un cris, ou plutôt un grognement rauque, et expectora dans une douloureuse toux un espèce de crachat violâtre, qui semblait être du sang séché, sur la main qui la tenait. Ceci sembla surprendre le bras, qui effectua un mouvement de recul rapide pour retourner dans sa brèche.

Il n'en fallu pas plus à Mai, et sans attendre que celui-ci reviennent, lança un puissant sort de congélation autour de la barrière, qui s'évanouit avec l'attaque. Dans le même temps, le soldat récupéra Uran avant que celle-ci ne s'écrase sur le sol. Elle avait perdu connaissance, et on pouvais voir qu'elle avait la mâchoire brisée et de grands bleus au travers des joues, la main l'ayant enserrée avait laissée de belles marques. Elle avait aussi 5 plaies béantes au niveau du cou, une par griffe.
- Diantre, s'exclama Mai en transportant Uran évanouie sur dos, qu'est-ce que c'était que ça ?
« Et qu'est-ce qu'Uran a fait, au dernier moment ? J'ai clairement ressenti une puissante aura au moment où elle a eu la mâchoire brisée, et je trouve que ce « bras » s'est retiré bien facilement malgré sa position de force... Hum, et cette aura justement... j'ai eu un peu la même sensation qu'avec celle de Shinki, mais cette fois-ci c'était plus malsain je dirais, et surtout, plus... archaïque... ? C'est dur à exprimer. Bon, ramenons-là à la caserne, pour le moment elle a besoin de soin et de repos. En espérant que Yuki et le reste du bataillon n'aient pas eu d'autres problèmes... »
Vous pouvez choisir les personnages
des doujinshi qu'on traduit, à partir du moment
où vous choisissez Seija.
Dernière édition: il y a 2 ans 7 mois par Catablor.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

[Fanfic] Aux origines du Makai il y a 2 ans 7 mois #26251

  • Catablor
  • Portrait de Catablor
  • Hors Ligne
  • Extra
  • Messages : 373
  • Remerciements reçus 42
Chapitre III



Uran se réveillait doucement alors qu'elle sentait sur sa peau une masse de bandage. Elle ouvrit une paupière et n'eut pas le temps de se relever qu'elle fut prise dans les bras de Louise.
« Uraaaaaan criât-elle en la prenant dans ses bras, j'étais si inquiète !
- Oui bon.. tu me fais mal, là.
- Oh, désolée ! »
Uran releva la tête et put voir autour d'elle Mai, Yuki, le chef du village et YuugenMagan.
- Hum, vous revenez de loin jeune fille, lui expliqua le chef du village, votre mâchoire était brisée et vous soufriez d'une importante anémie. YuugenMagan et Louise ont passé la nuit entière pour ressouder vos os et fermer vos blessures ! »
Uran passa sa main sur son cou et sa bouche, et sentit la boursouflure qui témoignait de sa blessure passée.
« Ah, dit-elle, vous m'avez vraiment soignée… Merci.
- Bien sûr ! s’exclama Louise, on allait pas te laisser comme ça.
- Et… c'était quoi le… truc qui m'a attrapée ?
- Eh bien, fit Louise d'un air gêné, Sariel est passée pendant que tu étais évanouie, et elle nous a dit de ne pas nous inquiéter… Ce serait juste une espèce de sous-démon très rare. Oh, et elle a aussi demandé si tu l'avais entendu dire quelque chose.
- Pardon ?, demanda Mai, tu ne viens pas de dire que c'était un genre de sous-démon ? Cette chose devrait avoir l'intelligence d'un animal, non ?
- O-Oui, bégaya Louise, mais cette espèce est rare, et peut imiter le langage humain, dit-elle pour se rattraper.
- Ah ? Je n'en avais jamais entendu parler avant… se demanda Yuki.
- Quoiqu'il en soit, coupa Uran, je ne me souviens pas avoir entendu quelque chose venir de ce truc.
- Bien bien, répondit Louise en allant vers la sortie de la petite pièce. En tout cas, contente que tu t'en sois tirée. Sur ce, je vais devoir y aller, j'ai un thé à prendre au Pandemonium. »
Louise s'avança vers la sortie, puis se retourna avant de s'adresser à Mai et Yuki.
« Ah, vous deux ! Sariel m'a dit que le niveau de miasme était revenu à la normal. C'était certainement une perturbation dû au passage de plusieurs bataillons de la nouvelle armée dans la région, rien de bien méchant.
- Vous faites transiter des troupes par ici ? Pour aller où ? Demanda Mai.
- Oh, et bien… hésita Louise qui réalisait qu'elle venait encore d'en dire trop, Shinki désire simplement entraîner les nouvelles recrues dans un environnement plus rude pour en faire de vrais guerriers, donc certains sont parti au-delà des terres gelées pour se perfectionner ! Sur ce, j'y vais ! »


Louise claqua la porte et partit en volant. Sur le chemin, elle fut rejointe par Sariel, qui croisa les bras et soupira :
« Franchement… tu aurais pu essayer d'être plus évasive…
- Excuse-moi, mais je n'ai pas l'habitude de jouer les espionnes ! Et je ne comprend pas pourquoi on tient ces petites à l'écart de ce qu'il se passe...
- Shinki aimerait régler ça sans impliquer plus de monde. Les plus grands démons se sont déjà rassemblés près des frontières, nous allons pouvoir gérer la situation. Pas besoin de perturber les simples citoyens du royaume.
- Et si vous n'y arrivez pas ? Et si les simples citoyens comme tu dis, sont confronté à ça sans être préparé ?
- Tu me semble bien soucieuse de leurs sorts, tout qui est si insouciante d'habitude… De toute façon, nous n’échouerons pas à la frontière. Si nous échouons, le royaume disparaîtra, même si la population est préparée.
- Vous dites cela, mais vous leur avez bien demandé de former des groupes d'auto-défense…
- Tsss… répliqua Sariel, au lieu de me tourmenter de questions, dit-moi plutôt si Uran a entendu quelque chose.
- Eh bien non, rien de rien, mais là tu esquive la que….
- Je vais être en retard pour les exercices de l'armée, je vais y aller, coupa Sariel. Et de ton coté, dépêche-toi, tu va être en retard pour le thé ! »
Puis Sariel prit un brusque virage à droite, et partit dans les profondeurs des terres gelées du royaume thaumaturgique. Louise continua sa route seule.
« Aaaah, soupira-t-elle, elle n'est pas honnête. Je vois bien qu'elle s'inquiète aussi… Ce n'était pas nécessaire de jouer les dures entre nous ! »


Pendant ce temps, dans la chambre d'Uran, le comportement étrange de Louise avait laissé les filles dubitatives.
« C'est étrange, vraiment étrange, se demanda Mai. Louise nous cache clairement quelque chose.
- Hum, ça me fait penser, ajouta YuugenMagan, mais depuis quelques temps, Sara m’empêche de patrouiller trop près des frontières. Elle est restée tout aussi évasive quand je lui en ai demandé la raison.
- Ça commence à faire beaucoup. C'est sûrement quelque chose de vraiment important pour qu'on nous le cache à ce point-là...
- En tout cas, j'ai été surprise d'apprendre qu'une telle espèce de démon existait ! Un bras qui peut parler, c'est étonnant non ? S'exclamaYuki.
- Yuki… tu comprends que c'était un mensonge n'est-ce pas ? Ce n'était clairement pas un sous-démon parlant ou je ne sais quoi encore… lui répondit Mai.
- Quoiiiiii ? Louise nous a mentit ? Mais…
- Oui, c'est étonnant ça aussi, remarqua Mai, il va falloir qu'on mène l'enquête. Uran, tu peux te lever ? »
Uran se leva de son lit, enfila une tunique plus appropriée, puis fit quelques étirements avant de faire craquer ses doigts.
« Je suis prêt à y retourner ! S'exclama-t-elle. »
Après concertation, le groupe décida de partir sur les lieux de l'incident, peut-être qu'il y aurait encore des indices. Le chef du village prit lui aussi congé, tout en recommandant aux jeunes filles de ne pas trop en faire et de faire attention dehors.

Au bout de quelques minutes de marche, les quatre arrivèrent devant la stalactite produite par Mai lors de l'affrontement. Il n'y avait malheureusement rien à l'intérieur, et le quarteron allait quitter les lieux, quand YuugenMagan fit remarquer que cet endroit n'était pas très loin d'une faille de la frontière du monde des démons. Le groupe décida s'en rapprocher et fini par arriver au bord d'un terrain très accidenté et rocailleux, avec un fort miasme qui planait tout autour.
« Ah, nous y voilà, dit YuugenMagan. Sara m'avait déjà parlé de ce lieu. Il fait parti des coins instables du royaume. On raconte que Shinki les laisse en l'état pour servir de « sortie de secours » au cas où l'entrée principale serait détruite pour une raison où une autre. »
Après quelques centaines de mètres de marche difficile et périlleuse dans un terrain dangereux, le groupe put apercevoir une faille violette à peine discernable dans le miasme, de 5 ou 6 mètres de haut, couchée sur une roche à l'affleurement du terrain.
«  Hum… dit Yuki en s’approchant, c'est normal de trouver ce genre de truc dans la zone, non ?
- Pas du tout… répliqua YuugenMagan très surprise par la découverte, on peut parfois trouver de petites failles dans les zones instables, mais elles ne devraient pas dépasser la taille d'une phalange…
- Ouais, alors que là, c'est carrément toute une phalange qui pourrait y passer ! Aïe ! Pourquoi tu m'a frappée ?
-C'est pas le moment de faire des jeux de mot débiles ! S'exclama Mai. Tiens, pour la peine, va donc voir où mène cette faille.
- Quoi, moi ? Mais heu… balbutia Uran, j'me sens pas encore super bien et...
- Tu veux en reprendre une ?
-J'y vais, j'y vais… soupira Uran.
- Ne va pas trop loin et appelle nous dès que tu vois quelque chose ! lui cria Mai.
- Ouais, ouais… 'foirée de sorcière de glace… marmonna Uran.
- Je t'entends !
- Ahem… de mon coté, je vais repartir avertir Sara, elle saura peut-être quelque chose, dit YuugenMagan.
- Bien, nous deux, on reste monter la garde ici, lui répondit Mai.
- Quoi ? Mais j'aurais voulu partir explorer la faille moi aussi... »
Mai regarda Yuki avec un air rogue et leva son poing, ce qui fit cesser toute protestation de sa part.

Uran s'était, entre temps, avancée dans la faille. L'intérieur était très sombre, mais étrangement, elle n'avait pas encore été téléportée. Peut-être était-ce tout simplement une grotte bizarre pensait-elle ? Non, cette aura, ce sentiment, c'était bien une faille dans la frontière. Mais elle avait beau progresser, elle ne se téléportait pas ailleurs, elle semblait s'enfoncer sans fin dans la faille. Il faisait tellement sombre qu'elle ne distinguait pas les bords du gouffre. Elle essaya de marcher sur le coté pour voir si elle pouvait toucher la parois, mais même au bout de vingt mètres, elle ne put arriver vers un quelconque mur ou cloison. Elle commençait à trouver cela étrange, et ce trou obscur, à peine éclairé par la lumière de l'entrée la mettait très mal à l'aise.
« Eh, Mai, Yuki, dit-elle en se retournant, ça me semble sans f... »
À peine s'était-elle retournée vers la sortie que la lumière de l'entrée évanouit sans un bruit.
«Hum, Mai, demanda Yuki, je n'entend plus les pas d'Uran…
- Oui, ça vient juste de s’arrêter… Uran ? Tu a trouvée quelque chose ? »
Plusieurs minutes passèrent, sans qu'aucune réponse ne se fasse entendre.
« Hé oh, Uran ?, demanda Mai, tu t'es endormie ?
- Attends, je vais aller voir »
Yuki s'avança pour entrer dans la faille, mais au lieu de pénétrer dans le grand gouffre violet, elle le percuta comme si celui-ci était solide.
« Rah ! Qu'est-ce que c'est que ce truc ?, s'exclama Yuki qui tapait sur la parois, on dirait que la brèche s'est transformé en pierre.
- Recule-toi !
- Hein ? »
Mais Yuki n'eut pas le temps de se reculer, Mai envoyait déjà en direction de la brèche un puissant sort de glace. Un gigantesque stalactite vint s'écraser sur la paroi. Celle-ci, malgré la violence du choc, ne bougeât pas d'un chouïa.
« Hé, fait attention !, s'offusqua Yuki, tu as failli m'écrabouiller comme un vulgaire moucheron !
- Ça n'a pas bougé…
- Eh, tu m'écoute ?
- Hum ? Oui oui, tu est un moucheron… répondit Mai, tout en réfléchissant à une manière de régler le problème épineux auquel elles étaient confrontées.
- Ah, je vais me vais finir par vraiment m'énerver ! Moi aussi je peux lancer des sorts puissants ! »
Et sur ces paroles, Yuki envoyât une énorme boule de feu sur le portail. Celle-ci vint se heurter sur le roc, tout en laissant s'échapper des gerbes d'étincelles lors de sa désintégration. La chaleur fut si forte que la pierre située sous la faille commença à fondre. Mais comme précédemment, la faille elle-même ne fut pas ébranlée pas le choc. Elle restait en position, inclinée sur le rocher, peu importe les attaques.
« Bon, au moins, nous sommes fixées, dit Mai tout en regardant avec dépit sa robe à demi carbonisée, cette faille ne bougera pas.
- Qu'est-ce qu'on fait ?, demanda Yuki, on retente une attaque combinée ?
- Non, je vais partir chercher de l'aide au village. Toi, continue de guetter à l'entrée, peut-être que la situation s'améliorera.

Au même moment, Uran était à l'intérieur de cette fameuse faille. Il faisait maintenant parfaitement noir, et le silence était total. Un silence lourd, pesant. Elle avait beau marcher, courir, taper du pied, aucun son ne sortait, comme si le sol absorbait ses bruits de pas.
Et il faisait noir, terriblement noir. Elle était plongée dans des ténèbres profonds, indicibles, denses et froids. Elle ne voyait rien, pas même son nez. Elle avait l'impression que cette chape nocturne l'enveloppait et se refermait sur elle. Et plus le temps passait, plus l'étreinte enténébrée se resserrait. Uran se sentait mal à l'aise, comme si le manteau noirâtre qui l'entourait contenait milles démons la fixant, et le silence, leurs rires sardonique face à la peur naissante de la jeune fille. Elle essaya de crier, pour se rassurer. Le démon, c'était elle ! Mais ce fut vain. Son cri se perdit dans l'insondable caverne, sans aucun écho.
Elle se sentait toujours mal, très mal. Elle avait l'impression que la faille allait s'écrouler sur elle à tout instant. Elle commença à perdre la notion du temps. Depuis combien de temps la lumière avait-elle disparu ? 2 heures ? 5 ? 10 ? Elle ne savait plus. Elle continua juste d'avancer, espérant trouver une sortie. Elle marcha un certain temps, toujours avec le sentiment d'être lestée de tout le poids de l'atmosphère oppressant de l'endroit.
Elle ne sait pas combien de temps elle avança, mais au bout d'un très long et pénible moment, alors qu'elle avait un mal de crâne lancinant et que la soif commençait sérieusement à se faire sentir, une angoisse commença à la prendre. Elle ne sortirait peut-être jamais d'ici se dit-elle, et peut-être allait-t-elle lentement mourir de soif dans ce lieu inconnu. Le désespoir soulevé par ces questionnements grandit petit à petit dans l'esprit torturé d'Uran pour finalement se muer en une épouvante immodérée.
Prise de panique, elle se mit à courir autant qu'elle put. Elle courra jusqu'à s'écrouler de fatigue, tombant d'abord d'un bloc sur ses genoux puis s'étalant de tout son long sur le ventre, essoufflée. La peur, couplée à l’absence de stimuli, une soif intense et un mal de crâne térébrant, avaient commencé à attaquer sa lucidité. Elle commença à ricaner doucement, toujours allongée sur le sol, alors que son pauvre petit corps était parcouru par des spasmes nerveux.
Elle finit par se retourner, et quand elle fut sur le dos, le corps totalement crispé et tremblant, elle entendit pour la première fois quelque chose qui n'était pas un de ses propres cris. C'était un râle rauque et lent, qui paraissait provenir des profondeurs de la faille. Uran se retourna, et sans pour autant se redresser complètement, elle rampa jusqu'à la source de ce bruit inespéré.
Alors qu'elle était maintenant sûre, ou au moins autant qu'elle puisse l'être dans son état, d'être quasiment arrivée à la source du bruit, elle fut surprise par une forme humaine, se dressant à quelques centimètres devant elle. Elle ne l'avait pas remarquée jusqu'alors à cause de l'obscurité, mais cet être, qui semblait vaguement humain, luisait légèrement en violet, ce qui le rendait distinguable dans les ténèbres si on était suffisamment prêt.
Elle eut le réflexe de bondir en arrière à la vue de l'inconnu, mais celui-ci s'avança rapidement vers elle et réussit à lui attraper la manche. Il était maintenant assez proche pour qu'elle puisse le voir distinctement. C'était un genre de démon, mais bien plus grand que ceux de son village. Son corps musculeux était noir, et une légère aura luminescente violette s'en dégageait. Sa tête était chauve, et dépourvue d'yeux, seuls deux ronds noirs remplissaient ses orbites. Il avait la gueule ouverte et on pouvait y voir une langue rougeâtre lécher trois rangées de dents pointues.
Le démon la regarda fixement tout en serrant la manche de sa tunique, et renifla l'air tout en rapprochant sa tête. En reniflant Uran, son visage devint colérique, et il hurla aussi fort qu'il put de sa voix cassée :
« Vous… traître… aider… cheveux blanc… » rugit-il, alors que cela semblait lui demander un effort incommensurable. Il ne prit pas le temps de finir sa phrase qu'il commença déjà à se jeter sur Uran pour la déchiqueter.
Mais celle-ci avait vu le coup venir et utilisa son pouvoir de lévitation pour projeter en l'air le démon. Décontenancée par la puissance de sa propre attaque qui était inhabituellement violente, elle chuta en arrière, et alors qu'elle n'était pas encore remise du choc, le démon fondit sur Uran et la plaqua au sol. Elle lui prit les bras, et utilisa son pouvoir pour tenter d'éloigner la gueule fumante du monstre de son visage, mais il déployait une force telle qu'il parvenait à s'avancer petit à petit malgré le pouvoir de la démone. Elle voulu attraper la seule carte de sort qu'elle possédait, en se disant que, peut-être, la bête prendrait peur et s'enfuirait. Mais dans sa position, et au vu de la puissance déployée par la chose luciférienne, cela aurait été vain.
La mâchoire méphitique était maintenant tellement proche qu'Uran pouvait clairement ressentir le miasme violet qui entourait le corps du démon. Dès que son corps fut en contact avec celui du démon, une sensation bizarre commença à monter en elle, comme si ses instincts primaires se réveillaient. Elle recommença à trembler, mais cette fois-ci ce n'était pas la folie, la peur ou la fatigue, mais une excitation bestiale qui lui donnait envie de tout écraser. Forte de cette nouvelle assurance dans le combat, elle utilisa son pouvoir sur le torse du grand démon tout en continuant de tenir ses bras. Il commença à monter en l'air rapidement, mais Uran le tenait fermement par les avant-bras. Les rôles s'étaient inversés, et le démon se retrouvait entrain d'être écartelé par Uran. Sa peau se tendait petit à petit alors qu'Uran l'envoyait en arrière. Il finit par pousser un cri inhumain, au moment ou son abdomen céda laissant se répandre ses entrailles sur la jeune démone. Il continua de hurler pendant quelque secondes, mais son agonie fut rapide et il rendit l'âme en tombant lourdement.
Dans le même temps, la poussée d'adrénaline d'Uran retomba tout autant et elle ne fut pas en mesure de retenir le corps sans vie du démon plus longtemps. La première chose qu'elle remarqua une fois calmée, c'est que les tripes du démon étaient particulièrement caustiques, et, en étant entièrement recouverte par ces chairs, la douleur qu'elle ressentit fut tout aussi violente que soudaine. La carcasse qui la surplombait était considérablement lourde, et l'effort qu'elle avait dû fournir pour se débarrasser de son adversaire l'avait vidée de ses forces. Elle peinait à se dégager, et plus elle mettait du temps, plus la carne démoniaque pénétrait profondément dans son corps. Et quand bien même elle parvenait à se dégager en partie, ses blessures la faisait souffrir et l'obligeaient à renoncer.
Épuisée, aussi bien mentalement que physiquement, elle finit par s'évanouir.
Vous pouvez choisir les personnages
des doujinshi qu'on traduit, à partir du moment
où vous choisissez Seija.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Derniers messages sur le forum