Ce site web utilise des cookies afin d'assurer le confort d'utilisation de celui-ci.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt et l'utilisation de cookies sur votre ordinateur/téléphone.

Touhou-Online recherche activement des contributeurs pour la communauté. Nous cherchons:

- Rédacteurs (rédaction d'actualité, infolettres, blogues) / - Documentalistes (rédaction de l'Encyclopédie)
- Attachés Communautaire (administration/édition de page Facebook, Twitter ou Google+)

- Gestionnaire HakureiCon Shop (gestion des tâches, supervision, assistance aux Adminisrateurs)
- Webdesigners/Infographistes (CSS, HTML, PHP)

Motivés à contribuer à la communauté Touhou, vous êtes intéressés? Candidature ici ! Tout le monde est le bienvenue.

Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
Là où les livres et l'Histoire sont écrits...
Et ici, nous écrivons des fanfictions et des histoires sur la terre des Illusions !

SUJET : [Fanfiction] Gensokyo: terre de révélations

[Fanfiction] Gensokyo: terre de révélations il y a 2 ans 7 mois #25805

  • Ganim
  • Portrait de Ganim
  • Hors Ligne
  • Normal
  • Messages : 68
  • Remerciements reçus 1
Chapitre 1 : Deux amis pas comme les autres

- Arren ? Arren ? appela Maliki.
Arren ne répondit pas, il continuait de fixer le paysage qui défilait à toute vitesse devant ses yeux, à travers la vitre du train. Il essayait de se concentrer mais comme toujours, il réfléchissait à beaucoup trop de choses en même temps et rien ne semblait l'atteindre.
- Youhou Arren ! AAAARRREEEEEEEEN ! Hurla Maliki, faisant se retourner plusieurs personnes dans le wagon. Mais l'intéressé ne montra toujours aucune réaction ce qui fit pousser un grand soupir à son ami.
- Sans rire, tu vas m'écouter oui ? AREN!!! cria encore plus fort Maliki. Son ami se retourna finalement et répondit :
- Oui qu'est-ce qu'il y a ? les yeux encore hallucinés de ses pensées.
- Ah enfin, c'est fou tu arrive même à dormir les yeux ouverts ! soupira le jeune garçon au cheveux rose et noir..
- Désolé, j'étais perdu dans mes pensées. Tu voulais quelque chose ?
- Bah oui évidemment ! Je voulais te demander si tu étais déjà aller là où on vas, vu que tu habitais dans le coin.
- J'étais petit et puis ça a bien changé depuis le temps.
- Ouais mais tu n'a vraiment aucun souvenir ?
- Non, pas du tout.
- Bon c'est pas grave on cherchera au hasard.

Les deux amis se turent, tout le monde les avaient remarqué dès qu'ils étaient montés dans le train, en même temps il était difficile de ne pas les voir, on voyait rarement deux garçons aussi originaux. Enfin originaux selon la plupart des autres personnes, pour eux ils étaient des personnes comme n'importe qui.

En fait, ce que l'on remarquai en premier chez Maliki c'était sûrement ses cheveux courts qui lui tombaient légèrement sur le front, ils étaient noir avec beaucoup de mèches roses foncées et pourtant c'était naturel chez lui, il n'avait aucune teinture. Il se disait souvent qu'il avait de la chance que cela lui aille bien. Mis à part cette particularité, il avait toujours l'air très expressif, bien qu'il était difficile de le cerner, on remarquais toujours une partie de ce qu'il ressentait dans son expression. Ses yeux marrons sombres donnaient souvent une certaine intensité à son regard.
Quand à Arren, il avait les cheveux châtains foncés, classique mais il les gardait mi-longs avec une mèche qui lui tombait sur la droite de son visage et qui avait tendance à recouvrir une partie de son œil droit, mais cela ne le dérangeait pas. Contrairement à Maliki, il était plus réservé et il essayait le plus souvent de cacher ses sentiments. Le problème c'est que ses yeux verts et marrons étaient très expressifs et le trahissait souvent donc si on le connaissait vraiment, on pouvait savoir si il mentait et si il se sentais bien. Ce qui le rendait original c'était son attitude et son air mélancolique constant, il ne se souciait pas du regard des autres à son égard et paraissait faible mais ne cherchait pas à changer cette impression.

Le train continuait son chemin et bientôt, ils seraient arrivés à leur destination, un village perdu du nom de Baltior. C'est là que leurs pistes les avaient menées. Les pistes afin de peut-être retrouver la mère de Arren et le monde originel de Maliki. En effet c'est pour ces objectifs que les 2 amis allaient bientôt emprunter une brèche dans la frontière entre Gensokyo et le monde des humains. Malgré le danger évident, ils étaient déterminés mais très nerveux.
Leur faire face à 2 contre 100? ça promet d'être marrant, j'en suis!
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

[Fanfiction] Gensokyo: terre de révélations il y a 2 ans 7 mois #25806

  • Ganim
  • Portrait de Ganim
  • Hors Ligne
  • Normal
  • Messages : 68
  • Remerciements reçus 1
Chapitre 2 : Recherches et suspens

Le train s'arrêta finalement à la station de Baltior, les 2 garçons se levèrent et descendirent du train rapidement en entendant les commentaires des autres passagers à leur égard. Apparemment, ils étaient les seuls à descendre à cette endroit, pas étonnant étant donné le village perdu que c'était.

C'est quoi leur problème !? dit Maliki sur un ton plein de reproche.
- De qui tu parles ? demanda Arren
- J'ai entendu les autres passagers dirent : « Ah enfin, ils descendent ces 2 là, ils commençaient à me stresser ! C'est clair ils sont louchent ! » et d'autres remarquent de mauvaises foi. répondit son ami.
- Qu'est-ce que tu veux, on est toujours des incompris. Fais pas attention, ils sont juste jaloux de tes magnifiques cheveux ! dit Arren sur le ton de la plaisanterie . Mais je reconnaît que ça doit te saouler au bout d'un moment.
Pfff ! le garçon au cheveux bicolores sourit légèrement.
- Au pire fait comme moi, ignore ce genre de remarque.
- Je suis pas sur d'en être capable c'est ça le problème.
- Aller, arrête de grogner et viens, on a une longue journée qui nous attends. » Arren frappa légèrement le dos de son ami et commença à s'enfuir quand celui-ci tenta de le rattraper pour se venger. Oui c'était un peu puéril mais c'était un moyen de décompresser et de contrer la mauvaise humeur de Maliki, ils en avaient besoin pour ce qui les attendais.

Une heure plus tard, après la « séance de torture » que subit Arren de la part de son ami, ils étaient en train de chercher où se trouvait le petit bois où devais se trouver la fameuse brèche. Malgré l'importance de l'entreprise que c'était, ils étaient de nouveau motivés et discutais joyeusement tout en demandant des renseignements à des gens qui les regardait d'un air très surpris, pour la plupart.
- Bon, donc selon toutes ces personnes, la forêt doit être par ici. déclara Maliki en posant sa main sur une carte.
- Ok, je te fais confiance parce que t'as un meilleur sens de l'orientation que moi.
- Alors on y va ! Ils partirent vers la sortie du village tout en parlant de leurs passifs avec les forêts.

Au bout de 2 heures de marche, ils se retrouvèrent devant l'entrée de la dite forêt. A vrai dire,elle était assez inquiétante : elle était dense et sombre, les arbres étaient tellement touffus que les rayons du soleil avaient du mal à les traverser. Le sentier qui avait jadis existé était désormais introuvable, recouvert par la végétation désormais seule maîtresse du lieu. Mais malgré la menace relative de l'endroit, les deux jeunes garçons ne se laissèrent pas décontenancer et commencèrent à entrer dans cette forêt.
Je sens que ça va être compliqué de trouver ce que l'on cherche avec toute la végétation et le peu de lumière qu'on a. constata Arren.
- T'inquiète pas, on va juste passer pas mal de temps mais une brèche vers un monde parallèle ça se reconnaît facilement.
- Parce que tu en as souvent rencontrer des failles entre différents monde ! rétorqua Arren.
- Hum oui, touché... mais bon c'est toi-même qui m'as dit de positiver donc on va persévérer et ça va bien se passer. répliqua Maliki.
- Et une fois qu'on l'auras trouvé, on va faire quoi au juste ?
- Bah on l'emprunte et on entre dans Gensokyo non ?
- Oui enfin t'es sur de toi pour ça ?
- Je pense que oui et toi ?
- Évidemment, on a pas fait tout ça pour rien quand même. Et on a des objectifs importants donc pas question de faire marche arrière.
- Alors on est bien d'accord mon pote ! conclut Maliki avec entrain.

Malgré leur persévérance, il ne trouvèrent rien durant 1 heure de recherche et commençait à se perdre dans la forêt lorsque Maliki trouva une sorte d'ancienne petite maison en ruine. Ils décidèrent de pénétrer dans ces ruines afin de vérifier qu'il n'y ait rien d'intéressant. Ils entrèrent alors dans une sorte d'abri en pierre dont il ne restait plus grand chose, cela ressemblait plus à une cabane qu'à une maison. Elle devait être abandonnée depuis longtemps car la nature y avait repris ses droits et le toit était presque entièrement effondré.

Les deux jeunes hommes continuèrent et entrèrent dans une grande pièce sombre qui avait encore un toit et qui ressemblait beaucoup à une salle d'isolement, des sortes de chambres étaient disposées dans un coin de la pièce. Reliées à celle-ci par de petites portes qui avaient l'air à peine assez grande pour un adulte. Cependant l'accès à ces mêmes chambres était bloqués par des éboulements provenant de l'intérieur. Alors que Maliki se préparait à sortir de la pièce, lorsque d'un seul coup son ami se figea et regarda fixement quelque chose qui avait retenu son attention.
- Là, regarde, il y a un truc étrange... dit-il
- Où ça ?
- Près du mur derrière la porte.
- Ah oui, attend mais ça serait pas...
Maliki laissa sa phrase en suspens, une sorte de cercle se trouvait devant le mur, une sorte d'orbe qui semblait en suspension dans l'air et qui avait ses cotés visibles et délimités dans l'espace. On aurait dit une sorte de trou dans l'espace qui menait vers un autre lieu, tout ce que l'on pouvait voir à travers ce rond, c'était une masse noire qui semblait vide. Les deux garçons venaient de trouver la brèche dans la frontière vers Gensokyo.

- Mali, c'est bien ce que je pense ? questionna Arren sur un ton mal assuré.
- Oui, je sens que c'est bien la faille que l'on cherchait...
- Bon alors go !
- Comment ça go ?!
- Bah on y va, on est venu jusqu'ici pour ça non ?
Le jeune homme aux cheveux bicolore se mit à rire, ils étaient sur le point de se jeter dans l'inconnu à partir d'un trou dans l'espace-temps qui défiait la logique et Arren n'avait absolument aucune inquiétude.
- Tu te rend compte de ce que l'on va faire ? demanda Maliki en riant.
- Oui on va aller à Gensokyo, c'est bien ce qu'on voulait. répondit son ami interloqué qui ne comprenait pas le rire de son compère.
- Tu as raison, mais es-tu sûre que c'est ce que tu veux ?
Les 2 amis reprirent leur sérieux.
- Je sais que j'ai l'air de prendre ça à la légère mais je suis sur de moi. Après tout, je ne vois pas pourquoi j'aurais eu tout ces indices à propos de mes parents si ils avaient pas voulu que je les retrouve. Mais et toi, tu es certain de vouloir m'accompagner ?
- C'est clair que ça va pas être une partie de plaisir et on sait pas ce qui nous attend là-bas. Mais j'ai décidé que je voulais moi aussi savoir pourquoi tout ce que je sais de moi-même m'oriente vers ce monde alors oui. dit Maliki avec un air décidé
- Ok, alors on est tous les 2 d'accord, tu es prêt à y aller ? demanda Arren qui se préparait déjà à entrer dans la brèche.
- Oui allons-y ! On se retrouve de l'autre coté.
Les deux garçons se regardèrent à nouveau et acquiescèrent leur décision. Arren entra le premier dans la brèche, suivi juste après par Maliki. Une fois à l'intérieur ils se rendirent compte qu'ils tombaient dans le vide, qu'ils ne pouvaient rien voir et que l'air tourbillonnait autour d'eux. Puis ils se sentirent aspirés par ce vide, ensuite chacun d'eux s'évanouit sous le choc de leur arrivé.

Dans le monde de Gensokyo, deux jeunes hommes venaient d'entrer épuisés et inconscients…
Leur faire face à 2 contre 100? ça promet d'être marrant, j'en suis!
Dernière édition: il y a 2 ans 7 mois par Ganim.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

[Fanfiction] Gensokyo: terre de révélations il y a 2 ans 7 mois #25862

  • Ganim
  • Portrait de Ganim
  • Hors Ligne
  • Normal
  • Messages : 68
  • Remerciements reçus 1
Chapitre 3 : Une arrivé mouvementé

Lorsque Arren repris connaissance, la première chose qu'il sut c'est qu'il avait mal partout, particulièrement à la tête mais tout son corps le faisait souffrir et refusait de bouger. Il était sur le dos, allongé, immobile, les bras écartés et meurtrit, il sentait que son bras droit saignait, sonné et à moitié conscient en plein milieu de la nuit. Il était sur un parterre herbeux avec quelques arbres autour de lui, cependant, il ne put identifier cela que après que ses yeux se soient habitués à l'obscurité. Il se rendit également compte que ses vêtements étaient déchirés à de nombreux endroits mais ne pouvant pas se lever, il ne pouvait pas identifier l'étendue des dégâts. Il se demanda si il était vraiment arrivé à Gensokyo.

Dans un ultime effort, il parvint à se mettre en position assise, il regarda autour de lui, personne.
- Maliki ? Murmura-t-il. Pas de réponse.
- Maliki ! dit il plus fort. Toujours rien, aucune autre voix que la sienne. Maliki, tu es là !
Mais ses appels restèrent sans réponse. De plus, il n'y avait aucune trace de son ami dans les environs, il ne peut pas avoir disparu se dit Arren, il ne m'aurait pas abandonné non plus, donc il doit être apparu autre part ce qui veut dire que nous sommes bel et bien arrivés à Gensokyo. Il retomba allongé, son corps n'était décidément pas encore apte à fonctionner normalement avec cette entrée plutôt violente. Il recommença à réfléchir, il était inquiet pour son ami.
- Je sais qu'il peut se débrouiller tout seul mais si, comme je le pense, nous sommes dans un monde différent maintenant, qui sait ce qui nous attends. Arren soupira. Il faut absolument que je le retrouve mais pour ça, il faudrait aussi que j'arrive à me relever. se dit-il pour lui-même.

Il se rendit compte qu'il était en train de penser tout haut, il tenta à nouveau de se relever et parvint enfin à se tenir assis de façon stable. À ce moment là, les lambeaux de son T-shirt tombèrent et il vit que il ne restait plus grand-chose de celui-ci. Par chance, son jean, bien que sévèrement déchiré, semblait encore en état de tenir sur lui, ce qui le rassura grandement. Il réussi après un effort surhumain selon lui, à se relever et à se tenir debout mais en chancelant assez fortement.
- Je dois avoir l'air bourré. pensa Arren
Il fit un repérage de l'endroit et se rendit compte que il y avait un bâtiment proche avec une légère lumière accrochée, il décida de s'y rendre pour voir si quelqu'un pouvait le renseigner sur où il était.
Se dirigeant difficilement vers la bâtisse qui ne semblait pas très grande mais dans l'ombre, il était assez difficile de juger. Quand le garçon commença à se rapprocher de ce qui semblait être l'avant de l'endroit, il vit une personne qui se déplaçait avec une lanterne tenue devant elle.
- Euh ex...excusez moi ! appela Arren
La personne surprise se retourna et il remarqua que celle-ci était une fille l'air plutôt jeune, elle portait une sorte de grand ruban dans les cheveux et ses vêtements semblaient assez amples.
Qui est-tu, que fais-tu ici ? Je ne t'ai jamais vu ! s'écria la jeune fille
- En fait je... commença Arren.
- Mais tu es blessé !
- Je... vais... bien.
Arren se sentit défaillir et il sombra à nouveau dans l'inconscience, la dernière chose qu'il vit, avant de tomber dans les bras de Morphée, ce fut cette inconnue qui courait vers lui pour le rattraper.



Au moment où Maliki ouvrit les yeux, il constata qu'il se trouvait dans l'obscurité totale, mais malgré cela, il parvenait à distinguer plusieurs choses, en effet il avait toujours eu une certaine faculté pour voir dans le noir. Il réussi à identifier des murs ce qui lui indiqua qu'il était dans une maison et il vit également que cette pièce était un peu en désordre. Son premier réflexe fut d'essayer de se lever mais il n'y parvint pas, il rampa donc vers un mur et s'y adossa en s'asseyant. Il regarda un peu partout dans la pièce, mais ne vit aucune trace de son ami.
- Arren. ARREN ! hurla-t-il.

Aucune réponse ne lui parvint, il compris que cela signifiait qu'ils étaient réellement arrivé à Gensokyo, c'était leur but mais maintenant qu'ils étaient séparés, cela l'inquiétait à un certain point. Mais il savait que son ami était bien plus résistant qu'il n'y paraissait, quand à lui, il était juste très fatigué mais n'avait que quelques égratignures et plusieurs bleus. Il se sentait cependant un peu oppressé dans cet endroit, il réussi à se lever après quelques minutes, le plus important pour lui étant de faire un repérage des lieux afin de peut-être retrouver son ami. Il se mit en direction de la porte mais s'arrêta brusquement lorsqu'il vit deux yeux bleus qui le fixait impassiblement, imperturbables, sans sourciller.
Le garçon se sentait mal à l'aise, puis il se rendit compte qu'il y avait de nombreux yeux immobiles partout dans la pièce. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser que ce n'était que des perles utilisées pour les yeux des jouets et des poupées. Il y avait justement des poupées dans toutes la pièce sur des étagères ou par terre, la plupart étaient en mauvais état, certaines avaient des fils qui ressortaient, d'autres avaient perdu des membres ou avait les habits déchirés, d'autres encore n'étaient simplement pas terminées.

- Génial je suis tombé chez un confectionneur de poupées ! ironisa-t-il.
Maliki n'avait jamais apprécié les poupées et il continua son chemin vers la porte, mais il se heurta à un problème, la porte était fermée, il eu beau forcé, elle ne s'ouvrit pas. Il ne voulait pas défoncer la porte chez quelqu'un qu'il ne connaissait pas, il vit alors une petite fenêtre de l'autre côté de la pièce. Il se dit qu'il pouvait passer par là même si il aurait certainement du mal. Il ouvrit la fenêtre qui était cassée d'ailleurs. Le problème fut que l'autre coté était condamné par des planches de bois clouées au bords extérieurs de la fenêtre.Il voulait définitivement sortir, donc il tenta de retirer les planches en tirant dessus. Le jeune homme réussi à les décaler légèrement et vit par un petit interstice que dehors, c'était la nuit. Cela le rebuta un peu car, un monde inconnu et potentiellement dangereux de nuit, ce n'est pas la meilleure solution à choisir.
- Dans tout les cas, il faut quand même que je puisse sortir ! se murmura-t-il.
Il continua de tenter d'arracher les planches qui lui bloquait la sortie, lorsqu'un bruit dans son dos l'interpella. Le garçon se retourna mas ne vit que rien n'avait bougé, les poupées étaient toujours à la même place et personne n'avait troublé le calme de l'endroit. Maliki se remit à l’œuvre en pensant que son imagination lui jouait des tours. Il ne fit pas attention au second bruit car c'était le même que le premier donc sûrement son cerveau qui avait du mal à se remettre.

Mais un troisième son, plus proche, plus distinct qui se répéta juste derrière lui le força à se retourner, trop tard hélas. Il senti un coup sur son crane avant de s'effondrer, assommé en ignorant par qui et pourquoi.
Leur faire face à 2 contre 100? ça promet d'être marrant, j'en suis!
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

[Fanfiction] Gensokyo: terre de révélations il y a 2 ans 7 mois #26095

  • Ganim
  • Portrait de Ganim
  • Hors Ligne
  • Normal
  • Messages : 68
  • Remerciements reçus 1
Chapitre 4 : Introduction à Gensokyo

Quand Arren repris de nouveau conscience, il se sentit mieux que la fois précédente mais sa tête le faisait toujours souffrir.
- Ouch, ma tête ! Décidément... dit-il dans un souffle
Il était allongé sur un matelas posé sur la sol avec une épaisse couverture, de nombreux bandages sur son torse et son bras droit ainsi qu'un tissu humide sur le front. . Même si il était loin d'être en pleine forme, il était tout de même en bien meilleur état que lors de son arrivée. Il porta la main à son front et il se releva légèrement, comme cela, il réussi à identifier où il se trouvait.

C'était une pièce relativement spacieuse avec sur le sol des sortes de tatamis clair et deux grandes portes coulissantes de bois menaient vers une autre pièce bien que celle-ci soit fermée. Le jeune garçon remarqua qu'il n'y avait aucun meuble mis à part quelques tables basses dans un coin.
Le jeune garçon se mit en position assise et fit tomber le tissu de son front, il le remit dans la petite bassine remplie d'eau qui se trouvait juste à droite de lui. Il essaya de se remémorer comment il avait pu arriver là, sa seule certitude c'est qu'il était bel et bien arriver à Gensokyo et que comme il se disait, ce monde semblait être sous l'influence de la culture asiatique traditionnelle.

- Ah oui, je me souviens, cette fille ça doit être elle qui m'a amené ici, en plus, elle a soigné mes blessures, il faudra que je la remercie et que je lui pose quelques questions. se murmura-t-il.
À ce moment là, il entendit une porte coulisser dans la maison, puis de bruits de pas qui se rapprochaient et alors la porte s'ouvrit et il put voir son hôte qui n'était autre que la fille qu'il avait croisé à son précédent réveil. Il la vit distinctement : elle semblait jeune et avoir aux environs de 20 ans. Elle arborait des vêtements amples avec des couleurs rouge et blanche, une longue robe rouge, des manches blanche et un ruban rouge dans les cheveux. Ses yeux étaient rouges sombres et ses cheveux châtains foncés, ils lui tombaient sur les épaules. Il la trouva assez mignonne.
- Ah, ça y est tu es réveillé ! s'exclama-t-elle. Comment te sens tu ?
- Euh, je … vais mieux, merci de m'avoir secouru et soigné, … mademoiselle. répondu Arren en hésitant.
- Tant mieux ! C'est rien, oh, et appelle moi Reimu, c'est mon prénom, je m'appelle Reimu Hakurei. Et toi comment tu t'appelles, le nouveau venu ?
Elle se mit sur ses genoux à coté de lui.
- Ravi de te rencontrer, moi c'est Arren. dit-il un peu dificilement.
- Enchanté Arren ! Je sais que tu doit être très fatigué mais je voudrais quand même te poser quelques questions si tu te sens capable de répondre. Mais déjà, donne moi ton bras, il faut que je change tes bandages.
Arren obtempéra et observa la fameuse Reimu défaire ses bandages autour de son bras, elle fut surprise quand elle vit que ses nombreuses coupures, qui étaient assez profondes, semblaient déjà avoir cicatrisées. Elle remis tout de même un bandage moins important que le précédent, au cas où.

Je suis désolé d'être aussi direct mais moi aussi j'aurais plusieurs questions à te poser. Le garçon rompit le petit silence qui venait de s'installer.
- Oui je comprend, voilà j'ai finit. dit-elle en lâchant son bras. Alors que veux tu savoir exactement?
- Non vas-y toi, tu as dit que tu voulais me demander quelque chose, les femmes d'abord. répliqua le jeune homme en souriant.
- Quelle galanterie! commenta Reimu. Ok, alors déjà comment es-tu arrivé ici? Si tu t'en souviens, bien sur.
- Je me souviens que jusqu'à ce qu'on entre dans la brèche qui était censé nous faire arrivé à Gensokyo... C'est bien où on es actuellement?
- Oui tout à fait. acquiesça son interlocutrice. Au fait, bienvenue à Gensokyo!
- Merci. répondit-il avant de poursuivre. Quand on est entré je me souviens que j'ai eu la sensation de tomber et après c'est le trou noir, jusqu'à ce que je me réveille près d'ici et la suite tu la connais.
- D'accord. répondit-elle pensivement. Tu as dit « on », tu n'était pas seul?
- Non, j'étais avec mon ami Maliki. D'ailleurs tu ne l'aurais pas vu, il...
- Je n'ai vu que toi désolé, il n'y avait personne d'autre dans les environs. l'arrêta la jeune fille.
- Dommage. soupira Arren. Mais je suis sur qu'il va bien.
- Oui probablement. Bon seconde question: tu as dit que vous êtes entrés dans la brèche? Volontairement? demanda-t-elle étonnée.
- Exactement, on est venu de notre plein gré. On recherche tout les deux quelque chose et notre seule piste c'est ici. On sait que c'est dangereux mais on est prêt. dit-il d'un ton assuré avec un regard où on lisait une volonté de fer.
- Si tu le dis, mais par quelle faille êtes vous passés? C'est étrange que vous ne soyez pas apparus au même endroit.
- C'est une faille qui se trouve à Baltior, un village perdu en France. Tu vois de quoi je parle?
- Pas vraiment, je connais mal le monde extérieur. Mais d'habitude les gens qui arrive ici viennent par les ouvertures de la frontière Hakurei. Il y a un yokai qui s'appelle Yukari qui s'amuse à y faire des trous, ce qui fait que parfois, des humains arrivent ici par accident.
- Je vois, donc c'est toi qui garde cette barrière si je comprends bien?
- Tu as tout compris, elle porte pas le même nom que moi par hasard. D'ailleurs ce temple s’appelle lui aussi le temple Hakurei. expliqua Reimu.
- On est dans un temple alors, ça veut dire que tu es une miko? questionna le garçon.
- Bien sur! Bon ça ira, aller à toi de poser tes questions.

Arren réfléchit quelques secondes, il ne savait pas par où commencer. Il finit par lancer:
- En vérité, je demanderais bien des trucs du style: « Où suis-je? Qui suis-je? Où vais-je? Pourquoi suis-je? ». Mais je vais juste te demander qu'est-ce que ce monde?
- D'accord, je vais te dire tout ce que tu dois savoir. Es-tu prêt?
Il hocha la tête en signe affirmatif, la miko commença alors à lui expliquer ce qu'il voulait savoir.





Pendant ce temps, Maliki ouvrait difficilement les yeux toujours dans le même endroit que lors de son réveil précédent, mais avec une douleur crânienne localisée sur le haut de sa tête où se trouvait maintenant une bosse. Le garçon remarqua qu'il faisait jour grâce aux quelques lueurs du soleil qui perçait à travers les interstices des planches à la fenêtre. Il se releva péniblement en chancelant légèrement et en tenant sa tête encore douloureuse.

Bon sang, qu'est-ce qu'il m'est arrivé ? se demanda-t-il. Qui c'est le dingue qui m'a assommé, si je le tenais…
Il avait beau être uniquement entouré de poupées, il n'osait pas parler plus fort qu'en murmurant, l'ambiance de l'endroit lui semblait encore froide malgré le fait que le jour soit levé. Il se décida à faire ce qu'il n'avait pas réussi durant la nuit, partir de cette maison. Il se dirigea vers la porte de la pièce, celle-ci était toujours fermée. Cela ne le surpris pas vraiment, si quelqu'un était entré dans la pièce, cette personne aurait pris la peine de le réveiller. Il retourna de nouveau vers la fenêtre brisée, sous le regard imperturbable des poupées peuplant le lieu. Il tenta de retirer les planches encore une fois sans plus de succès.
- Bon, j'ai pas le choix… dit-il en craquant ses poings. Je voulais pas en arriver là par respect pour le personne vivant ici mais vu la situation, je pense que j'en ai le droit maintenant. Je vais devoir fracassé ses planches.

Le jeune homme pris de l'élan avec son bras gauche, serra fort le poing et envoya un coup d'une force très impressionnante dans le bois qui lui bloquait la sortit. Le coup fut si puissant que les deux planches qu'il toucha volèrent en éclats comme de simples jouets. Il sourit satisfait, il se hissa hors de la maison de peur que la personne y vivant n'y soit en ce moment et soit attiré par le bruit. Mais il n'entendit personne. Cependant il constata qu'une forêt plutôt inquiétante entourait la clairière et que il allait probablement se perdre plus qu'autre chose si il s'y aventurait.
- Qu'est-ce que tu viens de faire, espèce de brute !! cria une voix féminine dans son dos.
Maliki, se retourna et fit face à une poupée qui lévitait à presque deux mètres du sol et qui semblait être la source de cette voix. Même si son visage n'affichait qu'une expression neutre, il sentit qu'elle était furieuse. Il était dans une mauvaise situation...
Leur faire face à 2 contre 100? ça promet d'être marrant, j'en suis!
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

[Fanfiction] Gensokyo: terre de révélations il y a 2 ans 6 mois #26894

  • Ganim
  • Portrait de Ganim
  • Hors Ligne
  • Normal
  • Messages : 68
  • Remerciements reçus 1
Chapitre 5 : Début de nouvelles relations

Face à cette situation plutôt problématique, le garçon décida de jouer la franchise, il n'avait aucune idée de ce dont était capable une poupée dans ce monde.
- Ça paraît simple à comprendre pourtant, j'ai juste cassé les planches qui m'obstruaient la sortie afin de pouvoir partir de cette maison. dit-il sur un peu plus assuré qu'il ne l'était.
- Très bien alors explique moi pourquoi tu n'as pas emprunté la porte comme n'importe quelle personne normale? demanda son interlocutrice d'un ton accusateur.
- Eh bien, tout simplement parce qu'elle était fermé ! répondit Maliki avec insolence. Et au cas où tu me le demanderais, non je n'apprécie pas vraiment d'être enfermé dans une pièce rempli de poupées.
- Si tu ne voulais pas te retrouver enfermé, tu aurais pu te dire qu'il ne fallait pas rentrer dans ma maison sans mon autorisation ! hurla férocement la poupée. D'ailleurs pourquoi es-tu entré dans ma maison?
Le jeune garçon eu un moment de surprise, c'était une excellente question. Mais il se concentra de nouveau. Il réfléchit, peu importe qu'un objet en forme de petite fille lui parle malgré ses lèvres inanimées, peu importe que ce monde paraisse effrayant, sa priorité était de retrouver Arren, c'est tout.
- Je ne sais même pas comment j'ai atterri dans ta maison, je viens à peine d'arriver dans ce monde pour te dire la vérité. soupira le garçon. Maintenant si tu veux te battre contre moi, sache que même si ça me fait perdre un temps précieux, je suis prêt à me défendre.

Son regard devint plus sérieux, plus intense et plus menaçant, il savait bien comment retourner ce genre de situation afin de prendre l'avantage. Cependant il doutait fortement d'être vraiment avantagé, car pour lui tout lui était étranger dans cet endroit.
- Ah bon, alors tu es arrivé par accident, tu viens du monde extérieur ?
La voix féminine était devenu plus étonné que furieuse.
- Oui, c'est exactement ça…
- Alors dans ce cas, je n'ai rien à craindre de toi.

La poupée descendit et recula pour aller se poser sur l'épaule d'une fille qui venait d’apparaître de derrière l'angle de la maison. Celle-ci portait une robe bleu ciel qui était serrée par un long ruban rose pâle, au niveau de sa taille. Un autre ruban de la même couleur était attaché autour de son col et un dernier se trouvait dans ses cheveux blond, qui lui tombaient sur le front et sur les épaules en différentes mèches. Ses yeux bleus foncés portaient un regard assez détaché et méfiant sur le jeune homme qui lui faisait face avec un air surpris.
En effet, ce dernier était persuadé que la personne qui lui parlait depuis le début était la poupée qui défiait les lois de la gravité.
- Qu'est-ce qui t'arrive ? Pourquoi tu me regardes comme ça ? demanda la nouvelle venue.
- Non rien, c'est juste que j'étais en train de parler à un jouet depuis quelques temps et maintenant je me rends comptes que c'est toi qui me parlait. Du coup, je suis quand même assez surpris. répondit Maliki en essayant de redevenir calme.
- Ce n'est pas un simple jouet, toutes mes poupées sont exceptionnelles ! cria son interlocutrice l'air vexé.
Le garçon compris qu'il avait touché un point sensible en voyant l'air blessé de la fille.
- Excuse moi, mais il y a quelques minutes encore je pensais que c'était impossible qu'un objet puisse flotter dans les airs.
- Ça va, je te pardonne mais à l'avenir montre plus de respect quand tu parles de choses que tu ne connais pas.
- Ok, sinon tu pourrais m'indiquer où je suis parce que je dois retrouver quelqu'un et le plus tôt sera le mieux. s'empressa le jeune homme en se souvenant qu'il devait rejoindre Arren.
- Tu te trouves à Gensokyo maintenant et en plein milieu de le forêt de la magie, t'as vraiment pas de chance. Mais tu es à la recherche de qui au juste ?
- Un ami, on est venu ensemble mais j'ignore où il se trouve.
La jeune fille sembla touché par l'expression inquiète de l'inconnu.
- Je vois, je suis désolé mais c'est un endroit très dangereux, ici, il est possible qu'il soit mort.
- Il ne l'est pas, j'en suis certain, je sens encore son esprit. affirma Maliki avec assurance.
Il regarda la forêt qui les entourait pensivement, ne sachant pas par où aller.
- Si il est vraiment en vie, il doit se trouver au seul endroit où les humains sont en sécurité.
- C'est par où? questionna la garçon avec empressement.
- Très loin d'ici. Et pour tout te dire tu ne pourra pas y aller tout seul à partir de chez moi, parce que cette forêt tout autour est juste un des lieux les plus mortel pour les humains ordinaires.

Le visage du jeune homme commença à se couvrir d'inquiétude, il sentait qu'elle était sérieuse. Il n'avait plus le choix, il allait devoir demander de l'aide, même si il détestait devoir dépendre de quelqu'un d'autre.
- Dans ce cas, est-ce que ça serait possible que tu m'aide à me rendre dans ce village s'il te plaît ? dit-il légèrement gêné.
- Si je vis dans cet endroit c'est parce que j'aime être tranquille et pas être dérangé par les bruits incessants des autres personnes.
- Ah oui, je suis bien d'accord avec toi sur ce point mais je dois absolument retrouver mon ami.
- Je vais t'aider ne t'en fais pas, je vais t'amener à une amie qui à l'habitude de se rendre au village des humains. Peut-être qu'elle t’emmènera avec elle, même si vu son caractère c'est pas gagné. le rassura-t-elle en souriant pensivement.
- Merci beaucoup, euh… comment tu t'appelles ?
- Je m'appelle Alice et toi ?
- Merci Alice, je te revaudrais ça et moi c'est Maliki.
Les deux nouvelles connaissances se mirent en route vers la personne qui pouvait potentiellement aider Maliki.





Pendant ce temps, Arren séjournait toujours chez Reimu. En effet, malgré les soins que lui avait apportés celle-ci, il n'était pas encore remis de son arrivée fracassante. De plus, depuis que son hôte lui avait révélé la plupart des dangers et autres caractéristiques de Gensokyo, il lui fallait encore ingurgiter toutes ces choses.

Alors que la miko était partie du temple pour son travail, le garçon resté seul réfléchissait, il était inquiet pour son ami et il n'avait pas oublié les raisons de leur venu ici. Il n'avait rien dit à ce propos à Reimu et elle ne lui avait pas vraiment posé de questions à ce sujet. Mais malgré tout, il pensait qu'il allait être nécessaire de demander des renseignements sur ses parents car il n'avait aucune réelle piste au-delà du fait qu'ils se trouvaient probablement dans ce monde. Cependant, vu qu'il ne savait rien à leur sujet, il allait sûrement avoir du mal à trouver des informations valable. En ce qui concernait Maliki, c'était un peu plus clair, ils savaient déjà que celui-ci était né en Gensokyo, par conséquent, c'était logique de penser que c'était l'endroit idéal pour y découvrir ses origines.
Le jeune homme se leva et se sentit encore fébrile malgré qu'une journée s'était écoulée depuis son arrivée. Tandis qu'il songeait à tout ce qu'il avait appris sur ce monde tellement différent de celui dont il venait, de tous les dangers qu'il abritait surtout les yôkai. Il espérait que il n'allait pas en croiser de sitôt même si c'était quasiment certain, d'après sa nouvelle amie. Plongé dans ses pensées, il ne l'entendit pas arrivé et ouvrir la porte en déclarant :
- Salut Arren, tu te sens mieux ? J'ai des cadeaux pour toi !
Quand elle entra dans la pièce, Arren sursauta et se senti très gêné car il n'avait pas pris le temps de s'habiller et se retrouva en sous-vêtements devant une fille qu'il ne connaissait que depuis peu de temps.
Leur faire face à 2 contre 100? ça promet d'être marrant, j'en suis!
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

[Fanfiction] Gensokyo: terre de révélations il y a 2 ans 4 mois #27902

  • Ganim
  • Portrait de Ganim
  • Hors Ligne
  • Normal
  • Messages : 68
  • Remerciements reçus 1
Chapitre 6 : Quand des hommes arrivent en Gensokyo…

Cette scène était tout simplement surréaliste, Arren, un adolescent des plus pudique au monde, ayant honte de son physique et pas mal de complexes, se trouvait presque nu devant une personne qu'il venait de rencontrer il y avait à peine 1 jour. Le garçon était devenu rouge pivoine dans cette position, quand à Reimu elle avait un petit sourire gêné et elle avait également rougi.
- Excuse-moi… commença-t-elle.
- Euh… je suis… désolé. bredouilla le jeune homme, mal à l'aise.
La prêtresse se retourna et referma la porte le temps que son invité mette son pantalon et que le malaise passe. Après quelques minutes, elle retourna dans la chambre provisoire et poursuivit ce qu'elle voulait lui dire à la base.
- Je suis passé au village et j'en ai profité pour t'acheter de nouveaux vêtements. Tu les essayera pour voir si ils sont à ta taille. déclara la miko encore un peu rouge. Sinon comment tu te sens ?
- Merci Reimu, ça va beaucoup mieux, grâce à toi. répondit le jeune homme reconnaissant.
- Pourtant tu as encore l'air blême et fébrile.
- Ne t'inquiète pas, mes blessures ont cicatrisées, je suis juste encore un peu fatigué. Mais il va falloir que je tente de retrouver mon ami, je sais qu'il va bien.
- D'accord mais inutile de te précipité, il est probablement allé au village des humains, tu pourra le rejoindre bientôt. le rassura la jeune fille.
Arren acquiesça, il avait aussi conscience que il devait absolument remercier son hôte pour tout ce qu'elle avait fait pour lui. Il décida de profiter de sa convalescence pour cela avant de partir pour le village afin de revoir Maliki.
- Je voudrais bien savoir où je pourrais me laver s'il te plaît, parce que là, je me sens très sale.
Reimu lui indiqua la salle de bain et laissa le garçon prendre une douche qui lui fit le plus grand bien.

Une fois lavé, le jeune homme regarda les vêtements que son amie lui avait généreusement offert. Même si ce n'était pas vraiment ce qu'il avait l'habitude de porter, au moins ce n'étais pas un kimono ou un autre vêtement du genre, ce qu'il avait craint en sachant que ce monde était sous l’influence asiatique. Sa tenue complète était composée de :
- un tee-shirt jaune un peu moulant
- un pantalon en toile noir
- une veste bleue clair
Il enfila ses vêtements, le tee-shirt était de la bonne taille, la veste aussi mais le pantalon était un peu large, heureusement il prit la ceinture de son autre pantalon pour palier ce problème.

Il retourna voir son hôte et lui proposa son aide pour s'occuper du temple, elle accepta à condition qu'il ne force pas trop. Alors qu'il était en train de passer le balai devant le temple, tout en admirant le paysage, il lui sembla voir quelque chose se rapprocher au-dessus de lui. Il stoppa son travail et observa, il ne vit rien de suspect. Il se remit à son balayage, lorsque tout à coup, une énorme bourrasque de vent lui fouetta le visage, en même temps qu'une étrange personne fit son entrée.
- Wouah ça alors !!! Mes yeux ne m'ont pas trompés un nouvel humain ici, c'est le scoop ultime ! dit la nouvelle arrivante.
La première chose que Arren remarqua, ce fut les ailes noires qui apparaissaient dans le dos de cette personne. Elle portait une blouse blanche, une jupe noire avec des motifs de feuilles oranges. Ses cheveux noirs étaient mi-longs et ils étaient détachés, ses yeux rouges semblaient scruter le jeune homme avec une curiosité et un intérêt presque inquiétant.
- Excuse-moi mais… commença l’adolescent.
- Est-ce que tu veux bien répondre à mes questions? le coupa cette personne. Aller dit oui !?
Et sans attendre de réponse, elle sortit un carnet de notes et un stylo de sa poche. Alors, une longue et dérangeante interview débuta.
- Tout d’abord, parle moi de toi !




Quelques heures plus tôt, Maliki était toujours en compagnie de Alice dont le nom complet était Alice Margatroid. Le jeune garçon trouvait que son accompagnatrice était un peu distante et froide, ce qui réveilla sa méfiance mais il devait lui faire confiance car il n'avait aucune autre option.

En vérité, l'adolescent éprouvait un mélange d’appréhension et de fascination, pas pour la jeune fille en tant que telle mais pour ses compétences magiques à manipuler ses poupées. Il appris par exemple que la personne qui l'avait assommé était l'une d'entre elle que Alice avait enchanté pour qu'elle surveille sa maison. La magicienne lui posa quand même plusieurs questions sur lui, il répondit que il était effectivement venu à Gensokyo volontairement. Cela surprit grandement la jeune fille, mais elle ne se montra pas plus curieuse que ça. En vérité, c'est surtout, le garçon qui se montait curieux à propos de ce monde qui lui était mystérieux. Le problème c'est que son interlocutrice ne se montrait pas vraiment rassurante et insista surtout sur les chances qu'il avait de mourir ici entre les yokai et autres créatures plus ou moins étranges.
En arpentant la forêt, Maliki se rendit compte à quel point il lui aurait été impossible de la traverser seul, les arbres et les plantes semblaient être capables de l'attaquer et il n'arrivait absolument pas à trouver des points de repère, malgré son sens de l'orientation plutôt bien développé. Cependant, en plus des végétaux meurtriers, il entendait un certain nombre de cris et de bruits d'êtres vivants qui ne devaient pas être moins dangereux. Fort heureusement, la présence d'Alice semblait les tenir loin d'eux, sinon il était sue qu'il aurait pu mourir plusieurs dizaines de fois. En fait, c'était les poupées de la magicienne qui ouvraient la marche en lévitant devant eux comme pour baliser le terrain.

Soudain, le jeune homme senti un bruit suspect au dessus d'eux, il s'arrêta et observa en essayant de percer par dessus la cime des arbres avec son regard aiguisé. Il parvint à distinguer une forme qui passa à toute vitesse entre les arbres les plus haut. Son accompagnatrice remarqua que son compagnon de route s'était figé et lui demanda :
- Il y a un problème ?
- Je … j'ai vu quelque chose filer au dessus des arbres très rapidement. répondit-il.
- Et alors ?
- Et bien je trouve ça étrange car je suis presque sur que c'était un humain. lâcha l'adolescent.
- Ou alors un tengu ou un yokai volant, même si tu as réussi à voir à travers les arbres tu ne peux pas être certain de ce que tu as aperçu ! s'impatienta la jeune fille.
- Oui tu as raison. admit Maliki.
- Tu n'as peut-être pas tort non plus. dit la magicienne en se rendant compte de son manque de tact. C'était peut-être justement la personne vers qui je te guide.
- Ouai à ce propos, tu pourrais me dire qui est cette fille au juste ? Parce que je voudrais savoir à quoi m'attendre.
Alice réfléchit quelques secondes et finit par dire :
- Et bien, elle est un peu spéciale et elle a un caractère un peu désagréable vu qu'elle est curieuse et un peu trop décontractée à mon goût. Mais elle est pas méchante, je pense que elle voudra bien t'aider malgré tout et qui sait, peut-être qu'elle va t'apprécier.
- D'accord. répondit pensivement son compagnon de route.
Il comprit vite que elle ne lui disait pas tout ce qu'elle pensait, à l'égard de cette mystérieuse personne.
- Mais encore ? Elle est humaine, yokai ou autre chose ?
- Elle est humaine, mais c'est une magicienne tout comme moi, cependant elle pratique un type de magie très différent du mien. Elle se vante d'être la meilleure magicienne des environs mais c'est juste de la prétention, je suis bien meilleure que cette Marisa !
Donc elle s'appelle Marisa, pensa Maliki et ma nouvelle connaissance semble avoir une dent contre elle. Je sens que ça va être compliqué de négocier pour aller au village. Il fut interrompu dans ses pensées par la voix de la marionnettiste magique :
- On approche, c'est dans la clairière juste là-bas.

L'adolescent regarda devant lui et vit effectivement une clairière dans laquelle se tenait une grande bâtisse. Même si celle-ci avait l'air bien entretenu, il y avait du lierre qui grimpait à de nombreux endroits sur la maison. Malgré cela, il trouva que cette maison avait l'air plutôt accueillante, bien que moins classe que celle d'Alice. Les deux compagnons de route s'engagèrent sur le chemin qui menait à la porte d'entrée de la maison, alors qu'ils s'approchaient, la marionnettiste en tête, la porte s'ouvrit lentement et apparu alors la propriétaire des lieux.
- Oh c'est toi, salut Alice ! déclara-t-elle.
Ensuite, elle aperçu Maliki, qui restait un peu en retrait et sourit malicieusement.
- Tiens tiens, dis moi Alice, je croyais être la seule avec qui tu faisait des promenades en forêt. Je suis un peu jalouse.
- Bonjour Marisa. répondit Alice, un peu gênée. Je te présente Maliki, Maliki voici Marisa.
- Enchanté ! dit poliment le garçon en faisant un signe de la main.
- Moi aussi ! Alors, qu'est-ce qui vous amène chez moi ? demanda la nouvelle venue.
La magicienne commença à expliquer la situation voyant que le jeune garçon était un peu intimidé. Celui-ci en profita pour jauger sa potentielle future allié, pour retrouver son ami. Elle était habillé avec des vêtements de sorcière, avec un grand chapeau noir orné d'un ruban blanc, une tenu blanche et noire avec un grand jupon. Elle était armé d'un balai qui semblait être fait de bambou, cela renforçait le coté sorcière qu'il percevait chez elle. Ses cheveux étaient longs, blonds et détachés, elle possédait des yeux dorés, son expression lui donnait l'air sûre d'elle. Mais l'histoire que lui racontait Alice semblait beaucoup la surprendre.

Quand elle eu finit d'exposer la situation, Marisa repris la parole en s'adressant au jeune homme.
- Je vois, donc tu viens du monde extérieur.
- Oui, en tout cas, je ne suis pas d'ici.
- Si tu le souhaite, je veux bien t'emmener au village où vivent les humains, mais je ne te promets pas que tu y retrouvera forcément la personne que tu recherches. le prévint la sorcière.
- De toute façon c'est ma seule piste pour l'instant, mieux vaut ça que tenter ma chance seul dans cette forêt.
- Oui, tu as raison et…
- Bon vu que tout semble réglé, je vais vous laisser, j'ai des choses à faire. la coupa Alice en se retournant pour partir.
- D'accord, à plus tard ! lança Marisa
- Euh, Alice ?
- Quoi ? demanda l’intéressée.
- Merci pour tout ! dit le garçon en souriant.
- De rien, à une prochaine fois peut-être ! lui répondit-elle en lui rendant son sourire.
Puis la marionnettiste magique partit en direction de sa maison, laissant la sorcière et le jeune homme seuls.
- Je suis surprise que tu ai réussi à la convaincre de t'aider, vu son caractère.
- À vrai dire, moi aussi.
- pas étonnant. Bon on fera plus ample connaissance, sur le chemin, tu es prêt à partir ?
- Aucun problème ! lui affirma Maliki.
- Dans ce cas c'est parti, j'espère que tu aimes les sensations fortes !
Leur faire face à 2 contre 100? ça promet d'être marrant, j'en suis!
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Derniers messages sur le forum