Ce site web utilise des cookies afin d'assurer le confort d'utilisation de celui-ci.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt et l'utilisation de cookies sur votre ordinateur/téléphone.

Touhou-Online recherche activement des contributeurs pour la communauté. Nous cherchons:

- Rédacteurs (rédaction d'actualité, infolettres, blogues) / - Documentalistes (rédaction de l'Encyclopédie)
- Attachés Communautaire (administration/édition de page Facebook, Twitter ou Google+)

- Gestionnaire HakureiCon Shop (gestion des tâches, supervision, assistance aux Adminisrateurs)
- Webdesigners/Infographistes (CSS, HTML, PHP)

Motivés à contribuer à la communauté Touhou, vous êtes intéressés? Candidature ici ! Tout le monde est le bienvenue.

Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
Là où les livres et l'Histoire sont écrits...
Et ici, nous écrivons des fanfictions et des histoires sur la terre des Illusions !

SUJET : Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 1 an 7 mois #31131

  • Material
  • Portrait de Material
Introduction


Dans la grande pièce se trouvait cinq fauteuils rouges ornés d'or formés en arc de cercle, quatre personnes sont assises dans les premières en partant de la gauche, mais le cinquième n'était pas en utilisation, il y régnait un sombre terrible, les fenêtres étaient bien ouvertes et il faisait jour, et beau en plus. Mais la lumière ne pouvait pas combattre l'obscure ambiance pesante de cette pièce, sortante du naturel.
Les deux premières personnes assises et la quatrième ont un vêtement rouge à capuchon identique, cachant leur visages.

Celle d'au milieu était une fille, qui semblait très jeune, mais sa sagesse, son expérience, sa personnalité revient à l'équivalent de plus de huit siècles.
Elle avait des cheveux blancs, très blancs, ainsi que des yeux saphir qui sont bruts quand elle est triste, doux quand elle est joyeuse, mais surtout, en ce moment précis, vides comme la nuit, quand elle est pensive, quand elle prépare un terrible plan, quand elle utilise ses capacités mentales.

Devant elle : une autre fille, qui devait avoir 19 ans, se prosternait devant elle.

- Tu as éliminé l'humain, n'est-ce pas ? demanda la dominante.
- Oui, murmura l'interrogée.
- Malgré cela, ton objectif de promotion pour succéder à Huku n'est pas encore accomplie.
- Oui, je sais.

L'enfant terrifiante se leva de son fauteuil et arriva vers son serviteur, et arriva devant son oreille, et lui chuchota une chose en souriant :

- As-tu encore la pierre ?

L'apprentie écarquilla les yeux, elle venait de se rendre compte que le terrible savoir de sa maîtresse a attrapé son erreur commise peu de temps avant, et commença à avoir les larmes aux yeux.

- Non, je suis vraiment navrée, je l'ai perdue, avoua-t'elle.

L'effrayante fillette prit un air moqueur avec un sourire encore plus grand et se redressa.

- Ah, vraiment ? Je t'imagine mal perdre un objet pourtant... sarcasma-t'elle.
- Pardonnez-moi...

Elle répéta ses excuses sans arrêt, espérant échapper au terrible sermon qu'elle pouvait y trouver en échouant sa quête.

- Oh tu sais, ce n'est pas si grave, ajouta le petit démon, toujours avec un ton sarcastique.

L'adolescente releva la tête, mais elle n'eut pas le temps de se protéger alors que trois pointes de 5 mètres de long chacune transperça celle-ci toujours au même endroit : le cœur.
Les lignes se désintégrèrent, laissant place à une jeune femme couchée sur le ventre, fauchée au corps, du sang recouvrant le sol.

La maîtresse se ressaya sur son fauteuil, en fixant sa servante défunte.

- Eh bien, tu n'y es pas allée de main morte, remarqua l'une des trois suivantes de la petite fille.
- Même au danmaku elle aurait perdu à 100%, je ne pouvais lui accepter un châtiment différent, la mort est nécessaire, répondit la sorcière.
- OH ! Je pourrais le manger ? demanda une autre avec une voix plus enfantine.
- Attends, je pourrais m'amuser avec son corps... Oui... Avec ce corps, je pourrais dérouler mon plan sur le tapis rouge... Après tout, la pierre lui appartenait...

La jeune fille commença à rire, et ce rire commença à devenir très fort et à la limite peu supportable, tel un crescendo qui alla trop loin.

- Ahhh, ha ha... ha..., son rire diminua.

Elle regarda le plafond de la pièce, fatiguée de ses rires, et prononça ces mots, des mots sortis de l'enfer :

"Allez ! Reimu Hakurei ! Voyons voir si tu peux gagner une partie comme celle-là !"
Dernière édition: il y a 1 an 7 mois par Material.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 1 an 7 mois #31171

  • Material
  • Portrait de Material
La Tempête de Quartz

Arrêt ~ Apparition

Chapitre I - systemdefense;1entityentered

14 années plus tard...

- Salut, Papa.

Elle était dans un endroit paisible, qu'on aurait dit infini, juste de l'herbe et des collines.
Ce même infini est entouré par des arbres, ou plus une forêt, un infini fermé.
Il faisait horriblement chaud, mais cela ne semblait pas la perturber.

Devant elle : une maison, sa maison, son ancienne maison. Un bâtiment assez massif non pas en cendres, mais ne tenant plus debout, le bois servant à maintenir l'équilibre de cet endroit sont toujours debout, mais ne tenant plus rien.

Aokino s'approcha et s'engouffra dedans, espérant trouver quelque chose pouvant expliquer la disparition de son paternel.

- Ça fait 14 ans, que je me trucidais l'esprit pour ne pas venir ici, j'avais peur de te voir ainsi, je ne devais pas approcher, je ne voulais pas affronter les dangerosités qui furent ici.

Le sol brûlé grinça légèrement, comme si il y avait encore de la vie dans ce bois.
La fille habillée en bleu ouvrit une trappe dans la pièce suivante de ce qui était supposé être l'entrée recouverte par les traces noires des flammes.
Sous la trappe se trouvait un cave, qui était étonnamment peu brûlée par rapport au reste de cet endroit.

~BGM~ - Redux 2 ~ 01 Room (Submachine 10)

- Mais maintenant, j'ai étranglé la peur qui me scindait en deux pendant ces longues années, désolée, mais je vais m'introduire dans l'endroit que tu m'avais interdit l'entrée à cause des "monstres", ces superstitions que tu me racontais, je n'y crois plus. J'ai besoin de savoir la vérité, et je la découvrirais, et j'espère que tu m'observes de là où tu es.

Dans cette cave se trouvait des choses assez classiques, une étagère sur laquelle repose des gourdes de saké dont la plupart sont détruites, des murs peu travaillés...
Le plus étrange fut cette vieille table de bureau collée au mur, avec trois tiroirs sur chaque côté.

Dans le premier, deuxième, troisième tiroir, il n'y avait rien, dans le quatrième se trouvaient une douzaine de feuilles, toutes marquées de schémas complexes et incompréhensible, Aokino les attrapa et les plaça, pliés, dans sa pochette.

Dans le cinquième tiroir se trouvait une lettre, qui est moins dégradée que les feuilles, étant une très bonne observatrice, elle sût que cette lettre a été mise ici quelques années en arrière mais pas 14 ans.
Elle la lut.

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Dernière édition: il y a 1 an 7 mois par Material.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 1 an 6 mois #31235

  • Material
  • Portrait de Material
...

Aokino semblait être en colère, tellement en colère qu'elle froissa le papier dans sa main.

- Celui qui a fait ça... Croit que le meurtre est un jeu ? se dit-elle, en écrasant la lettre dans sa paume, il se moque de nous ?! Il se moque de mon père ?!

Elle se calma.
La jeune fille regarda ce qui pouvait se trouver dans le dernier tiroir.

Un grand dessin écrit en rouge était inscrit dans le bois du tiroir, Aokino lut les inscriptions en japonais et observa les formes du dessin en un clin d’œil.

- UNE RUNE DE COMBUSTION RAPIDE ?! s'exclama-t'elle en s'éloignant rapidement.

Le bureau entier prit feu. Aokino s'échappa en vitesse, elle sortit de la maison, courut dans la clairière, toujours avec le message du criminel à la main.

- Qu'est-ce qui se passe ?! Je ne comprends plus rien ! Je dois...

Elle s'arrêta de courir, cela endommageait ses forces, se dit-elle, elle doit arrêter de paniquer.

Et le crépuscule tomba. Elle se demanda comment arriver chez-elle avant la nuit, étant à plusieurs lieues de distance.
Elle devait traverser la Forêt de La Magie, passer quelques chemins, dépasser le Village des Humains.
Mais sa décision était moins dangereuse, au lieu d'y arriver à l'aube, fatiguée et désorientée. Elle décida de passer chez son amie Marisa, pour repartir le lendemain.
C'est alors qu'Aokino brava la Forêt de La Magie, et ce fut étonnamment interminable, elle semblait se reprendre à plusieurs reprises par quatre chemins. Aokino connaissait peu cette forêt, parmi les nombreux défauts de cette fille, le fait de se perdre ou oublier quelque chose était la plus dérangeante.

Bien plus tard, durant la nuit, elle s'arrêta et s’assit au pied d'un arbre afin de manger un morceau, elle n'en pouvait plus, mais refusait de s'endormir, ce pourrait bien être le menu parfait pour un youkai.
Cette forêt questionna tout son esprit, le jour est le même pendant la nuit, avec ces arbres recouvrant toute la surface.

Je veux dormir, se dit-elle.
- Non, tu ne t'endors pas. Il y a des choses qui te veulent du mal ici, donc tu ne t'endors pas, se répondit-elle.
Mais je suis fatiguée...
- C'est bientôt fini, accroche-toi.

Aokino reprit confiance et se leva.
Mais au même moment, elle comprit qu'il y avait quelque chose par ici. Et se retourna.

Une bête sauvage, non, cela se rapprochait plus d'un youkai humanoïde ressemblant à une panthère s'approcha d'elle, les crocs sortis.

- N'importe qui peut se faire attaquer durant une nuit comme celle-ci, dit-elle, sans pour autant s'adresser à la bête.

Celui-ci se précipita sur elle, et Aokino esquiva de peu, elle était trop fatiguée pour combattre.

Mais malgré cela, elle riposta en sortant une dague dont le bout était plongé de somnifère très puissant, et coupa rapidement une entaille dans le poignet du youkai qui gigota un peu en essayant de la toucher, avant de s'effondrer.

- Heureusement que je n'ai pas voulu te faire de mal, tu as eu de la chance, mais si tu ne trouves pas de quoi manger rapidement... tu mourras sans doute.

Aokino trouva finalement la maison aka. boutique de Marisa absolument surclientée, sans vouloir être ironique.

Elle marcha lentement, dû à sa grande fatigue, elle pouvait à peine ouvrir les yeux.
Son doigt se posait sur la sonnette, et donna un effort final afin d'appuyer dessus, comme si elle avait accompli quelque chose d'énorme.

Saloperie de maladie héréditaire, j'ai galéré à appuyer sur un bouton.

Quand Marisa ouvrit, Aokino tomba sur elle et s'endormit.

- Qu'est-ce que ?! fit la magicienne.

Marisa comprit qui était sur elle.

- Aokino ?! Mais..... Ah okay. Bon. Je fais quoi maintenant ... ?

Elle regarda autour d'elle avant de rentrer dans sa maison avec le corps endormi d'Aokino.

La "maladie héréditaire" d'Aokino est très étrange, effectivement, durant les nuits, elle devient désorientée et se fatigue vite, et d'autre part, elle perd de grosses parties de sa mémoire et devient colérique et dangereuse avant de revenir à la normale le jour, elle pourrait assassiner des innocents dans cette phase.






Aokino faisait un rêve.

Il y avait quelqu'un qu'elle n'a jamais rencontré auparavant.
On aurait dit une fillette, mais on pouvait voir ses yeux inexpressifs, limite terrifiants... regarder Aokino qui ne comprenait pas.

Ces yeux étaient le résultat de huit siècles de vie.

L'utilisatrice d'armes blanches était dans le doute total, elle voyait une terrible aura autour de cette inconnue qui continuait de la fixer avant de faire un sourire qu'on pourrait qualifier : semi-démoniaque.

- Tu sais qu'en ce moment, je m'amuse beaucoup avec toi, Tsukazu...
Dernière édition: il y a 1 an 6 mois par Material.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 1 an 6 mois #31254

  • Material
  • Portrait de Material
Aokino se réveilla, mais à ce moment là, elle ne contemplait pas l'endroit où elle se trouvait, elle passa quelques minutes, allongée, à se poser des questions sur ce rêve étrange.
Puis elle se redressa rapidement, ce qui lui valut un étourdissement d'environ dix secondes.

Elle portait toujours ses habits à son habitude.

Elle reconnut ensuite cet endroit, elle était chez Marisa.
La jeune fille se dirigea vers la fenêtre à la droite du lit, et observa la position du soleil.

- Midi, soupira-t'elle, il faut que je voie un docteur, absolument.

Elle voulut se ré-allonger, mais pensa à la lettre de crime.
Se ressaisissant, elle descendit les marches amenant au rez-de-chaussée.

Ce même rez-de-chaussée contient un salon et la cuisine dans une salle à côté, Marisa n'était pas dans sa maison ?

Sur la table basse au milieu de la salle se trouvait un morceau de papier sur lequel était écrit la prévention suivante :

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


Aokino ouvrit la porte d'entrée pour sortir de la maison, Marisa était dehors, elle était de dos, on aurait dit qu'elle regardait le ciel d'été.

- Heu... Maris-

Elle n'eut pas le temps de terminer son appel que la magicienne se retourna.
L'instant durant, le vent s'était soudainement levé.
Cela fit peur à Aokino, qui manquait de tomber par terre, mais se sera retenue en gardant sa stabilité.

~BGM~ - No Friends - Mark J. Hadley

Ce qu'avait vu la manipulatrice des armes blanches n'était pas Marisa, mais pendant une fraction de seconde où le vent était soudainement très puissant, le genre de vent qui arrache les feuilles des arbres, les cheveux qui secouent, les vêtements qui bougent... elle avait vu la personne dans son rêve. Cette petite fille qui la hante.

Puis sa forme se métamorphosa en Marisa Kirisame, qui semblait un peu inquiète de l'expression d'Aokino.

- Tsukazu ? Qu'est-ce qu'il y a ? demanda la collectionneuse en s'approchant d'elle.
- Rien ! Je... je crois que j'hallucine, voilà, j'aurais besoin de me réveiller un bon coup.
- Ah ! J'vois.

Elles restèrent là pendant une quinzaine de secondes puis Aokino reprit la parole.

- J'ai besoin de te parler de quelque chose, allons à l'intérieur s'il-te-plaît, dit Aokino.

Aokino parla du sujet de la lettre à Marisa, le meurtre de son père est définitivement impliqué dedans, une blague n'en est plus une si on y parle de meurtre de gens réels.
La magicienne était dans le flou total, elle ne savait pas grand chose elle non plus, bien qu'elle souhaitait aider Aokino.

- Hmm, si la mort de ton père était 14 ans avant, il y avait toujours les cartes de sort, j'pige pas trop pourquoi il devait il y avoir un meurtre, déjà. Ensuite, même avec mes connaissances, ce dialecte qui sert à écrire le nom du clan dont fait partie l'assassin m'est totalement inconnu, désolée mais je ne sais pas quoi faire Tsukazu-san... À part peut-être combattre et exterminer l'auteur de ce crime.
- Ce serait super cool, mais on ne sait pas où il est, ni qui c'est...
- Ce mystère est assez complexe, je te l'accorde...

Elles continuèrent de réfléchir longuement, avant que Marisa pensa à une chose qui venait de lui entrer dans le cerveau.

- Attends, je connais quelqu'un qui peut peut-être connaître cet alphabet.
- Ah bon ? Qui est donc cette personne ?

Marisa se frotta l'arrière de la tête.

- Aokino, tu connais le Manoir du Démon Ecarlate ?
- Ah oui.

Beaucoup d'habitants de Gensokyo se souviennent très bien de ce fameux incident au Manoir du Démon Ecarlate, mené par Remilia Scarlet, Aokino pourrait donc trouver une réponse là-bas.

- Je connais une personne ayant des connaissances assez... heum, prodigieuses, on va dire. Elle se nomme Patchouli Knowledge, mais tout le monde l'appelle Patchy, j'espère qu'elle pourra t'aider. Et si tu as trop peur des vampires, je t'accompagne, j'ai des petits deals à régler avec elle, fit la mage en un ton moqueur.
- Merci, Marisa, répondit la fille, sans laisser apparaître de sentiment d'impuissance ou de peur.

Marisa offrit à manger à Aokino, qui était affamée depuis le début de la journée, et commencèrent à se préparer pour le Manoir du Démon Écarlate.

Aokino attrapa sa sacoche, avec des objets qui peuvent l'aider durant une situation grave ; ses cartes de sort, des bandages, bien qu'elle n'était pas une habituée en médecine...

Une fois dehors, la magicienne marqua la touche finale ; chapeau sur la tête et balai volant.

- Monte, dit Marisa en pointant du pouce l'arrière du balai tout en le chevauchant.
- Hein ?
- Tu m'avais dis que tu ne savais pas voler, non ? Alors tu montes, on ne va pas y aller à pied.

Aokino monta le balai avec Marisa, peu rassurée.

- Tu es prête ? On y vaaa !

Le balai décolla et grimpa en altitude à toute vitesse.
Aokino s'accrocha à Marisa, c'était la première fois qu'elle pouvait voler sur un balai.

- Hoy, Tsukazu-san, arrête de faire ta gamine et regarde comme c'est beau.

La matérialisatrice ouvrit les yeux et regarda comment Gensokyo était magnifique de haut. Avec le soleil et les nuages qui semblaient être à la même hauteur... l'eau qui était tellement bleue, la plaine qui était seulement verte.

Tout cela éblouissait Aokino qui oubliait alors sa terrible situation.
On peut dire que c'est très rafraîchissant comme sensation.

Puis, après deux minutes sur le balai, elle se souvenut de sa présence ici, et continua de parler à Marisa.

- Marisa, pourquoi veux-tu m'aider ? demanda Aokino avec curiosité.

Marisa ne répondit pas au début, son visage semblait sombre, on avait l'impression qu'elle était immobile, pendant que le balai continuait à avancer. Aokino répéta la question avec un "alors" puis la magicienne regarda Aokino avec une expression un peu désolée, mais toujours dans l'optimisme.

- Eh bien... tu vois, j'aurais pu te dire que les amis, c'est fait pour s'entraider, mais il y a une autre raison, dit Marisa en revenant à regarder la direction de leur point d'arrivée.
- Quoi donc ?
- ... Je m'ennuie un peu...

Aokino ne comprenait pas, mais la collectionneuse décrit.

- Depuis quelques mi-années, si je peux dire comme ça, quasiment aucun incident ne se produit, les rares qui se produisent ces derniers temps ne sont que des problèmes de compréhension, ce ne sont pas des incidents majeurs.
- Ce n'est pas la miko Hakurei qui s'occupe de ce genre de cas ?
- Il ne me semble pas t'avoir déjà dit que Reimu est une grande amie à moi, et rivale en même temps... héhé... je l'aide souvent à résoudre ces mystères, parce que j'adore découvrir de nouvelles choses. Mais si plus aucun incident ne se produit, je ne sais plus vraiment quoi faire, continua Marisa en baissant la tête, hormis continuer à gagner en connaissances et puissance, peut-être, tu sais, c'est bien de rester en paix, mais depuis quelques temps, je cherche à tester ma force que j'ai acquise ces derniers mois...
- C'est pour cela...
- C'est pour ça que j'aimerais t'aider et voir si un truc ultra grave se produit, comme ça, je peux encore une fois sauver Gensokyo-daze ! dit-elle avec une expression plus déterminée.

Elles sont arrivées au Lac Brumeux devant le Manoir du Démon Ecarlate, et Marisa demanda vite de se cacher derrière un arbre parmi ceux qui encerclent le Lac Brumeux.

- Ma... Marisa ! Pourquoi tu veux qu'on se-
- Chuuut... répondit la magicienne en mettant sa main sur la bouche d'Aokino.

Elle regarda la porte pour entrer dans le jardin du manoir.

- Je ne pense pas que j'aurais pu passer en douce sur mon balai avec cette Meiling qui n'était pas en train de dormir, cela risque d'être un petit peu compliqué, chuchota Marisa.
- MMMRSMMM, Aokino essaie de parler mais ne peut pas.

Marisa retira sa main de là et Aokino souffla.

- Mais qu'est-ce que tu faiiis ?! chuchota Aokino.
- Désolée, je suis trop habituée à mes bonnes manières d'entrer. Aokino ! Tu vas m'aider.
- Hein ? Mais si tu les connais, il suffit de demander.
- Tais toi et écoute moi. Je sais que tu as une excellente précision, alors, ramasse un caillou.

Aokino voulut râler, cela se voyait sur son visage, mais décida de se laisser faire et ramassa une pierre pas trop grande.

- Nickel. Il faut que tu la lances en l'air et elle doit retomber ici, dit Marisa en pointant du doigt l'autre côté du chemin menant vers la porte.
- Vers le haut ?
- Exactement, allez ! Lance la !

Aokino se concentra, et ses yeux verts sont devenus orangés, à partir de ce moment là, elle peut envoyer quasiment n'importe projectile en parfaite précision.
Avec un petit élan, la pierre vola vers le haut et dépassa presque les nuages, avant d'arriver sur le sol à la droite du portail en faisant un bruit comme si elle était tombée du ciel.
Hong Meiling, la gardienne, regarda l'endroit où est tombé la pierre, en se sentant interpellée.

- Vite ! Grimpe le mur !

Mais Meiling n'était pas si dupe ! Elle se retourna et vit le bout de vêtement noir de Marisa dépasser de derrière le mur avant de disparaître.
La chinoise ferma les yeux avec un petit sourire en revenant à son poste.

- Ce n'était que Marisa. Hmpf... je te vaincrais, un jour, dit-elle.

Derrière le rempart entourant le jardin, Marisa et Aokino reprirent leurs souffles, assis.

- La vache ! Tu es terrifiante, en vrai, complimenta la magicienne.
- Merci, c'est juste que tu es un peu bizarre.

Marisa éclata de rire, Aokino pouffa de même.

Elles se relevèrent et se rendirent, visage droit, à l'immense et majestueux Manoir du Démon Écarlate.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 1 an 6 mois #31360

  • Material
  • Portrait de Material
Le territoire de la vampire était gigantesque. Aokino, qui n'avait jamais vu un tel endroit, était vraiment impressionnée par la taille du manoir, elle ne s'attendait pas à ce que ça soit aussi énorme.
Le jardin également avait une assez grande superficie, pour une seule maison.
Subitement, la fille qui était très excitée à l'idée d'entrer dans un tel habitat remarqua que quelque chose n'allait pas. Evidemment, tout n'allait pas, elle n'a pas la moindre idée de qui pourrait être l'auteur de la lettre, mais c'était autre chose. Elle se sentait violemment surveillée par quelque chose. Quelque chose d'invisible ? Quelque chose d'évident que tout le monde aurait vu ? Dans tous les cas, elle ne le voyait pas, et cela la dérangeait.

Marisa indiqua une porte parmi des nombreuses en disant que celle-ci était toujours ouverte, et elle permettait d'entrer dans la bibliothèque du manoir, la pièce fétiche de Patchouli Knowledge.
Aokino ne l'écoutait qu'à moitié, trop déconcentrée par cette impression.

Soudainement, l'impression fut forte au moment de passer la porte, très forte, (trop) forte, tellement forte qu'elle aurait pu s'en évanouir.

- Tsukazu-san ?
- Je vais bien.

Avant de fermer la porte, elle regarda les alentours du manoir, et, au recoin du mur séparant l'endroit du reste de Gensokyo, une petite silhouette sombre, qui disparut, simple hallucination ?

La fille en bleu sombre avait le regard dans le vague pendant la dernière partie du trajet. Avant de retrouver ses pupilles habituelles, mais toujours pas rassurés.

Elles arrivèrent à la bibliothèque géante de Patchouli Knowledge. Une infinité de livres, de grimoires, de contes de toutes sortes.
Le grand bureau de celle qui lit est juste devant les deux amies, dont Aokino regardait les nombreuses étagères parallèles, qui paraissaient trop grandes pour elle, elle avait l'impression que le plafond n'existait pas.

- Qu'est-ce que tu fais ici ? demanda la bibliothécaire à Marisa avec un ton neutre.
- Héhé, ce n'est pas vraiment moi qui ais besoin d'aide, répondit la magicienne.

Aokino s'avança.

- Bonjour, qui êtes-vous ? salua la sorcière aux cheveux pourpres, en regardant à moitié Aokino.
- Je m'appelle Aokino... Tsukazu Aokino.
- Tsukazu... Derube Tsukazu ?
- C'était mon père.
- Mes condoléances.

La centenaire attendit une nouvelle parole d'Aokino tout en continuant à lire, la fille à la tenue bleue-foncée hésitait beaucoup à lui parler, mais se débarrassa de cette timidité passagère.

- Euh... Je suis venue ici pour obtenir des informations à propos de son meurtre, voyez-vous, c'est une sorte d'énigme laissée par le criminel pour nous aider à le retrouver, je pense qu'il le considère comme un jeu, accentua la manipulatrice des armes blanches
- Prêtez-la-moi, demanda Patchouli en tendant le bras, toujours les yeux sur son livre.

Patchy continua à lire son livre et petit à petit, glissa ses yeux sur la lettre, et son expression à ce moment là fut l'expression de quelqu'un qui est très intéressé par cette énigme.
Elle remonta la tête vers Aokino.

- C'est une pièce de collection que vous avez là.

Aokino n'avait pas capté, elle pencha sa tête sur la gauche comme si elle se questionnait sur cette phrase, la bibliothéquaire sourit légèrement.

- Je vais vous expliquer dans quel pétrin vous êtes.

Elle soupira, ferma le livre qu'elle était en train de lire plus tôt, et commença à donner des explications sur cette énigme.

- Derube Tsukazu était un brillant monsieur, par le biais d'une magie très particulière, nommée Wisdom, il pouvait observer ce qui se passait dans des dimensions différentes sans passer par aucun portail quelconque. Quelques années après avoir adopté cette magie, il découvrit un monde totalement inconnu, créé par un clan de youkais très puissants, tellement puissants qu'ils adorent manipuler et "jouer" avec des personnes venant de Gensokyo, youkais ou humains. Ils s'y connaissent beaucoup en magie, et ont inventé un dialecte que très peu de personnes au monde connaissent (oui, je le connais très bien). Littéralement, l'écriture du nom de ce clan donnerait "KU RA FU" en japonais, donc le clan Kurafu.
- Et donc, as-tu la moindre idée de qui pourrait être l'auteur de ce crime ? questionna Marisa, qui n'avait pas beaucoup parlé depuis le début.
- Il existe depuis environ huit siècles si je ne me trompe pas, mais même après des années de recherche, j'ignore encore aujourd'hui le nom du créateur du clan... cela ne pouvait être que lui, car les autres membres sont quatre et ne sont que des shikigamis.
- Pourquoi mon père est mort, alors ? accentua Aokino, inquiète.
- Probablement parce qu'il en savait trop sur ce monde.

Le silence s'imposa, Aokino ne parlait pas, elle voulut pleurer, mais sa détermination lui en empêchait.

- Ce monde est trop dangereux, si un incident se déclenche dû à ça, même Reimu Hakurei... Navrée, Aokino, mais il faudrait mieux s'occuper de comment oublier ce que vous avez vu.
- Savez-vous que je déteste ce genre de réponse ? Je me suis mise d'accord : J'ai décidé d'arrêter de me mentir à moi même, alors je ne fuirais pas, donnez-moi plus d'infos, je vous en prie.
- Vous semblez être déterminée à vous y rendre, peu importe ce que ce monde vous réserve.
- Oui.

Patchouli soupira encore une fois.

C'est bien la fille de son père, trop curieux... se dit-elle.

- Aokino Tsukazu, avez-vous confiance en votre force ? prononça Patchy.
- Oui, je dirais.
- Très bien, c'est déjà un bon point, certaines personnes ne répondraient même pas dans cette situation.
- Je vous en conjure, je n'ai rien à perdre.

La sorcière aux cheveux pourpres se leva de sa chaise, dit aux deux filles de ne pas bouger, et alla chercher quelque chose dans une des innombrables étagères, une boîte noire.
Elle demanda ce qui se trouvait à l'intérieur en présentant l'objet.

- C'est une pierre de quartz, répondit Aokino, sur lequel est gravé en rouge un étrange symbole.
- Cet étrange symbole est celui du clan Kurafu.
- Je l'avais donc bien deviné.
- Effectivement, cette pierre a un gros rapport avec ce crime, vu qu'il peut servir à entrer dans le monde mais aussi d'en sortir, attention, il n'est utilisable qu'une fois, mais on peut l'utiliser pour autant de personnes que l'on veut.
- Ce qui veut dire...
- Que si on y entre, on ne peut sortir à moins de convaincre le maître des lieux, il n'y a que les membres du clan qui peuvent entrer et sortir à volonté.
- Mais comment...
- Une lettre d'un inconnu, possédant la même écriture et le même genre de paroles que celle que vous m'avez amenée, contenant cette pierre et les explications... mais je ne vois pas pourquoi ils chercheraient à nous pousser dans un piège aussi évident.
- Ils ont tout prévu, ce n'est pas vous qui étiez supposée tomber dans ce piège, c'est moi, ils voulaient moi, cette discussion que nous avons, ils l'auront lue jusqu'au bout.

Encore un silence, plus long cette fois. Marisa était de plus en plus intéressée par cette histoire, tandis que Patchy et Aokino étaient sous l'arrière-pensée : "ces types ne sont pas des biscuits".

- Dans quelle raison dans ce cas ? demanda la sorcière.
- Le meilleur moyen de le savoir est de s'y rendre, répondit la fille aux cheveux argentés.

Ce n'est pas une bonne idée du tout...
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 1 an 6 mois #31382

  • Material
  • Portrait de Material
Un jour.

Tout cela n'a pris qu'un jour.
Un jour pour que l'un des plus grands cataclysmes de la Terre des Illusions n'arrive.
Un jour après avoir trouvé cette lettre.
Un jour que je ne me rendais pas compte de la catastrophe causée.

En effet, le lendemain après avoir récupéré des informations grâce à Patchouli Knowledge, la Tempête de Quartz se déclencha, blessant beaucoup de personnes.
À quoi elle ressemble ? À un blizzard, sauf que la neige froide est remplacée par des petites pierres de quartz très tranchantes.
Je ne me souviens même pas de la dernière chose que j'ai fait, hier.
Et dire que cela amuse probablement celui qui est derrière tout ça.
J'ai dit : J'arrête de fuir.

Je vais lui régler son sort, une bonne fois pour toutes.


Chapitre II - (((quartzstorm=on)))

Aokino regarda la tempête déjà bien éveillée sur le toit de sa maison, tout en se protégeant d'un bouclier en acier l'entourant entièrement, tellement fin qu'il devient transparent, mais extrêmement résistant.

Quelqu'un, quelque chose, approcha de son habitat, habillée de ses fameux vêtements rouges et blancs, la prêtresse Hakurei s'approcha sans être au moins perturbée par le blizzard, et regarda Aokino.

Hakurei Reimu, l'une des rares personnes m'ayant battu... non, m'ayant totalement écrasé lors d'un combat singulier.

- Tu m'attendais, n'est-ce pas ? demanda la miko d'un ton menaçant.
- Précisément, répondit Aokino.
- As-tu aidé à la conception de ce plan ?
- Non, je savais que tu commencerais par moi, parce que j'ai des indices assez importants.
- Comme... quoi... ?
- Ha, Marisa ne t'en a pas parlé ? J'imagine qu'elle voulait résoudre ce mystère à elle seule.

Reimu changea d'expression, celle-ci semblait plus sérieuse.

- Ah, bon, très bien, comme tu es la première à arriver, tu seras celle que je combattrais, si tu me bats, tu gagnes un accès rapide à l'endroit où se trouve le boss final, mais je suis comme toi, je veux savoir qui a monté tout ça, donc je viendrais.
- Ca me va, je savais que tu voulais une revanche, de toutes manières.
- Viens à moi.

Stage 3 Boss - Aokino Tsukazu

Les orbes yin et yang de Reimu se multiplièrent et commencèrent à tirer une salve d'amulettes qui suivent la cible, tandis que Aokino lança des kunais cinq par cinq sur la miko, qui esquiva rapidement à chaque fois.
Une cinquantaine d'amulettes se collèrent autour du bouclier et commencèrent à émettre une très forte pression dessus, ce qui le brisa instantanément.

Zut !

Aokino sauta pour esquiver, mais une amulette arriva sur elle, et elle ne pouvait l'éviter d'aussi près, ce qui lui poussa d'invoquer une carte de sort.

- Thorn Magic "Out Of Range" !

Reimu connaissait déjà cette spell card et esquiva sans soucis les projectiles en s'envolant dans les airs. Mais Aokino trouva le point faible, c'est qu'elle ne se défendait pas durant l'esquive, elle lança donc une autre carte de sort après celle-ci.

- Thorn Magic "Spear Device" !

La lance enflammée arriva si vite que Reimu prit à peine le temps de se défendre, elle envoya ses petits parchemins explosifs, ce qui créa un écran de fumée au moment où la lance allait la transpercer.
Quelques secondes passèrent, Aokino ne comprit pas où était passé la miko, une fois que la fumée a été balayée, la fille aux cheveux d'argent se fit surprendre par derrière, ce qui fait que Reimu marque son premier point.

- ARRgghh... Last Energy "1000 Sword Hit In 1 Second" !
- Qu'est-ce que c'est ?

Une centaine d'épées apparurent soudainement et frappèrent toutes Reimu en moins d'une seconde, ce qui la propulsa quelques mètres plus loin.
Mais la miko se releva rapidement.

- Pas trop mal, ce coup bas, j'ai bien raté mon attaque, cette fois, dit la fille aux cheveux noirs.

Aokino commençait à fatiguer dû à sa maladie, elle continua à attaquer.

- Je ne compte pas abandonner, répondit Aokino.
- Je veux bien, mais ce combat s'arrêtera très vite.
- Hein ?
- Divine Arts "Omnidirectional Dragon Slaying Circle".
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 1 an 1 mois #31911

  • Penguin Material
  • Portrait de Penguin Material
  • Hors Ligne
  • Nouveau
  • Messages : 10
Marisa arriva enfin à la maison d'Aokino, mais ce qu'elle ignora, c'est que sa présence ne fut plus ici, son combat contre Reimu était terminé il y a plus d'une demi-heure.

- Allons bon... J'ai pris pas mal de retard... murmurait-elle, comment je vais faire pour aller les rejoindre maintenant ?

Elle cherchait ce qu'elle pouvait autour de l'habitat, un message peut-être, mais non, rien ne semblait laisser le moindre indice de leurs mouvements, toutes les traces de leur combat avaient disparu à cause de cette grêle de quartz qui s'intensifiait de plus en plus.
Néanmoins, la magicienne repérait un bout de quartz plus gros que les autres, qu'elle reconnaissait, c'est le fameux cristal de voyage vers le monde du clan Kurafu.
Malheureusement, d'après la sorcière Knowledge, chaque cristal a une utilisation unique, celui-là était inutile. Marisa lâcha la pierre de quartz qui s'effaça dans le blizzard épais et luisant.
Elle se retourna, et vit quelqu'un d'assez petite taille approcher. Quand elle regarda plus clairement, elle ne reconnaissait guère cette personne, qui n'avait pas l'habillage adapté pour ce froid et cette grêle, qui regardait le sol en marchant sous son chapeau rouge foncé.

- Ohé, toi, besoin d'aide ? Faut pas rester dehors avec cette tempête.
- Non, pas d'inquiétude à avoir.

Plus elle s'approchait, plus Marisa sentait une aura particulière qui régnait autour ce cette enfant. Elle n'avait jamais vu ça, rien dans sa mémoire ne semblait correspondre à ce que cette fille pouvait émettre.
Celle-ci releva la tête et regarda la personne en face d'un air vicieux.

- C'est plutôt toi qui a besoin d'aide, Kirisame Marisa.

Marisa voyait maintenant cette personne intégralement, et remarquait qu'elle avait deux cristaux de voyage interdimensionnel, accrochés à sa ceinture sur la droite.

- Qui es-tu ? demanda la mage en noir.
- Sesame Kyrakira, honnête commerçante de gadgets et artifices pour les fêtes.
- C'est la vérité ?
- En partie.
- Pourquoi as-tu deux de ces machins ?
- C'est le nombre de shikigamis Kurafu que j'ai vaincu et confiné.
- Confiné ?
- Elles sont dans mes prisons thermiques.

Marisa eut une réaction intérieure, recula d'un bond et se mit en garde.
Peut importe ce qu'elle veut, ce qu'elle a besoin, elle est effrayante et dangereuse.

- Pufuhuhu... J'étais partie pour te dire que je ne voulais pas te faire de mal, mais je ne te sent pas convaincue.

Pourquoi est-ce que je réagis de cette façon ? se dit Marisa
, je pourrais lui parler, qu'on échange des choses, elle n'a pas l'air si différente de moi pourtant... Mais pourtant, j'ai peur d'elle... Pourquoi... Qu'est-ce que...

Pendant que Marisa réfléchissait sur place, Kyrakira était déjà arrivée devant elle, elle ne l'avait pas du tout remarqué.
Cependant, l'étrange fillette était effectivement devant elle en tendant d'une main un de ses deux cristaux, et présentant un choix à la magicienne.

- Est-ce que ceci suffit à te satisfaire ?

Marisa retrouva ses émotions, et prit la pierre des mains de Kyrakira.

- Bon, je ne me sens pas en sécurité avec quelqu'un comme toi qui sort de nulle part, mais tu feras l'affaire, j'espère que tu connais les règles des Cartes de Sort-
- Oh que oui, j'adore ce jeu.
- ...eh ben, c'est le principal.

Ainsi, la magicienne se détendit, jeta la pierre en l'air, et tira un laser d'un coup sec sur celle-ci. Cette matière qui n'était en fait pas du quartz servait en réalité à contenir des sortes d'étincelles de couleur blanche, qui s'éparpillaient pour former un portail difforme. Celui-ci disparaîtra ensuite, ne laissant derrière lui le cristal qui a seulement été ouvert.

Les deux filles entrèrent dans le monde ténébreux des adeptes de la magie de quartz, les Kurafus.
Le "voyage" dura deux minutes, deux minutes de bruits repoussants, deux minutes à l'aveugle, tellement il faisait sombre et qu'aucune lumière ne passait entre les limbes...

Arrivées, aucune des deux ne comprit où elles se trouvaient. Reimu et sans doute Aokino sont probablement déjà loin.

Dans la salle, cette salle circulaire grande comme une cathédrale, mais sans lustre, sombre comme durant la nuit, avait cinq portes en ébène d'environ trois mètres de haut répartis le long des murs, trois ouvertes, une fermée, et une inaccessible dû à un éboulement.
Marisa reconnut tout de fois que la porte fermée était scellée, et dans un message crypté par une magie particulière, au moment où elle toucha la porte, elle entendit dans sa tête qu'il fallait battre les trois shikigamis attendant au bout des couloirs derrière les trois portes afin d'ouvrir celle-ci.

Marisa et Kyrakira se mirent d'accord à propos de se séparer dans deux couloirs différents.

Marisa prit la porte 1.
Kyrakira prit la porte 2.
Five keys to open our way
Five torches to light our path
Flesh is his gift
He is your true creator


L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 11 mois 3 semaines #32251

  • Penguin Material
  • Portrait de Penguin Material
  • Hors Ligne
  • Nouveau
  • Messages : 10
Reimu et Aokino, elles aussi s'étaient rendues à cet endroit, et ont fait le même plan ; se disperser dans les portes pour se débarrasser des sous-fifres plus vite, la prêtresse est allée dans la troisième et l'autre, dans la deuxième.
Visiblement, la miko est sortie victorieuse de son combat et est revenue dans le "hall principal". Mais Aokino ne semble pas encore avoir terminé, elle décida alors de ne pas perdre de temps et d'aller vers la porte 1.
Et plus elle avançait, plus elle entendait des bruits et des flashes lumineux. Elle vit, à la fin du couloir, une salle grande comme l'intérieur d'une caverne dans laquelle deux opposants se battaient au danmaku.
Marisa, et ce qui semblait être un autre shikigami.
La miko surprit l'ennemi par derrière et commença à tirer via les boules yin et yang.
Celui-ci esquiva et s'éloigna.

- Re... Reimu ?! s'exclama la magicienne.

La shikigami, qui se redressa pour prendre une posture droite commença à parler.

- Ah là... Il ne manquait plus qu'elle... Je n'ai jamais aimé les deux contre un, mais ici, je me bats contre une magicienne et la prêtresse Hakurei... Hmm... Comment vais-je faire ?
- Tu ne seras pas épargnée en disant ça, mais tu le sais non ? prononça la miko.

Subitement, l'adversaire baissa la tête.

- Tu m'as oubliée.
- Qu'est-ce que tu dis ?
- Tu m'as oubliée... Je ne peux pas le croire... Je m'attendais à ce que tu me reconnaisses... Après tout ce que tu as fait... Comment peux-tu oublier ça... Tu as oublié..?
- Eh ? Qu'est-ce qu'elle raconte ?
- Alvinea, c'est mon nom ! Au moins, est-ce que tu te souviens de ce nom ?!

Reimu regarda Marisa d'un air un ironiquement inquiété, puis dirigea son regard vers Alvinea.

- Jamais entendu parler

Alors que la miko Hakurei eut le temps de terminer sa phrase, que le shikigami sauta sur elle, avec une espèce d'aura blanche dans la main droite, et frappa Reimu d'un coup puissant qui la projeta dans l'un des murs.
Marisa faillit rester quelques secondes, à penser si la miko n'était pas blessée, mais elle se dépêcha d'arrêter Alvinea de donner un autre coup en créant une sorte de mur magique qui craqua quand son adversaire fonça dedans.

- Non mais ! On va se calmer tout de suite ! Qu'est-ce que Reimu a fait, d'abord ?! posa la magicienne.

Alvinea se releva et répondit du même ton :

- À cause d'elle, j'ai tout perdu ! Ma seule famille, mes seuls amis maintenant, ce sont les Kurafus !
- Quoi ?!
- Je ne suis pas un shikigami, je suis humaine, comme vous, j'ai été recueillie par Castellar Kurafu, elle m'avait dit que tous ces blessés, tous ces morts, c'était à cause de cette fille, en rouge, je l'ai vu aussi, c'était bien elle ! C'est la prêtresse Hakurei qui a fait ça !

Alvinea mit un pied en avant, se préparant à frapper de nouveau malgré la distance entre elle et sa cible.

- Stop, pas un pas de plus, écoute moi, y'a pas moyen que Reimu tue des humains sans raison, c'est cette "Castellar" qui te manipule, je ne vois pas d'autre contexte.
- Tu cherches à me provoquer, pas vrai ?
- Nan.

Alvinea était déjà à quarante centimètres d'elle, et re-frappa de la même façon qu'avec Reimu, sauf que Marisa était préparée à parer cette attaque. Elle envoya valser son adversaire et prononça la spell card suivante.

- Magic Sign "Stardust Reverie" !

Une tornade d'étoiles multicolores commença à illuminer la salle, mais Alvinea était habituée à éviter ce genre d'attaque de zone, étant donné qu'elle avait vécu sa vie dans un entrainement sérieux pour ça.
Elle esquiva tout ce qu'elle put voir, tout en s'approchant mais elle ne vut pas que les étoiles revenaient au centre pour ensuite se disperser.
Au moment où celle-ci manqua de se faire toucher, Alvinea lança sa première spell card du combat.

- Neon "Quartz Eclipse" !

De gigantesques boules à piquants lumineuses, visiblement en quartz, se mirent à apparaître dans les airs, chaque pic semblait extrêmement tranchant.
La magicienne tenta tant bien que mal à s'éloigner de ceux-cis, mais, de la même façon qu'Alvinea avait réagit, il y en avait un derrière elle, et un grand pic s'approcha, et sur le point de percer, avant que Reimu Hakurei, de retour dans le combat, chope Marisa par le manteau, et l'éloigna de son adversaire, tout en chuchotant un plan à son oreille.

Au moment où la spell card ennemie perdit sa puissance, la miko lâcha Marisa, qui suivit une trajectoire, puis lança un sort qui a pour effet de "emprisonner" Alvinea avec une cage en laser.
La prêtresse, de son côté, devait lancer des amulettes, les deux combinés donna un pattern compliqué à esquiver, et malgré toute sa force, la fille en face ne pouvait pas lire une sortie, elle se laissa donc perdre.

Le combat s'arrêta, et Alvinea était tombée, légèrement assommée.
Puis elle redressa son dos, ouvrit les yeux, et vit ses deux ennemis juste en face d'elle.
Elle voulut se distancer, mais elle n'avait que trop peu d'énergie.

- Non... Non ! Ne me tuez pas ! Allez vous-en ! hurla-t'elle.
- Ca suffit, répondit Reimu, personne ne va te tuer, tout ce qu'on t'a raconté était un mensonge.
- NE T'APPROCHE PAS DE MOI ! ASSASSIN ! accentua la vaincue.

La prêtresse demanda à Marisa de tenter de la raisonner, et trouva une phrase qui eut un infime mais clair effet sur la pensée d'Alvinea.

- Je suis sûre que parler ensemble avec ta maîtresse te prouvera la vérité, elle dira des choses différentes que d'habitude.

Alvinea ne protesta pas, elle était perdue, elle ne pouvait imaginer la miko comme quelqu'un de bien, elle ne parvenait pas à se détacher de cet avis qui la rongeait intérieurement.

- Je la connais, Castellar, fit Reimu en se retournant.

Alvinea releva la tête, et Marisa écarquilla les yeux.

- Quoi ?! Sérieux ?! interpella Marisa.
- Je ne m'en rappelle pas bien... Mais Castellar était une youkai qui est revenue minimum trois fois pour m'affronter encore, notre dernier combat remontait d'il y a trop longtemps, mais je trouve que l'incident qui se produit aujourd'hui ne lui ressemble pas, elle a plus tendance à vouloir faire quelque chose de bien discret mais certainement dangereux, elle a dû créer des shikigamis et entraîner des humains encore enfants spécialement pour me combattre.
- La vache ! Elle t'en veut vraiment !
- Bah, pas tant que ça, c'est surtout quelqu'un qui n'abandonne jamais.

Je ne suis qu'un pion ? J'ai été adoptée pour être utilisée contre elle ? se dit Alvinea.

- Enfin bref, j'ai une tâche à terminer. Allons-y, Marisa, conclut Reimu, qui reprit sa route.
- Attendez !

Les deux amies s'arrêtèrent.

- Est-ce que... Je peux venir avec vous ?

Marisa ne se sentit pas rassurée, et Reimu soupira un coup, avant d’acquiescer avec un "si tu veux".
Five keys to open our way
Five torches to light our path
Flesh is his gift
He is your true creator


L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 11 mois 1 semaine #32277

  • Penguin Material
  • Portrait de Penguin Material
  • Hors Ligne
  • Nouveau
  • Messages : 10
Au même moment, Kyrakira traversa le couloir qu'elle avait choisi, il était plus long et bien moins accueillant que ce que Reimu et Marisa avaient pu voir.

~ BGM - Thumpmonks - Regulus Above Us ~

Elle frictionna une allumette, qu'elle sortit d'une petite boite dans sa poche ; il y avait de la mousse sur les côtés étroits, des parties de mur qui se décollaient, comme si ces ruines étaient abandonnées depuis des millénaires.
Mais la fabricante n'y prêtait pas attention, elle voulait juste s'amuser...
Au bout du couloir, il y avait la même salle vue précédemment en un peu plus grande et un peu plus en mauvais état.

Juste une salle vide, six murs, rien d'autre, pas même une lampe bien qu'on voyait parfaitement clair à l'intérieur, Kyrakira vit alors deux personnes, une de dos en position de combat, et une visiblement gravement blessée qui semblait regarder droit dans les yeux la personne d'en face.
Celle dont la fille en rouge ne voyait que les cheveux pointait un katana sur le visage de son adversaire, portant un masque et est habillée d'un kimono violet sombre.
Mais Kyrakira reconnaissait celle qui s'apprêtait à percer la tête de la vaincue, ces cheveux... cette tenue... cette distance avec son vis-à-vis...

- Aokino ?

La matérialisatrice des armes blanches entendit alors Kyrakira, et fit un silencieux "tss" en regardant derrière soi sans bouger de position.

- Je savais que tu me suivais encore après toutes ces années, t'es pas discrète, Sesame-sensei, prononça Aokino à la "commerçante".
- Eh bien, je ne vois pas pourquoi je devrais l'être après tout, je préfère jouer loyalement.
- Cela pourrait causer ta perte.
- Peu importe de moi... Alors ? Tu vas la tuer ?
- Oui.
- Allons, elle est encore jeune, elle a toute sa vie pour apprendre...
- La ferme, je t'ai déjà raconté que le but de tout cet entraînement c'était de me venger du monstre qui avait tout ruiné. Mon enfance. Ma famille. Ma vie.
- Et tu retires le droit à cet enfant d'avoir la chance de vivre plus, de vivre moins longtemps que toi ? Tu deviens pire que ce "monstre" si tu la tues.
- Epargne-moi ta "philosophie", je t'en prie.

La fille Tsukazu tendit sa lame sur sa droite et fit un mouvement tranchant alors la tête de son adversaire, aucune moindre goutte de sang ne sortit de son cou.
Aokino retira le masque de la tête coupée, ce fut troublant de voir que son adversaire n'était qu'une marionnette sans âme, en effet, il n'y avait pas de visage.
Kyrakira soupira.

- Tu aurais fait ça avec un vrai humain, honnêtement ? demanda la fille au chapeau.
- Non, c'était juste parce que tu m'énervais.






Aokino et Kyrakira étaient arrivées dans le hall en retraversant le long couloir, et elles profitèrent avec les autres de manger un bout et de se reposer un peu, le temps semblait constant dans ce monde, ce fut compliqué de trouver le bon moment de commencer et s'arrêter.

La combattante demanda qui était Alvinea, avec les réponses de Reimu elle resta sur ses gardes proche d'elle, tandis que Kyrakira évitait sans cesse son regard sans raison apparente.
Personne n'appréciait l'idée d'avoir une subordonnée de la maîtresse des lieux dans les pattes.

Marisa restait bouche bée face à l'histoire du lien entre Kyrakira et Aokino, elle expliquèrent que la fille en rouge était celle qui apprit à Aokino les règles de Spell Cards et certaines façons de se battre. "Décidément, Kyrakira est vraiment particulière" se dit Marisa, mais ils n'avaient pas le temps de trop détailler.
Reimu quant à elle, attendit tranquillement, réfléchit de comment le combat contre Castellar pourrait ressembler, puis elle expliqua des tactiques à élaborer contre l'adversaire final, qui était décrit comme "un fourbe".

Le groupe se leva et activa la grande porte, qui disparut dans un fondu.
Le Stage 6 allait commencer.
Five keys to open our way
Five torches to light our path
Flesh is his gift
He is your true creator


L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 10 mois 2 semaines #32356

  • Penguin Material
  • Portrait de Penguin Material
  • Hors Ligne
  • Nouveau
  • Messages : 10
C'était bizarre.
Ce couloir était différent.
C'était inutile de mentionner qu'il était plus grand, qu'il s'agissait bien plus d'un tunnel.
Celui-là était différent par sa composition.
Ces briques détachées flottaient dans les airs, on pouvait alors voir à l'extérieur parmi de nombreux trous, qui grandissaient au fur et à mesure de l'avancement.
C'était mystérieux.
Cet extérieur n'était pas la distinction du jour, de la nuit, pas d'étoiles, pas de couleur.
Rien.
Il n'y avait rien dehors.
Il n'y avait pas de lumière.
Était-ce l'espace ?
Non, je l'avais dit, il n'y avait pas d'étoiles.



Chapitre III - kurafubanquet

Ce spectacle surprenant effrayait Aokino.

Au bout du couloir, il y avait encore une grande salle, elle se trouvait à l'extérieur de l'édifice se dégradant peu à peu.
Encore dix marches d'escalier pour monter sur une plateforme avec un grand trou au milieu.
Mais ce terrain affichait un grand symbole dessiné en quartz lumineux.

La marque signature des Kurafus ! pensa Aokino.

De l'autre côté de la fosse, une forme apparut à partir d'un mirage distordu, pour laisser apparaître une fillette ? Mais pas une simple fillette, c'était cette fillette, celle qu'Aokino voyait en rêve, la raison de son vivant, c'était là, devant elle, son objectif, sa cible !
Elle était toujours effrayée, et enragée en même temps, la fillette en face était comme la copie d'Aokino, même yeux bleus, mêmes cheveux argentés, et même destinée.
Aokino effectua un minuscule pas avec sa jambe avant, exactement de la même façon que quelqu'un d'hésitant, elle regarda bien son ennemie, surtout son regard.

- Salutations, invitées, prononça Castellar.
- C'est toi celle qui a débuté cet incident, je vais t'exterminer, parla Reimu.
- Non, j'ai pas envie de me battre, répondit-elle.

Ce fut le silence, vraiment personne ne bougea.

- Hein ? répondit la miko en enlevant sa garde.

Alvinea réagit en avançant d'un pas, pour s'exprimer devant sa maîtresse.

- Castellar ! Explique toi ! Explique moi pourquoi tu m'avais menti pour si longtemps ! Pourquoi j'ai vécu dans le mensonge ! Parle ! Je te le demande !

La maîtresse dirigea lentement et horriblement son regard vers Alvinea, et rien qu'avec ses yeux, elle put percer son coeur, avec la terreur.

- Alvinea... Depuis quand tu ne m'appelles plus Kurafu-sama ? Tu as pris la voie de la trahison ? Je ne t'ai pas menti, j'ai juste dit que l'assassin de ton entourage allait apparaître dans ce monde un jour ou l'autre. Et le plus surprenant, c'est qu'elle est ici-même.

Alvinea était juste désorientée, elle arrêta de penser puisqu'elle savait de quoi Castellar était capable de faire. Elle hocha la tête, tremblante et effrayé.

- Peu importe ! Si elle refuse de se battre, au moins, c'est vite réglé, arrête ton blizzard sur-le-champ, Castellar ! ordonna la prêtresse.
- Ah non non non, je n'ai pas dis que j'arrêtais tout.
- Dans ce cas, je t'exterminerai !
- Et comment ?

Reimu eut comme un sursaut dans sa réflexion, son gohei, ses spell cards, ses talismans, tous ont disparu d'un coup. Reimu les avaient à la main il y a une seconde pourtant.

- Mais...
- AHAHAH ! Vous êtes à la ramasse dites-donc ! se moqua Castellar.

Vous êtes dans mon monde, je possède mes lois, je possède l'action, je possède le temps et l'espace dans ce lieu, et vous avez foncé droit dedans ! C'est suicidaire ! Je peux vous tuer, vous faire ressusciter, vous re-tuer, et ainsi de suite... Vous n'avez aucun pouvoir ici, vous ne pouvez plus utiliser de magie, les pierres de téléportation sont aussi une loi de cet endroit, je peux décider si elle vous emmèneront dehors ou pas, vous avez perdu.

Reimu regarda le sol, ses cheveux cachaient son visage, puis, après une trentaine de secondes, elle argumenta avec un sourire :

- Tu n'es pas la seule à savoir mal mentir, tu le sais, ça, au moins, Castellar ?

La sorcière se sentit insultée par cette phrase, et elle projeta la miko dans les airs, qui se redressa en volant.

- Tu n'as en réalité le contrôle que sur ce que les gens voient dans ton monde, mais rien ne disparaît vraiment, je peux toujours voler, tu as vu ? répliqua Reimu.

Castellar fit elle aussi un sourire, sûre d'elle, et s'envola d'une grande vitesse vers la prêtresse pour essayer de l'attaquer avec un éclair puissant jaillissant de sa main droite, mais quelqu'un l'avait attrapée à la jambe : Marisa.

- Hey, je pensais que tu voulais pas te battre, murmura-t'elle.

La yokai n'était pas un adversaire aussi simple même contre deux puissants adversaires, à l'aide d'une magie de zone, elle éjecta Reimu qui s'écrasa sur le plateau et envoya Marisa à plusieurs mètres au-dessus du vide, mais elle ne tombait pas, elle avait encore son balai.

Les trois autres filles allaient attaquer simultanément Castellar avec ce qui leur restait, Kyrakira fit apparaître des flammes sur les poings et les pieds, dans une posture dans le but de montrer de l'agressivité, tandis qu'Alvinea envoya des projectiles de quartz, même si c'était absolument inefficace contre la créatrice de la magie de quartz.

Les deux attaquaient l'adversaire avec précision et tactique, ce qui surprit la sorcière qui recula d'un coup, et un court silence se fit ressentir avant que Castellar n'éclate de rire.
Personne ne comprenait ce qui lui arrivait à ce moment là.

- Je rêve, j'y crois pas ! J'avais pas du tout remarqué ! AhhhHHAHHHAAA !
- QUOI ?! contre-attaqua Alvinea.
- Vous deux, c'est vraiment vous deux, ensembles, en train de m'attaquer, alors que...

Encore un rire, Castellar pointait du doigt les deux qui allaient frapper mais elle riait tellement qu'elle ne pouvait pas tenir dans l'air.
Mais tout se calmait juste après.

- C'est sans importance, vous m'avez clairement prise pour une imbécile, conclut la sorcière d'une voix sombre.

Une image rémanente apparut derrière Castellar, c'était Aokino, folle de rage, qui allait lui trancher la tête avec un katana, de la même manière que sa marionnette, mais sa pire ennemie se retourna presque instantanément, pour casser la lame en mille morceaux avec le tranchant de sa main gauche et attraper le cou d'Aokino avec l'autre main en même temps. Kyrakira et Alvinea avaient été bloquées dans deux structures en quartz, seuls les hauts du corps sortaient, elles avaient essayé de se débattre mais rien y faisait.

Et Castellar, commençant à libérer sa folie, prononça avant de faire apparaître deux lances en quartz dans l'air :

- Regarde bien comment MOI, je finis la vie des autres !
- N... Nnnn...

Aokino essayait de parler, étranglée, mais rien de sa bouche n'était compréhensible. Les lances en quartz, longues de dix mètres, equissèrent un mouvement se dirigeant dans le coeurs des filles capturées, mais quelque chose retentit, et interromput Castellar qui ne termina pas son méfait.

- MAAASTEEER SPAAAAARK !

Le rayon géant de Marisa venait d'un peu loin, mais cela suffisait en tant que déflagration qui toucha le dos de Castellar qui se téléporta à un endroit plus sécurisé.

Peu sécurisé, en fait, puisque c'était juste devant le grand trou au milieu de la plateforme, et Aokino n'hésita pas, elle sauta sur son adversaire sans avoir repris son souffle, et elle l'agressa violemment à coup d'armes blanches créées artificiellement par la magie d'Aokino.

Le couteau manquait à chaque esquive de trancher la tête de Castellar, qui réagit elle aussi avec une épée en quartz. Le combat s'enchaina de plusieurs coups typiques d'escrime.

Alors que Castellar était sur le point de porter un coup probablement fatal à Aokino, Reimu s'élança après avoir un peu repris et donna à Castellar une frappe avec son pied, la sorcière tomba dans la fosse dû au choc.

Reimu regarda alors Castellar tomber, sa chute était rapide qu'elle disparut déjà dans les méandres du monde vide et obscur.

Elle se retourna, derrière elle se trouvait celle qu'elle venait de pousser dans la fosse, Reimu ne pouvait plus bouger pendant une seconde, assez stupéfaite, c'est comme si un démon venait la chercher pour l'emmener en enfer.

Castellar propulsa Reimu avec un coup au ventre, et celle-ci tomba dans le vide, puis Castellar disparut en laissant une traînée de poussière derrière elle.

Toutes les filles restantes dans la salle avaient les yeux ronds puis larmoyants, surtout ceux de Marisa, qui s'approcha du trou et tomba à genoux, tandis qu'Aokino, qui aurait pu l'empêcher de tomber, se sentit tellement coupable qu'elle porta ses mains au visage.

Les colonnes de quartz se sont affaissées. Kyrakira se releva, le visage désolé, et Alvinea, qui était maintenant l'ancienne subordonnée de Castellar, allait mal, elle ne pouvait pas regarder la scène en face.

- Je ne comprends pas... Pourquoi... Est-ce que tu ne pouvais plus voler... prononça la magicienne, qui fit tomber deux larmes dans le vide.

Kyrakira s'approcha doucement en tenant une pierre de quartz à la main.

- Marisa, on doit partir, elle nous as laissées ici...
- La ferme. Tu ne me connais pas. Tu ne sais pas tout ce que j'ai vécu avec Reimu. Barrez-vous. Je dois rester là.
- Marisa...
- Elle finira par se montrer, un jour.

Aokino réagit alors en se retournant vers Marisa, toujours de dos. La fille en bleu était en train de pleurer tout en prononçant ces paroles :

- Marisa ! Arrête ! Ne te pousse pas à rester là tellement de temps ! Moi aussi ! Je veux me venger de Castellar ! C'est pour ça que je t'en ai parlé à la base ! Donc ne fais pas l'erreur de rester 14 ans sans rien faire ! S'il te plaît !

Le chapeau de Marisa couvrait ses yeux, elle réfléchit longuement tandis que l'écho de la voix d'Aokino venait de s'estomper.

- Alors... Tu peux me laisser... Un jour ou deux..? S'il te plaît... Je dois réfléchir... murmura quasiment la magicienne.

Aokino voulut répondre que penser ne servait à rien, mais elle se retint, elle demanda à Kyrakira de laisser une pierre à côté de Marisa et d'utiliser l'autre pour permettre aux trois filles de revenir à Gensokyo.

Sur la plateforme, il restait évidemment que Marisa, qui attrapa la pierre pour la jeter dans le trou, mais elle ne fit pas, elle ne devait pas céder, pour Reimu.

Elle fut emprise d'un sanglot qu'elle ne put retenir.



Le Côté du Joueur
Partie I

Le salon d'un rêve anormal, probablement. C'était le seul terme qui pouvait décrire l'endroit où se trouvaient ces deux filles, elles parlaient tranquillement de chaque côté de leur tables, bien reposées sur leurs fauteuils.

- Ce fut une cuisante défaite, voilà ce qui s'est passé.

La fille blonde avec deux ailes d'ange eut un temps de réflexion avant de poser sa pierre noire sur le plateau, avec d'autres centaines de pierres noires et blanches posées dessus semblant former une sorte de combat entre elles.

- Je ne comprends pas très bien... Reimu... c'est bien celle qui m'a vaincue dans un de ses rêves, il y a longtemps de cela ?
- Oui, exactement.
- Et tu es en train de me dire qu'elle est morte ?

La femme aux cheveux bleus dégradés au violet en face d'elle posa une pierre blanche à côté d'une pierre noire, et esquissa un sourire en se redressant lentement.

- Non, elle n'est pas morte, on ne peut pas mourir dans ce monde.
- Vraiment ?
- Ce monde empêche ton âme d'aller dans l'au-delà, le seul moyen pour que Reimu meure serait qu'elle revienne à Gensokyo directement.
- Où est-elle maintenant ?
- Au fond. Même si on ne dirait pas, ce monde a bel et bien une limite de profondeur, Castellar n'a pas un pouvoir assez puissant pour le rendre illimité. Et comme la bordure est d'une matière qui n'existe pas, Reimu n'a pris aucun dommage en arrivant là-bas. Après, j'ignore ce qu'elle pense faire, elle est un peu bloquée, étant donné que Castellar peut désactiver sa capacité de vol.

Une autre personne avec des vêtements de maid ouvrit la porte de la pièce derrière la fille blonde, posa deux tasses sur un plateau, et dit alors :

- Je vous ai fait du thé, ça faisait longtemps qu'on s'était pas vus.
- Merci à toi, Mugetsu, dirent les deux.

La fille aux cheveux bleutés but la tasse à moitié et posa celle-ci entre ses genoux.

- Bon, j'imagine que je vais devoir entrer en scène, dit la bleutée en montant sa tête vers le plafond.
- Ooh ! La légendaire Shaffurin Tori va réapparaître après si longtemps !
- Oui, d'ailleurs je vais me préparer...
- Haha, j'ai hâte !
Five keys to open our way
Five torches to light our path
Flesh is his gift
He is your true creator


L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 9 mois 1 semaine #32465

  • Penguin Material
  • Portrait de Penguin Material
  • Hors Ligne
  • Nouveau
  • Messages : 10
Chapitre IV - happy birthday to me.

- Hakurei Reimu -

En quelque sorte, la chute était longue.
Deux heures étaient passées déjà.
Le plus impressionnant était sans doute qu'il s'agissait d'un espace sans étoiles, plongé dans l'obscurité, l'air était présent pourtant.
Reimu savait que tenter de revenir en haut en volant prendrait trop de temps, trop d'efforts, et l'axe ou elle était tombée n'était pas forcément la même qu'actuellement.
Mais c'était inutile d'y réfléchir, puisqu'elle ne pouvait pas s'envoler, il y avait un problème quelque part.
Elle pensait que si cette chute ne s'arrêtait pas, elle avait simplement perdu.
Perdu contre cette fille. Par hasard, par accident...

Elle ferma les yeux, attendant.
Mais elle refusait de laisser tout tomber derrière elle.
Alors qu'elle se préparait à utiliser une puissante attaque dans ce monde, elle vit de la lumière qui s'intensifiait au fur et à mesure de la chute, tout en bas.
Et quand cette lumière semblait être à son maximum, c'est à dire toute blanche, Reimu pensait qu'elle allait mourir.

Une chute de plus de 40 mètres sur n'importe quelle surface est la mort instantanée.

Pourtant, quand Reimu s'écrasa sur le sol lumineux, rien ne se faisait ressentir.
C'est comme si elle s'était posée sur le sol après un bon vol.
Elle se releva, peu rassurée malgré tout, et regarda aux alentours.
Le sol était blanc et plat sur des kilomètres, le ciel était noir et vide.
C'était la frontière entre le yin et le yang.
Plus rien n'était plus.
Noir et blanc.
Blanc et noir.

Après quoi, des sons retentirent, avant qu'une forme humanoïde se forma devant elle.

Castellar.

- Okay, ça suffit maintenant. On arrête de blaguer, c'était marrant il y a deux minutes, proclama Reimu.

Reimu s'élança sur Castellar qui ne bougeait pas d'un pouce, et la miko ne fit que passer à travers, et, questionnée, elle se retourna pour voir Castellar se retourner elle même vers la prêtresse.

- Eh bien alors ? On a des soucis ? prononça Castellar.

Castellar s'avança lentement vers Reimu, chaque pas résonnait telle une pierre tombante dans l'eau dans une grotte. Puis subitement, elle toussa et du sang sortit de sa bouche, avant de se planter dans le sol lumineux.

- Hein ? Qu'est-ce qu'il se passe ? demanda Reimu.
- Rien, répondit l'adversaire, peu gênée.

Elle proposa ensuite un marché qui plaisait moyen à Reimu.

- Tu sais quoi ? Tu es déjà ennuyeuse, parce que je t'ai battue, Reimu. Donc je vais te laisser une chance de te racheter. On va jouer au danmaku. 5 vies maximum. Si je perds, je retire entièrement le blizzard de Gensokyo et tu sortiras d'ici. Et si tu perds, tu deviendras une de mes "expositions".
- Castellar... Si tu me proposes ce défi, ce n'est pas pour jouer, il y a une raison précise à ça.
- C'est vrai... La raison est que un grand pouvoir demande des restrictions, des conséquences, des sacrifices...
- Et donc tu considères que j'en suis une bonne source.
- Effectivement.
- C'est ce qu'on va bien voir.

Reimu lança un projectile rapide sans prévenir qui toucha presque Castellar qui esquiva, surprise.





- Tsukazu Aokino -

Le lendemain de l'incident

Aokino était chez elle, cette fois-ci. Cela remontait d'il y a quelques temps déjà, d'être tranquille à la maison.
Cette bataille contre Castellar était étrange, cela ressemblait à une victoire et à une défaite.
Une victoire, car la Tempête de Quartz était terminée, et que l'adversaire mettrait beaucoup de temps à se reprendre ; ses sbires étaient hors course, et son pouvoir s'affaiblissait. Elle pouvait le sentir, son emprise sur Aokino était inexistante ce jour-là
Mais une défaite, car la prêtresse du temple Hakurei était présumée décédée, et la magicienne Marisa refusait bouger de cet endroit.
Donc Aokino s'était mise d'accord avec elle ; elle voulait protéger Gensokyo ; les humains des yokais, les yokais des humains. Mais elle ne savait pas comment s'y prendre, elle n'avait jamais été une héroïne avant.
Et elle était là, chez elle, à manger le déjeuner du matin, complètement froide, désorientée par le danger que Gensokyo pourrait héberger, qui était tellement grand que ça lui donnait la nausée.
Puis quelqu'un sonna à sa porte, elle sursauta, et faillit paniquer. Mais elle se disait que cela ne servait pas d'être aussi pessimiste, et qu'il faudrait régler les problèmes s'il y en avait.
Elle ouvrit, sans frissonner, et vit apparaître une femme avec un costume de maid aux cheveux argentés un peu plus sombres que ceux de Aokino. Elle portait plusieurs couteaux à couleur changeante sur sa ceinture.

- Ah, je vous connais, vous êtes Izayoi Sakuya, qu'est-ce que vous me voulez ? demanda Aokino assez froidement.
- Des messages venant de Madame Knowledge, et de ma maîtresse également, répondit la maid avec un ton peu différent.
- Huh. J'imagine que la terrible information est passée très vite, mon dieu que cette tengu est forte. En tout cas, je pourrais à peu près comprendre pourquoi Patchouli voudrait me parler. En revanche, je ne sais pas pourquoi la vampire voudrait me poser des questions.
- Madame souhaiterait parler en privé avec vous, et maîtresse soupçonne cette "Alvinea" d'avoir un lien avec la mort de Reimu, d'être le "piège spécial".
- Il est normal d'être distant avec cette personne ayant quitté Gensokyo il y a longtemps, mais je pense honnêtement qu'elle ne suivait que Castellar et jamais ses choix.
- En tout cas, je suis au courant que vous avez beaucoup de monde qui voudra vous questionner, vous faites partie des principaux témoins de cet incident.
- Je sais...

Pour finir, Sakuya donna à Aokino une lettre écrite par la mage des éléments, puis se retourna afin de reprendre son chemin, avant de s'arrêter de nouveau en regardant le ciel ensoleillé.

- Le blizzard est terminé, Tsukazu-san, donc, ne restez pas à l'intérieur toute la journée, il fait beau, proposa la maid.
- Oui, je pense que vous avez raison... Au revoir, conclut Aokino.

En tout cas, l'invocatrice referma la porte avant de se précipiter sur l'ouverture de la lettre, étant peu occupée. Elle sortit le papier de qualité, et lut l'écriture plus ou moins calligraphiée.

Bonjour encore, Aokino.
Je sais que tu n'es pas en forme, sa disparition me fait étrange aussi.
Quoi qu'il en soit, il me faudrait plus d'informations sur la position de Marisa, elle ne doit pas rester là-bas, même si elle le souhaite.
Cela ne me plaîrait pas de me déplacer, alors je t'enverrai des lettres de ce type assez régulièrement si il me doit de les écrire.
Aussi, je te recommanderait de ne pas chercher à combattre Castellar de nouveau maintenant, ses actions sont inexistantes, j'ai l'impression.
Une dernière chose, des rumeurs comme quoi la trahison d'Alvinea n'était qu'une facette se fait ressentir aux quatre coins de la barrière.
Moi non plus après analyse des actions au fil du temps je n'y crois point, mais je ne suis pas en charge de résoudre ce genre de chose. Je connais plusieurs personnes qui peuvent t'aider, mais certaines sont relativement inaccessibles.
Je te ferai part des disponiblilités quand le temps sera venu, ne te relâche pas, il arrivera très vite.
Repose toi bien, le repos est la meilleure action à faire pour rester en santé.

Knowledge.






- Hakurei Reimu -

Castellar était à un genou sur le sol, essoufflée.
À ce moment-là, il ne restait plus qu'une vie à Castellar, et Reimu était toujours à cinq, et à peine fatiguée.
La miko était assez surprise de la facilité à laquelle elle venait de monter dans le combat, même si cela ne lui ressemblait pas de penser ainsi.
Malgré tout, Castellar se releva, en boitant légèrement.

- Je... Je ne suis pas faite pour combattre après tout, normal d'être hors course, surtout contre toi.
- Il te reste une vie encore.
- Oui, je ne vais pas hésiter et utiliser le reste de mon temps.
- Que veux-tu dire ?

La sorcière ignora sa question et prononça une incantation.

- Super Quartz Spell "Lighthyst" !

Un son de verre retentit durant l'apparition de gigantesques bulles opaques qui se généraient dans le sol lumineux. Non, il s'agissait là de boules qui se détachaient du sol lumineux, puis, flottant dans les airs, ceux-ci explosaient en pierres de quartz de la même forme que les pierres de voyage entre Gensokyo et ce monde.
Reimu envoyait en même temps des talismans chercheurs et linéaires sur Castellar mais aucun effet, c'était ici une Carte de Sort d'Endurance, où il faut survivre simplement.
Le début était simple, mais la suite s'endurcissait réellement, certains projectiles frôlèrent Reimu brusquement, mais toujours sans jamais la toucher.
Cinquante secondes étaient passées et durant les dix dernières secondes, Reimu se rendit compte que les boules étaient organisées de deux couches, et que la seconde était visible.
Rouge vive, arrachant les yeux au premier regard, et Reimu manquait d'éviter les projectiles finaux de la Carte de Sort, étant des fils sortant de la couche cramoisie. Mais si les fils avaient été rentrés en contact avec la peau de Reimu, elle n'aurait pas perdu qu'une vie, elle pouvait le sentir.
Quoi qu'il en soit, la miko avait battu Castellar sans recevoir aucun projectile.

Castellar se releva sur ses pieds, un peu déséquilibrée à cause de son énergie perdue.

- ...Je m'y attendais un peu, murmura Castellar, tête baissée, les yeux dans le vague.
- Maintenant, ça suffit. Laisse moi sortir de cet endroit louche, clama Reimu.
- C'est trop tard maintenant, il ne reste plus que quelques minutes... fit Castellar, sans changer d'expression.
- D'accord, profites-en pour me renvoyer à Gensokyo. Respecte ton pacte, riposta la prêtresse en fronçant les sourcils.
- ...
- Si tu ne le fais pas, je t'exterminerai sur le champ, et je trouverai une autre issue, il doit forcément y en avoir une autre.
- Aucune...
- ...Si tu pouvais expliquer aussi pourquoi.
- Je suis désolée, Reimu... J'ai pourtant tant fait pour améliorer les choses... Et maintenant... Tu vas mourir avec moi... Je n'ai fait qu'aggraver les choses au final...
- Hein ? Quoi ?! De quoi parles tu ?!
- J'ai essayé de le combattre, Reimu... J'ai même volé la mémoire d'une innocente pour l'appâter... J'ai tenté de t'utiliser sur plusieurs périodes pour que ton pouvoir l'influence... J'ai même attaqué Gensokyo tout entier pour lui... Mais en vain... Il est trop fort... Et trop malin...

Et pendant que Reimu tentait de chercher une explication, un lourd bruit de cloche se fit entendre depuis derrière Castellar, et subitement, ses yeux devinrent rouge vif, comme la seconde couche des boules vue précédemment. Puis son corps trembla et fit des mouvements inhumains, il se tordait comme une branche qui se cassait en plusieurs morceaux... Avant de revenir à une position normale en parlant.

- Castellar... C'est le combien-tième anniversaire de qui aujourd'hui ? fit-elle, comme possédée par autre chose.

Le corps commençait à marcher en tournant en rond lentement, avec la main soutenant le menton.

- Exact ! Maintenant, j'existe depuis mille ans ! Ah ! Cela avait pris du temps...

Puis, le monstre regarda Reimu avec attention, mais souriant.
La miko était vraiment parée à détruire le corps de Castellar avec un coup de gohei maintenant.

- Bien... Il est temps d'en finir avec cette fille, dit-elle en pointant le prêtresse du doigt.

Cette fois, Reimu ne pouvait plus se retenir, elle bondit à une vitesse au dessus de l'habituel sur son ennemie avec le bras prêt à frapper fort, mais elle fut arrêtée par l'explosion soudaine du corps de Castellar, qui dit avant de mourir ;

- Joyeux anniversaire à moi.

Ce n'était pas le corps seulement qui explosait, le sol aussi, libérant la lumière et ainsi faire dissiper toute trace d'êtres vivants.
L'expression de Reimu était simplement la surprise.
Five keys to open our way
Five torches to light our path
Flesh is his gift
He is your true creator


L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 8 mois 3 semaines #32584

  • Penguin Material
  • Portrait de Penguin Material
  • Hors Ligne
  • Nouveau
  • Messages : 10
Journal d'Aokino

Cher Journal, voilà deux jours que l'incident s'est terminé... Toujours aucune nouvelle de Marisa... En réalité, je pense que nous n'avons que gratté la surface de la résolution de cet incident... Trop de questions non répondues.
Ces jours là, c'est compliqué... Je reçois des humains et yokais chez moi, car on me supplie de prendre la place de Reimu et de continuer l'enquête sur cet étrange incident. Je veux bien, parce que je veux toujours me venger de mon père... et de Reimu... Mais je ne veux pas prendre sa place, je suis bien trop neutre et faible pour ce genre de choses... Néanmoins, j'accepterai tous les services si ils sont nécessaires.

J'ai marché longuement hier... J'ai traversé du pied de la montagne des Yokais au sanctuaire Hakurei. Je surveille et je tiens en état le temple le plus régulièrement que je peux à part ça.
Mais voilà la partie la plus étrange et intéressante je pense.
J'ai traversé le village des humains pour acheter de quoi tenir la semaine, j'ai rencontré Reisen pendant que je me préparais à partir. Elle aussi connaissait bien Reimu et elle m'avait reconnue puis posée des questions sur l'incident... encore...

Et là, je vois la foule d'humains devant un stand apparemment populaire et j'ai cru apercevoir justement Reimu.
J'étais sûre de l'avoir vue, elle était là, je la reconnaissais, personne d'autre ne pouvait avoir une telle expression qu'elle. Elle avait disparu quand j'avais commencé à la chercher. Reisen chercha aussi avec son pouvoir mystérieux, ça parle apparemment d'ondes... Mais elle non plus n'avait rien vu.

Plus tard, je croise ancien sensei Kyrakira qui me propose un rendez-vous avec Alvinea très tôt pour affûter nos capacités. J'ai toujours eu du mal à parler avec Alvinea mais j'ai tout de même accepté, j'en ai besoin et ça faisait longtemps.


Aokino posa son pinceau dans l'encre et décida de terminer le récit plus tard.
En réalité, elle avait hâte de combattre amicalement, son niveau avait gravement chuté et elle n'avait pas combattu réellement depuis un sacré bout de temps.
Elle sortit ensuite de sa maison et se rendit dans la clairière proche de la Forêt de la Magie, un endroit assez vaste et tranquille pour ce genre de choses.
Kyrakira était appuyée sur un arbre, au loin, elle parlait à ce qui semblait être Alvinea, ayant changé de tenue depuis, pour oublier sa loyauté envers Castellar.

Ensuite, la fille au chapeau rouge sortit un dé oriental de sa poche, elle disait que le 1 et le 2 représentait Alvinea, le 3 et le 4 était tous deux les chiffres pour désigner Aokino, et le 5 et le 6 pour elle même. Les résultats du dé désigneront l'ordre des combats.
Elle lança le dé deux fois de suite, les résultats étaient 2 et 4.
Le premier combat était donc Aokino contre Alvinea, 3 vies, pas de Carte de Sort d'Endurance.
Aokino était en train de penser : Elle n'avait jamais combattu Alvinea auparavant, elle ne savait pas à quoi s'attendre du tout, mais n'espérait pas un adversaire trop compliqué. Elle ne réfléchissait pas longtemps à comment pourrait se dérouler un combat Alvinea-Kyrakira, Aokino connaissait très bien le niveau de Kyrakira au danmaku il y a quelques années, étant quasiment aussi intenable que celui de Reimu. Kyrakira écraserait facilement Alvinea selon elle.

Le combat commença.
Alvinea débuta son agressivité avec une méthode particulière de combattre, Aokino ne connaissait point ce style qui semblait être sur un cycle de feinte puis défense puis ripostes très dangereuses.
Mais Aokino était au-dessus, mécaniquement. Elle traversa l'écran de projectiles lumineux et projeta des shurikens sur Alvinea, forcée à déclencher une de ses Cartes de Sort.

- Neon "Kelvin" !

Des lasers apparurent d'un coup, ce qui surprit subitement Aokino qui ne les voyait pas arriver, cette Carte de Sort était particulièrement fourbe et peu agréable à esquiver.
Encore une fois, Aokino arrivait malgré tout à achever la première vie d'Alvinea avec des projectiles bien placés.

- Neon "Quartz Eclipse" !

Sans même improviser un pattern, Alvinea choisit de créer encore une fois la surprise pour déstabiliser Aokino, cette fois ça a marché, et Aokino ne parvint pas à contre-attaquer lorsque les pointes la touchèrent.
Mais toutefois, elle décida d'augmenter un peu plus l'adrénaline en invoquant une de ses Cartes de Sort des plus compliqués qu'elle possède.

- Possession "Shadow Knife" !

Alvinea perdit une vie bêtement au début de la Carte de Sort et sa dernière à la fin après une série d'esquives assez brillantes mais la Carte était d'un tout autre niveau pour elle.
Ce fut la défaite d'Alvinea, un point pour Aokino.

Kyrakira relança le dé.
Le second combat était Kyrakira : 6 et Aokino : 3
Et là, Aokino avait juste réalisé qu'elle avait déjà perdu avant le début du combat en plus d'avoir à enchaîner deux parties à la suite.
Elle avait très peur parce que Kyrakira est une "machine à tuer".

Avant de commencer, il y eut un dialogue entre les deux adversaires.

- En réalité tu es devenue tellement forte, affirma Kyrakira.
- Mais je pense au contraire que c'est l'inverse, que j'ai régressé.
- Tu possèdes les techniques nécessaires pour battre n'importe qui, tu ne veux juste pas les utiliser.
- Je ne pense pas avoir de telles capacités.
- Le voilà ton soucis... Tu te sens toujours défaitiste... Tu m'étonnes après que tu n'arrives à rien.
- Je n'arrive pas à rien. Regarde, je suis là, encore.

Kyrakira bondit pour se suspendre dans les airs et balancer une salve de boules enflammées sur Aokino.
La guerrière dressa trois boucliers devant elle pour parer les feux, il s'agissait là d'une attaque choisie par Kyrakira pour faire paniquer son adversaire dû à sa brutalité et de la vitesse des projectiles.
Mais quand la fille au chapeau rouge s'avança pour vérifier la présence d'Aokino, elle n'était plus là, elle avait sauté dans les airs pour envoyer une taille à Kyrakira qui se sentit forcée de déclencher une Carte de Sort.

- "Niseishi" !

Cette Carte de Sort était rarement utilisée, d'après Aokino. Kyrakira l'utilisait seulement à des exceptions près, similaires à ce genre de rencontre amicale, car elle était simple, mais curieuse.
Selon Kyrakira, le nom de cette Carte viendrait d'un ancien art martial qu'elle apprenait autrefois.
Elle avait une particularité : elle envoyait des salves de projectiles enflammés par quatre. Puis d'une manière aléatoire, des fois, des groupes de six projectiles pouvaient apparaître et étant donné la vitesse à laquelle allaient les balles, cette Carte de Sort pouvait désorienter son adversaire.
En plus de ça, deux lasers qui s'allumaient puis s'éteignaient à fréquence variable rendait les choses encore plus compliquées. Mais Aokino était douée spécifiquement avec ces types de Cartes et s'en sortit sans aucun mal à venir à bout de la première vie de Kyrakira.
Mais Kyrakira n'était pas sérieuse sur ce coup là, et son regard moqueur indiqua qu'elle était sur le point d'écraser Aokino bien qu'à la base, le rendez-vous était là pour l'amélioration des techniques et le jeu.

- Euclidean Totem "Sun Hand" !

Soudainement, il y eut un événement vraiment spectaculaire. C'est comme si le ciel répétait plusieurs fois le cycle jour/nuit sans cesse à une grande vitesse, chaque seconde représentait une des deux phases du ciel.
Aokino était très surprise de rencontrer une Carte qu'elle ne connaissait pas venant de Kyrakira, en plus d'être impressionnante et assez intimidante.
Alors qu'elle était déconcentrée par les changements de couleurs, elle se mangea un kunai enflammé de la fille au chapeau rouge.
Et à partir de là, l'ancienne apprentie sentait que Kyrakira menait la partie, qu'elle n'avait déjà plus aucune chance de gagner contre elle.
Mais elle voulait essayer de lui faire perdre encore une vie, au moins... Au moins la toucher deux fois dans le combat.

- Last Energy "1000 Sword Hits In 1 Second" !

Aokino, qui commençait à s'y mettre très sérieusement, paniqua légèrement.
Elle ne combattait pas Castellar.
Elle était dans un combat d'ami, pour s'amuser et se détendre après les larmes, alors pourquoi voulait-elle vaincre Kyrakira à ce point là ?
Elle ne savait pas pourquoi.
Son âme envoyait le maximum qu'elle pouvait, la vitesse des attaques commençaient à devenir difficile à esquiver pour Kyrakira.
Puis Kyrakira fut frôlée par un couteau de peu, et elle se figea sur place, puis, avant qu'un autre ne lui rentre dans l'abdomen, elle invoqua deux missiles qui allaient droit vers Aokino qui savait que à cette vitesse, elle ne pouvait esquiver ceux-ci.
Le combat se termina dans deux explosions de feux d'artifices bleus et rouges.





Midi arriva.
Alvinea, ne s'étant pas remise de son combat contre Aokino, déclina celui contre Kyrakira, elle voulait simplement apprendre certaines choses, donc elle ne voulait pas se faire écraser ainsi, elle s'en alla suffisamment loin pour que les deux restantes la perdait de vue.
Kyrakira fit de même en partant à la direction opposée et dit au revoir avec un signe de la main.

La seule se tenant là était Aokino.
Instantanément, elle eut peur.
Elle ne voulait abandonner personne.
Elle ne parlait pas spécialement aux autres.
Mais elle s'attachait à eux quand ils ont commencé une conversation.

Et depuis que c'est arrivé, elle s'en voulut tellement... tellement d'avoir laissé Reimu partir.
Elle ne s'était jamais sentie aussi coupable auparavant. Elle voulait quelqu'un à qui s'accrocher, mais personne ne venait à ce moment là.

Les yeux dans le vague, elle alla braver la Forêt de la Magie encore une fois pour rentrer chez elle, c'était un raccourci tout compte fait risqué mais qui valait le coup.
Cette fois-ci, pas de yokai félin, pas de signe de fatigue, et pas de perte de conscience.
Tout se passait bien.
Personne n'allait lui faire du mal.
Alors que pourtant, elle se sentait toujours autant observée et harcelée, parce qu'elle passa sa vie à se noyer dans les mauvais présages.

Qu'est-ce qui n'allait pas ?





Pas loin de la sortie, elle passa près de l'habitation de Marisa qui n'avait pas changé du tout, mis à part le fait qu'une fille aux cheveux blonds se tenait devant la porte d'entrée.
Aokino courut droit vers elle, suspicieuse. Elle pensait qu'il s'agissait de la magicienne à la tenue noire.
En surprenant celle-ci attrapant son poignet, l'épéiste se rendit compte qu'il s'agissait d'une personne complètement différente. En effet, la fille avait des cheveux plus courts que ceux de Marisa avec un serre-tête rouge et était vétue d'une robe bleue.

- Qui... Êtes vous et que faites vous devant cette maison... ? demanda Aokino, peu rassurée et en relâchant le poignet.
- ... Chaque jour je viens ici voir si mon amie est revenue chez elle... Depuis qu'elle est devenue introuvable, répondit la personne avec un peu de tristesse.
- Vous êtes une amie de Marisa ? Elle ne m'a jamais parlé de vous.
- En revanche, je crois savoir qui tu es... Tu as déjà participé à plusieurs incidents et tu faisais partie du groupe revenu à Gensokyo après La Tempête de Quartz.
- On peut dire ça...
- Je suis Alice Margatroid, marionnettiste, enchantée, Ao, dit-elle en tenant sa main vers elle.

Le terme "marionnettiste" effrayait Aokino... Qui fut pendant longtemps un pantin dans le jeu de Castellar, mais elle savait qu'Alice n'allait pas lui faire de mal, donc elle serra sa main.

- Je m'appelle Aokino... Mais tu es bien la première personne à m’appeler Ao, d'ailleurs j'ai été surprise que personne n'utilisait ce surnom, répondit-elle, gênée.
- Oh ! Excuse moi ! J'étais convaincue que ton nom était Ao, mais va, je vais t’appeler comme ça, et puis, ça installe un parallèle avec ton accoutrement bleu.

Ao signifie Bleu en japonais.

- Bien... Alors personne ne répond ? questionna Aokino.
- Non... Toujours pas... ou peut-être qu'elle est à l'intérieur et qu'elle ne répond pas, fit mine de répondre la yokai.
- Elle m'avait dit qu'elle reviendrait après un jour ou deux.
- On a qu'à vérifier.
- Euh... C'est pas un peu mal vu d'entrer c'est les gens comme ça ?
- Depuis QUAND exactement Marisa se retient d'entrer chez quelqu'un sans demander ? Je pourrais parier qu'elle t'ait déjà volé quelque chose.
- Pas faux...

Alice ouvrit la porte après avoir utilisé une incantation. L'entrée était scellée, la serrure n'était qu'une façade.
En entrant, tout était éteint et les rideaux étaient fermés, le reste n'était que le typique de Marisa : Un bazar.
Elles allèrent ensuite voir à l'étage, et elles découvrirent ce qu'elles ne s'attendaient pas à découvrir. Dans la chambre, la magicienne était là, assise sur le lit, le chapeau posé sur les livres sur le bureau. Elle regardait le sol, les yeux dans le vague.

- Marisa... ? Tu es revenue ? marmonna Aokino en s'approchant.

Marisa ne disait rien, mais elle changea la direction de sa tête vers Alice, qui s'approcha elle aussi, puis la magicienne regarda Aokino qui était à la limite en larmes de soulagement.

- Alice... Tsukazu... murmura-t'elle.
- Tu ne peux pas t'imaginer à quel point on était inquiètes pour toi ! Comment tu te sens ?
- Haha... Je pense que ça pourrait aller mieux, je suis crevée... dit Marisa avec effort.
- C'est déjà ça, je pensais que tu n'allais jamais revenir, ajouta la marionnettiste.
- Je ne souhaitais pas revenir au début, j'ai été renvoyée de force à Gensokyo.
- Ah bon ? Raconte.

Un jour après que la groupe ait quitté le monde de Castellar, il s'est passé quelque chose. Il y avait de la lumière. La lumière balaya tout, tout était devenu blanc, puis je crois être devenue inconsciente. Et ce matin, j'étais ici, dans ma maison.

Aokino pensa à Reimu, parce que le combat entre Reimu et Castellar était étrange, juste après la chute de la miko, Castellar disparut et laissa le groupe quitter son monde redevenu calme. Mais pourquoi ? Y'avait-il un lien avec l'état de la prêtresse ?
Suite à cet événement, Aokino et Alice laissèrent tranquille Marisa chez elle en lui disant de les prévenir si un gros problème se fait ressentir.
Aokino sera revenue chez elle, et passa son crépuscule à réfléchir et à compléter son journal.
Mais durant cette soirée, quelqu'un l'observait de sa fenêtre, regardant à l'intérieur de la pièce.
Five keys to open our way
Five torches to light our path
Flesh is his gift
He is your true creator


L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 8 mois 4 jours #32654

  • Penguin Material
  • Portrait de Penguin Material
  • Hors Ligne
  • Nouveau
  • Messages : 10
Chapitre VI - invitation

- Tsukazu Aokino -

La personne devant la fenêtre hésita une ou deux secondes avant de passer à travers le verre, tel un spectre.
Comme aucun bruit ne se faisait entendre, Aokino ne réagissait pas à l'apparition du personnage et resta là à écrire son journal. Cheveux violets, robe blanche et noire avec un nœud rouge attachant le col. Son visage assez pâle comportait un carreau de jeux de cartes sur sa joue droite.
Après avoir parcouru Aokino du regard, elle parla sans prévenir, ce qui fit directement sursauter la jeune fille qui crut que celle-ci s'était téléporté chez elle, puis elle se déséquilibra et fit tomber sa chaise et plusieurs papiers glissèrent pour arriver sur le sol. Aokino se releva.

- Qu'est-ce que vous faites chez moi ?! clama Aokino avec méfiance et sur ses gardes.
- Cinq-cent cinquante cinq-mille cinq-cent cinquante cinq, marmonna celle en face.
- Euh... Hein ?
- C'est le nombre de fois que j'aurais pu te tuer durant les 20 dernières secondes.

Aokino se sentit insultée et invoqua son katana pour le pointer au cou de la fille à la robe blanche et noire, qui ne bougeait pas d'un pouce à ce moment là, regardant Aokino d'un air exaspéré.
Puis s'ensuit 20 secondes de silence complet entre les deux filles, mais malgré le fait qu'aucun son ne se faisait entendre, cette rencontre était comme un combat spirituel.
La fille au katana inspectait le corps et le mental de son adversaire, ainsi que ses propres chances de gagner contre celle-ci. Elle se rendit compte de l'aura effrayante qui enrobait cette inconnue, et elle savait qu'elle n'avait aucune chance. Elle savait que même à l'autre bout du monde, elle ne serait pas en sécurité avec cet être encore en vie.

Aokino commença à trembler. Non pas que tenir son bras tendu avec un katana en main pendant un petit moment était fatiguant... Mais bien parce qu'elle avait peur de se blesser contre elle.
Ce qui lui faisait le plus peur était qu'elle n'avait jamais vu une aura aussi lourde à supporter mentalement, l'aura de Castellar était ridicule à côté de celle de cette fille.
Elle lâcha son katana subitement en ayant les yeux sur le point d'exploser en larmes, mais rien ne sortait, elle ne sentait que la douleur, et elle tomba à genoux pattes, la tête baissée et essoufflée.

- Je... Je suis désolée... murmura-t'elle.
- Non non non... C'est moi qui est désolée, je ne devrais pas entrer ainsi, et je ne devrais pas te faire peur comme ça.
- Je suis désolée. Je suis désolée. Je suis désolée. Je suis désolée...
- Allons, relève-toi. Tu ne risques rien. Pardonne moi pour ça.

La fille encore debout releva la chaise et aida Aokino à se remettre sur pieds, puis les yeux d'Aokino revinrent au normal car ils étaient dans le flou pendant cet événement étrange.

- Ecoutez, je veux bien que vous soyez là à me raconter votre charabia, mais je veux savoir pourquoi et je vous demande de me donner votre nom ! réprimanda Aokino.
- On me nomme Torishan, je suis ici pour te prévenir de choses terribles, fit-elle.
- Ah bon ? Quoi donc ?

Tout va changer, Aokino Tsukazu. Tu ne t'attendras pas à voir ce que tu verras, tu ne t'attendras pas à vivre ce que tu vas vivre, mais tu devras faire un sacrifice qui ne te plaira pas. Un choix. Mais ce choix ne fera que ralentir le processus du vrai problème. Un terrifiant démon reviendra dans ce monde et avec ça tu sauras la vérité sur tout. Sur ta vie. Tu es ma pièce sur le plateau d'échecs, mais ne te fais pas de fausses idées, je n'ai aucune intention de devenir ton alliée. Je ne fais que remplir des conditions.

- (Qu'est-ce que je disais... Si il y a bien un truc que je savais déjà c'était que je n'allais rien comprendre.)
- (Je peux lire dans tes pensées, aussi.)
- (Ouais super.)

Malgré le fait que Aokino n'avait pas pu trouver une explication formelle à ces phrases, elle décida de retenir la plupart d'entres elles. Même si elle avait une profonde peur envers Torishan, elle ne croyait qu'à moitié ce qu'elle racontait, néanmoins, ces histoire avaient peut-être une raison d'être et expliqueraient des scénarios possibles.

Puis, sans aucun bruit, Torishan disparut.
Aokino réfléchit, mais elle n'y arrivait pas, elle était perdue, elle alla dormir, il était assez tard.





Le lendemain matin, changement d'ambiance totale. Aokino se réveilla sans soucis et sans trouble mémoriel. Un rayonnement doux passait légèrement à travers les rideaux fermés. La fille aux cheveux argentés se leva sans ressentir la moindre trace de fatigue dans la peau. Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas sentie aussi bien. Elle ouvrit alors les rideaux et alla se laver. Puis après, elle enfila une tenue différente de celle que d'habitude qui était typiquement japonais, alors que celle qu'elle mettait généralement était sa tenue de combat. Elle ressemblait un petit peu à l'habillage de Reimu mais c'était seulement la couleur : rouge et blanc.

C'était un matin ensoleillé absolument réjouissant, les couleurs de toute la surface de Gensokyo ressemblaient à une peinture d'un talentueux artiste. Cette lumière assez jaunie reflétait sur tout ce qui était solide et liquide. Aokino sortit de chez elle sans s'attendre à quoi que ce soit. Si elle doit entrer dans une taverne et boire beaucoup, tant pis. Si elle doit se battre contre de féroces yokais, tant pis. Si elle doit supporter une nouvelle émission de troubles crâniens, tant pis. Elle sortait de sa maison avec comme pensée : "Cette journée va être super, on ne vit qu'une fois donc allons-y comme ça."

Aokino commença à traverser un chemin au hasard parmi tant d'autres. Elle regarda les champs, les récoltes qui se tenaient à merveille. Si il y avait bien une chose que la tempête de quartz n'avait pas balayé était les agricultures. Elles étaient toujours là. Plus loin, elle marcha sur un petit pont servant à traverser une étroite rivière. L'eau reflétait tellement le soleil qu'elle aurait pu arracher les yeux de la jeune fille.

La fin du chemin était devant une visiblement large forêt de bambous. Aokino savait déjà la signification de l'endroit. Il est facile de s'y perdre, Eintei avait été créé au beau milieu de cet endroit pour s'assurer que personne n'y accède hormis ceux qui ont le mental nécessaire.

Les guides pour traverser cette forêt sont plus communs de nos jours, ça a bien changé.

Aokino décida d'aller au village des humains une fois de plus, mais cette fois, sur son chemin, il semblerait que quelqu'un ait installé un pique-nique, apparemment de dos par rapport à la vision de la jeune fille.
Elle regarda de plus près, et reconnut quelqu'un qu'elle connaissait il y a quelques temps.

- 2 ans, Yuyuko, ça faisait 2 ans !

Yuyuko se retourna, un petit peu surprise de voir Aokino surtout avec cette tenue là.

- Oh ! Bonjour, Aokino, quel bon vent t'amène ? Je n'ai pas vraiment vu le temps passer...
- Je me sens... Vivante, depuis ce matin. La vue est époustouflante.
- Hmm... C'est magnifique, fit Yuyuko en respirant l'air frais.
- J'y pense... Tu n'es pas avec Youmu ?
- Non, elle est allée récupérer ce qui manquait au pique-nique.
- Bon eh bien... À bientôt... dit Aokino en se préparant à partir.
- Sois prudente.
- Je le serai.





- Alvinea -

Au même moment.


Cette journée s'annonçait également tranquille pour Alvinea. Pour elle, les années passées sous la tutelle de Castellar s'annonçaient oubliées, elle était en train de renaître.
Elle était assez faible en ce moment, mais elle se disait que ce n'était pas grave, elle allait créer sa puissance. Elle s'entraînait de jour en jour et créa de nouvelles Cartes de Sort. Ce jour là, elle était dehors dans un endroit écarté. pour tester des nouvelles choses. Elle était satisfaite de son potentiel.

Puis soudain, elle sentit quelque chose bouger autour d'elle. Et interpella ce mouvement en demandant qui allait par là. Et derrière elle, quelqu'un de familier apparut... Kyrakira, qui voulait expliquer un drôle de plan à Alvinea.

- Je vais provoquer un incident !
- QUOI ??

Alvinea ne comprit pas sur le coup, elle était sur le point de poser les questions qui rapportaient toutes à "Pourquoi ?" mais la fillette en rouge révéla tout sans que l'apprentie n'ait pu le temps de dire quelque chose.

- T'inquiète pas, j'ai aucune intention de dominer Gensokyo ou quoi que ce soit... Nan... Être le type le plus puissant ça m'est égal, je veux juste m'amuser un peu, et je veux surtout voir qui va arriver jusqu'à moi, la miko est plus là pour m'empêcher, je veux que les héros et héroïnes de ce monde se ressaisissent et qu'ils viennent me combattre !

De son côté, Alvinea voulait rester sur sa décision : Elle n'irait en aucun cas aller défier Kyrakira, mais elle se disait aussi qu'elle ne progresserait jamais si elle ne tentait pas quelque chose de osé.

- Je vais y réfléchir, disait Alvinea en s'éloignant, prépare toi à peut-être me voir, promis, je ne dirai rien !
- Tant mieux ! Je t'attends ! Alvinea !



L'incident de la Barrière Rouge débuta.



La Barrière Rouge est une anomalie créée par la magie de Kyrakira, dérangeant le cycle jour/nuit du ciel.

Abruti de narrateur ! C'est qu'une illusion ! I.L.L.U.S.I.O.N. ! C'est pas compliqué nan ? Je lui ai dit en plus ! Il m’écoute jamais !
Five keys to open our way
Five torches to light our path
Flesh is his gift
He is your true creator


Dernière édition: il y a 7 mois 2 semaines par Penguin Material.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Touhou Kurotsuarashi ~ Les Séries Tempête de Quartz il y a 7 mois 2 semaines #32754

  • Penguin Material
  • Portrait de Penguin Material
  • Hors Ligne
  • Nouveau
  • Messages : 10
- Kirisame Marisa -

Le matin.
Marisa fut réveillée par sa fenêtre émettant des flashes lumineux très étranges et répétitifs. Et quand elle ouvrit le rideau et qu'elle regarda le ciel, la magicienne, qui avait tout oublié, retrouva sa mémoire.
Gensokyo est en danger et ça a toujours été le cas.
Alors elle descendit, prit son balai et son magnifique chapeau noir puis s'envola, cherchant une direction dans la confusion entre le soleil et la lune.
Elle devait continuer à garder vivant ce monde qui lui plaisait tant.

Autour d'elle, une énergie très puissante se faisait ressentir, mais toute cette puissance semblait émaner d'un point proche ; la Montagne des Yokais.
Elle vola à toute vitesse vers les bois orangés entourant le terrain en altitude, puis vit quelqu'un au dessus et en dessous d'elle, Marisa reconnut Youmu et Aya.
La magicienne descendit pour se poser au sol et rencontrer l'épéiste puis la tengu qui arriva ensuite.

- Hey, ça va bien ? demanda Marisa.
- C'est plutôt nous qui devrions te dire ça... répondit la journaliste.
- En tout cas, je suis là. Que se passe t'il là-bas ? questionna de nouveau la magicienne en pointant du doigt la montagne.
- Euh... Une personne se trouve dans la montagne et exploite une partie de son pouvoir, si on ne l'arrête pas bientôt ce sera la catastrophe. Je revenais de mon travail, donc je n'ai pas pu intercepter quoi que ce soit.
- Elle exploite la montagne tu dis ? C'est très compliqué d'en découvrir la source de son énergie, il me semble, ajouta Youmu.

Les trois "grimpèrent" la montagne en esquivant arbres et rochers, mais elles la montaient à une grande vitesse. Malgré cela, quelque chose s'interposa dans leur trajectoire et les empêchaient de continuer.
Un étrange personnage ayant la carrure d'un yokai lança plusieurs projectiles vers elles, mais Youmu s'occupa de lui pendant que Marisa et Aya arrivaient vers une entrée dans la montagne.
Mais en même temps, elles croisèrent quelqu'un d'autre de bien plus familier maintenant, qui semblait se rendre au même lieu.

- Aokino ?! Qu'est-ce que tu fais ici ?! interpella la magicienne.
- Ah ! Marisa ! Tu m'as fait peur ! sursauta Aokino.
- Aya ! Vas-y ! Je vais la retenir !
- Quoi ? Qu... Quoi ? Me retenir ? Mais je... je viens pour régler l'incident !! répondit-elle, paniquée.

- Marisa... Elle n'a pas l'air impliquée, fit Aya, hésitante.
- Fonce ! On a pas de temps à perdre !
- N... Non ! Elle ne la battra jamais seule ! supplia Aokino en voyant la tengu entrer dans le noir complet.

- Pourquoi "elle ne la battra jamais seule" ? C'est qui, "la" ? Et si Aya est incapable d'arrêter le coupable, qu'est-ce que tu faisais ici, hein ? affirma la magicienne.
- Non... Non ! Mais je...
- Héhé... Tu es donc complice ! J'attendais ce moment, Aokino ! Le moment où tu reprendrais du service !





- Shameimaru Aya -

Aya inspectait les intérieurs de la montagne, à la recherche du potentiel coupable. Il y eut un moment où elle utilisa son appareil photo pour émettre des flashs afin d'observer où elle se trouvait en continuant sa route dans a pénombre d'un tel endroit.
Puis, plus loin, il y avait un symbole en forme de dragon à l'envers tracé au rouge lumineux sur un mur en face d'elle. La tengu appuya sur ce qui semblait être l’œil du dragon et la pièce s'éclaira brusquement avec le son d'un claquement de doigt venant du plafond.

Aya sursauta et regarda vers le haut. Ce personnage ne lui était pas familier en regardant son visage correctement, mais elle savait de qui il s'agissait, pour l'avoir interviewé une seule fois après un de ses spectacles. Kyrakira Sesame était la tête en bas, les pieds à plat au plafond.
Elle regarda qui se tenait là et vit la journaliste puis rougit presque instantanément avant de clamer en joie :

- Génial ! Je vais être contre Supersonicmaru ! On va bien s'amuser !
- Hein...? Supersonicmar... Oh. Je vois que tu sais au moins qui est la tengu la plus rapide de Genokyo, hein ?

La petite fille en rouge se laissa tomber avant d'atterrir sur ses deux jambes devant Aya, puis se releva avant de demander avec une expression insouciante :

- La plus rapide..? Je sais pas... Tu es la plus rapide de Gensokyo ?

La tengu faillit éclater de rire à cause de la façon dont Kyrakira parlait tout à fait normalement alors qu'elles étaient sur le point de régler un incident.

- Je ne sais pas, mais de toutes façons je vais m'occuper de ton cas en moins de temps que ton claquement de doigts !

Le combat commença tout de suite après, alors que Kyrakira se plaçait à 10 mètres de la tengu, celle-ci provoqua une très puissante vague de vent qui faillit faire trébucher la fille en rouge alors que le duel venait juste de démarrer.
Mais Kyrakira ne semblait même pas en garde, elle esquivait les attaques d'Aya sans le moindre dérangement. Il s'agissait de minuscules esquives qui économisaient l'énergie.
Plus les secondes avançaient, plus Aya semblait aller vite dans ses attaques. Et à partir d'un moment, Kyrakira ne pouvait plus se détendre dans ses esquives et devait commencer à riposter.

La spécialité de Kyrakira était le feu. Elle n'avait jamais vraiment essayé d'autres éléments en magie, et ce qu'elle envoyait dans ses combats étaient des feux d'artifices, ce qui rendait ses batailles captivantes à regarder.
Elle invoqua des salves de chaleur et ce qu'on pourrait appeler des vagues enflammées.
La tengu se demandait pourquoi son adversaire avait choisi un endroit aussi humide et si peu abondant en air pur pour dévoiler ses capacités. Le feu était immédiatement plus affaibli dans un tel lieu.
De plus, les mini-tornades qu'Aya balançait à Kyrakira effaçaient quasiment les flammes créées.
Mais la journaliste n'avait pas à s'inquiéter pour son adversaire, si elle avait la chance d'obtenir l'avantage, elle compterait l'utiliser à bon escient.

- Le feu n'est pas seulement utilisé pour brûler.

Juste après cette phrase, une grosse quantité de fumée grise apparut progressivement autour de Kyrakira qui s'étendit jusqu'à la tengu qui toussa en respirant celle-ci.

Elle essaie de me tuer ou quoi ?

Aya regarda autour avec ses yeux observateurs de tengu, mais rien à y faire, elle ne pouvait rien voir du tout. Elle tenta également de balayer l'écran de fumée avec son pouvoir du vent mais rien y faisait.
Néanmoins, la journaliste essaya de détecter les mouvements autour d'elle, et elle perçut quelque chose juste à droite d'elle.

- Supernatural Fireworks Series : "Doppelrocket" !

Kyrakira avait prononcé l'incantation de sa Carte de Sort vraiment très rapidement, c'était presque terrifiant.
Aya avait entendu celle-ci pendant qu'elle cherchait les mouvements de son adversaire, et la tengu était plus rapide que les mots, elle réagit dès la troisième syllabe et fit un grand saut en longueur à une vitesse extravagante, boostée par le battement de ses ailes.
Derrière elle, elle pouvait voir deux missiles courts exploser avec une grande puissance, laissant une nuée de feu follets bleus et rouges. Mais Aya était suffisamment éloignée pour ne subir aucun dommage.
Puis la fumée s'atténua et tout redevint clair.

- J'ai réussi, fit Aya.
- Bah, t'as loupé un truc, répliqua son adversaire.

La tengu pouvait entendre un son de pierre se fissurant. Elle releva la tête en remarquant que le bruit venait du plafond qui se fissurait de plus en plus.

- Qu'est-ce que vous avez fait, espèce de malade ?!
- Le pire, c'est que j'ai même pas fait exprès.

Alors que le plafond se brisa en plusieurs gros morceaux de pierre, la journaliste fit plusieurs bonds en arrière en essayant de trouver une escapade, pendant que Kyrakira se tenait toujours là, détendue alors que le monde s'écroulait sur elle.

- Je te présente ma Carte de Sort improvisée ! "This Was Not Made On Purpose" ! rigola Kyrakira.





- Knowledge Patchouli -

J'espère que ça ira pour Sakuya, pensa Patchouli qui regardait à la fenêtre les changements brusques de luminosité.
Elle se disait aussi de ne pas s'inquiéter pour la servante en chef du Manoir et qu'elle était suffisamment dégourdie pour s'occuper d'un cas comme celui-là.

La sorcière se replongea dans un de ses infinis livres, mais toujours un peu déconcentrée par dehors. Apparemment, ce livre parlerait d'un des nombreux prototypes de l'Enfer, celui-ci avait la particularité d'avoir différents niveaux de profondeur selon le mal commis par les habitants de la surface. Il s'agissait d'un très vieux bouquin.

Elle hésitait à fermer le livre pour le ranger, ce sujet ne l'intéressait pas tant que ça en réalité. Puis elle se tourna vers ses outils d'astronomie pour tester voir ce qu'il se passait avec une anomalie provoquée par un tel incident. Puis elle eut une soudaine révélation et elle reprit le livre subitement et passa des pages jusqu'à un point précis.

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


Shaffurin. Shaffurin...

Patchouli réfléchissait à propos de ce nom, qui lui rappelait des noms déjà entendus et lus.
Puis elle interpella Koakuma qui rangeait d'autres livres sur une haute étagère.

- Apporte-moi ce qu'on a à propos d'un certain "Shaffurin", Koakuma, s'il te plaît.
- Ah... D'accord ! répondit-elle en manquant de trébucher.

En moins de cinq minutes, la démone rapporta cinq ouvrages à Patchouli après avoir traversé les étagères, les murs, les attaches...

Un doublon du livre vu précédemment et une version du prototype de l'enfer écrite par un autre auteur... peu intéressants au premier abord mais les trois autres livres attirèrent l'attention de Patchouli car ils étaient tous dédicacés par Shaffurin elle-même.

- Beau travail ma grande, fit Knowledge à Koakuma avec un sourire affectueux, tu es allée rapide cette fois.

Koakuma était toute émue par ce compliment malgré le fait qu'elle ne considérait pas cette requête comme quelque chose de bien difficile à faire vite.

Le premier livre semblait tout usé. Mais en regardant de plus près les vieilles pages, on aurait dit des plans de machines complexes inconnues. Patchouli tenta d'en décoder une utilisation possible mais il fallait beaucoup de temps pour les étudier, elle décida de les garder pour plus tard.
Le deuxième livre était le seul nommé : "Chord Radius".
Il était particulièrement bizarrement écrit : ça semblait parler de tout et de n'importe quoi, il n'y avait aucun fil conducteur, aucune cohérence dans cette longue série de mots faisant près de deux cent pages.

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


Et enfin, le dernier livre ressemblait de sa couvertures aux livres vierges que l'on achetait afin de les compléter de notre histoire. Le nom "T. Shaffurin" était écrit à sa quatrième de couverture en bas en assez petit mais avec une écriture assez élégante.
Mais quand la sorcière ouvrit la première page du bouquin, celui-ci la terrorisa sur place.

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Five keys to open our way
Five torches to light our path
Flesh is his gift
He is your true creator


Dernière édition: il y a 7 mois 2 semaines par Penguin Material.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Derniers messages sur le forum